2 initiatives non législatives de l'UE pour l'efficacité énergétique industrielle

15 August 2017 par Rod Janssen
2 initiatives non législatives de l'UE pour l'efficacité énergétique industrielle

La Commission européenne a publié ses propositions en matière d'énergie propre à la fin de l'année dernière. Aucune proposition législative ne concernait l'industrie et le secteur dans son ensemble n'a reçu que peu d'attention. L'EFIG organisera un événement en octobre à Bruxelles sur l'efficacité énergétique industrielle. Le projet "Investor Confidence" a été amené en Europe pour développer un système permettant de donner confiance à toutes les parties prenantes actives. Certains craignent encore que l'investissement dans l'efficacité énergétique soit risqué. L'ICP est conçu pour changer cela. L'ICP a commencé par des investissements dans les bâtiments et élargit maintenant son champ d'action à l'industrie, à l'énergie de quartier et à l'éclairage public grâce à un projet de deux ans financé par la Commission européenne. Il est important que nous concevions l'ensemble du processus de certification de manière à répondre aux recommandations formulées par le GEIE. Pour les propriétaires, l'institution financière est heureuse et le développeur/auditeur/installateur est heureux. L'institution financière/le promoteur/l'installateur sont heureux. Le projet fonctionnera avec la satisfaction de toutes les parties prenantes qui sont heureuses et transparentes.


Contenu complémentaire   #développement de projets  #chaleur résiduelle  #efficacité énergétique 


2 initiatives non législatives de l'UE pour l'efficacité énergétique industrielle

La communauté de l'efficacité énergétique dans l'industrie s'est dégradée à la fin de l'année dernière après que la Commission européenne ait publié ses propositions en matière d'énergie propre. Il n'y avait aucune proposition législative relative à l'industrie et peu d'attention était accordée au secteur dans son ensemble. En fait, les analyses d'impact de la Commission montrent que les plus fortes réductions de la demande d'énergie devraient avoir lieu dans les secteurs résidentiel et tertiaire, tandis que le secteur industriel devrait réaliser les plus faibles réductions de la demande d'énergie[1], ce qui est particulièrement vrai pour les industries à forte intensité énergétique[2].

D'une certaine manière, ce manque d'attention devient un avantage.

La directive sur l'efficacité énergétique de 2012 comportait quelques mesures qui s'adressaient directement à l'industrie - audits obligatoires pour la grande industrie, promotion des systèmes de gestion de l'énergie, soutien aux PME et promotion de l'utilisation de la chaleur résiduelle, pour ne citer que les principales. La Commission aurait pu s'inspirer de ces mesures pour les changements récents, mais elle ne l'a pas fait. Nous ne comprendrons jamais complètement pourquoi. La Commission veut certainement que son système d'échange de quotas d'émission soit le principal moteur des améliorations dans la grande industrie, mais il est bien entendu que, quel que soit le succès du SCEQE, il n'a pas été le moteur des améliorations de l'efficacité énergétique.

Mais cela ne veut pas dire que l'industrie est complètement négligée. Deux initiatives méritent notre attention et nous donnent l'espoir d'un impact significatif.

Groupe des institutions financières pour l'efficacité énergétique

Le Groupe des institutions financières pour l'efficacité énergétique (l'efficacité énergétique dans les processus industriels en est membre), pour identifier les obstacles au financement à long terme de l'efficacité énergétique et proposer des solutions politiques et commerciales à ces obstacles. L'objectif de ce groupe est d'amener les institutions financières et les autres parties prenantes concernées à trouver des moyens de surmonter le blocage du financement. Il existe des financements disponibles, les banques ont une faible capacité et un faible intérêt à financer l'efficacité énergétique et les consommateurs (dans ce cas, l'industrie, les entreprises ou les institutions) sont réticents à décider d'entreprendre de telles mesures. S'il est vrai qu'il existe certains investissements, ils ne sont pas à une échelle qui permettra d'obtenir l'impact réel nécessaire pour atteindre nos objectifs à long terme. L'un des problèmes est le manque de normalisation dans l'élaboration et la documentation des projets, qui est considéré comme l'un des principaux obstacles à l'augmentation des investissements dans l'efficacité énergétique.

Son rapport final de 2015 a fourni aux décideurs politiques d'importantes recommandations sur l'efficacité énergétique industrielle :

  • Le cadre politique devrait soutenir positivement les choix d'investissement des entreprises en matière d'efficacité énergétique à des moments clés de leur cycle d'investissement
  • Les ressources publiques et la facilitation devraient être engagées pour mettre en place des systèmes dynamiques et efficaces de partage de l'information et de l'expérience technique
  • Veiller à ce que les politiques et les ressources de l'UE et des pays collaborent efficacement pour favoriser la R&D et obtenir des résultats optimaux en matière d'efficacité énergétique
  • Soutenir la clarification du traitement réglementaire, fiscal et comptable et la normalisation des contrats de performance énergétique
  • L'identification des opportunités en matière d'efficacité énergétique et la constitution de réserves de projets à étudier devraient être soutenues par des mécanismes d'aide au développement de projets pour les PME

Sommes-nous satisfaits des résultats obtenus jusqu'à présent ? Non, mais nous commençons à voir des actions, mais certaines de ces recommandations sont prises en compte par des projets tels que le projet pour la confiance des investisseurs, qui sera examiné ci-dessous.

Tout d'abord, il est important de noter que l'EEFIG organisera en octobre à Bruxelles un événement sur l'efficacité énergétique industrielle, qui sera l'occasion pour la communauté de l'efficacité énergétique industrielle de faire entendre sa voix auprès des institutions européennes et des autres parties prenantes concernées. Vous en saurez plus dans un avenir proche.

Projet de confiance des investisseurs pour l'industrie, l'énergie de quartier et l'éclairage public

Le projet de confiance des investisseurs a été introduit en Europe pour développer un système permettant de donner confiance à toutes les parties prenantes actives. Certains craignent toujours qu'il soit risqué d'investir dans l'efficacité énergétique. Le PCI est conçu pour changer cela. Le PCI a commencé par des investissements dans les bâtiments et élargit maintenant son champ d'action pour inclure l'industrie, l'énergie de quartier et l'éclairage public grâce à un projet de deux ans financé par la Commission européenne.

Le concept de PCI est relativement simple à comprendre. Un projet potentiel dans une usine ou un système de chauffage urbain, par exemple, est identifié. Quelqu'un doit faire les calculs nécessaires pour déterminer la viabilité. Quelqu'un doit être identifié pour l'installer (souvent la même organisation). Et une organisation doit le financer. Ce projet a pour but de standardiser les procédures afin que tous les acteurs aient confiance dans le système. Le propriétaire de l'usine est satisfait. Le développeur/auditeur/installateur est satisfait. L'institution financière est satisfaite. Il existe des protocoles et un contrôle par des tiers pour s'assurer que tout est fait correctement. Les protocoles sont élaborés par des experts intéressés et non par des intérêts commerciaux.

Le projet travaillera avec tous ceux qui sont impliqués dans le cycle du projet, des propriétaires aux développeurs et vérificateurs de projets. Afin de garantir la solidité des protocoles, des forums techniques sont mis en place pour examiner les projets de protocoles et apporter une contribution technique importante à leur élaboration.

Le PCI a été financé par la Commission européenne en partie pour répondre aux recommandations identifiées par l'EEFIG. Il est important que nous concevions l'ensemble du processus de certification à la satisfaction de toutes les parties prenantes.

Pour les propriétaires ou les gestionnaires, l'approche du PCI assurera la transparence du processus et leur donnera la confiance nécessaire pour mettre en œuvre les mesures.

Pour le développeur de projet, la PCI fournit un processus qui est compris et accepté par tous les participants. Cela permettra de réduire les coûts de transaction et devrait minimiser les malentendus.

Pour la communauté financière, l'approche du PCI standardisera le processus de développement de projet et apportera la confiance nécessaire pour entreprendre les investissements.

 

Appel à rejoindre le Forum technique

Afin de développer de tels protocoles, nous vous invitons à rejoindre notre Forum technique pour examiner et commenter le développement. Les premières ébauches seront envoyées en septembre 2017 - il est donc encore temps d'adhérer.

Si vous êtes intéressé, il vous suffit de vous inscrire viahttp://europe.eeperformance.org/technical-forum.html. Vous pouvez également me contacter à tout moment sousRod.Janssen(at)ee-ip.org

 

Articles connexes

 

1] OpenEXP, paquet "Énergie propre pour tous les Européens" - Les analyses d'impact de la Commission attribuent-elles le bon rôle à l'efficacité énergétique ? Paris, 2017, p. 14.

[2] Ibid, p. 24