À quoi ressemblera l'énergie en 2030 ? Mes 10 prédictions pour les 10 prochaines années !

26 June 2020 par John Armstrong
À quoi ressemblera l'énergie en 2030 ? Mes 10 prédictions pour les 10 prochaines années !

Il y a dix ans, Matt Cardle était le numéro un de Noël (quelqu'un se souvient-il de M. Cardle ?) et David Cameron venait de commencer ses six années de mandat. Dans son scénario énergétique de base, le gouvernement britannique prévoyait qu'en 2020 la production d'électricité serait assurée par 75 TWHr à partir du charbon. Mais la réalité est plutôt d'un TWHr. Et je pense que cela peut donner lieu à de nombreux débats et remises en question. Je prédis que d'ici 2030, au moins un tiers des maisons au Royaume-Uni seront chauffées par des pompes à chaleur. Cette évolution sera favorisée par l'intervention de la réglementation et par l'évolution de la perception du méthane par les consommateurs.

Le gaz méthane sera perçu par les consommateurs comme une option plus dommageable pour l'environnement que l'électricité. Les "réseaux de gaz zombies" vont se multiplier, faisant peser les coûts sur ceux qui ne sont pas en mesure de s'en passer. L'"hydrogène brun" deviendra une question politique - avec l'augmentation des coûts de l'électricité, l'utilisation d'électricité verte pour produire de l'hydrogène deviendra un défi. pour produire de l'hydrogène à partir du craquage du méthane par reformage à la vapeur (un processus peu respectueux du carbone).


Contenu complémentaire   #méthane  #réseaux de gaz  #pompes à chaleur 


 

 

À quoi ressemblera l'énergie en 2030 ? Mes 10 prédictions pour les 10 prochaines années !

 

 

 

Les prédictions sont amusantes, n'est-ce pas ? Au fond de vous, vous savez que même votre coup le plus audacieux sera faux - mais cela ne nous empêche pas d'essayer (et d'avoir besoin d'essayer !). Avec des décisions énergétiques qui durent des décennies, tenter de prédire l'avenir est un art essentiel. Il y a dix ans, MattCardle était le numéro un de Noël (vous vous souvenez de lui ?) et David Cameronvenait de commencer ses six années de mandat..... - le gouvernement britannique a préditdans son scénario énergétique debase qu'en 2020, la production d'électricité serait assurée par 75 TWHr à partir du charbon et 52 TWHr à partir de sources renouvelables... la réalité actuelle ressemble plutôt à un TWHr à partir du charbon et 127 TWHr à partir de sources renouvelables. Cette sous-estimation épique montre à quel point nous pouvons nous tromper en dix ans ! Le rythme de la disparition du charbon au Royaume-Uni a été massivement inférieur aux prévisions d'une année sur l'autre, tout comme les prévisions de croissance des sources renouvelables - en particulier l'éolien offshore. Il est important de revenir sur nos prévisions d'il y a dix ans pour nous faire une opinion sur les dix prochaines années, car cela montre à quelle vitesse les choses peuvent changer lorsque le mélange de réglementation, de technologie et de forces du marché est bon. Je pense que cela incite à faire des prévisions plus audacieuses en termes de décarbonisation à l'avenir, plutôt que de s'appuyer sur le maintien du statu quo ou sur les seules technologies déployées aujourd'hui. Il est cependant un peu difficile de se faire une idée précise de l'avenir ! Dans toute vision de l'avenir, la seule constante est lapoursuite de la réduction des émissions de carbone... et dans tous les résultats qui suivent, la volonté de réduire les émissions de carbone est supposée plutôt que débattue.

 

 

 

Alors, nous y voilà ! Je pense que cela pourrait donner lieu à un débat et à un défi importants....

 

 

 

1. la décarbonisation de la chaleur s'accélérera avec l'adoption par les consommateurs de pompes à chaleur air et sol.

 

 

 

La chaleur représente actuellement 50 % de la consommation d'énergie et donc une part importante des émissions. L'adoption des pompes à chaleurreste lente, mais la récente interdiction des chaudières à gaz n'estque le début d'une série d'interventions réglementaires visant à modifier le comportement des consommateurs en matière de chaleur. Je prévois que d'ici 2030, au moins un tiers des maisons au Royaume-Uni seront chauffées par des pompes à chaleur. Ce sera le résultat d'une intervention réglementaire ainsi que d'un changement de la perception des consommateurs quant au gaz méthane comme une option nuisible à l'environnement par rapport à l'électricité.

 

 

 

Dans les centres-villes, il faudra faire quelque chose de différent, car il n'y aura pas assez de place pour les boucles souterraines et les pompes à chaleur à air occuperont l'espace nécessaire sur les toits et provoqueront un refroidissement localisé (voir le numéro 8 !)

 

 

 

Cosy!

 

 

 

2. l'amélioration de l'isolation et de l'efficacité permettra de gagner en urgence et en rapidité.

 

 

 

Actuellement, 14millions de propriétés au Royaume-Uni ont un rendement énergétique inférieur ou égal à "D". Cela signifie qu'elles consomment deux fois plus d'énergie qu'une propriété classée "A". Ces propriétés ont besoin d'une meilleure isolation (toit, murs et flux), de nouvelles fenêtres et de systèmes de chauffage à basse température. Pour atteindre les objectifs climatiques, 500 000 d'entre elles doivent être profondément améliorées chaque année d'ici 2050. Après un lent démarrage, je m'attends à ce qu'au moins 5 des 14 millions de propriétés classées "D" aient été fixées d'ici 2030.

 

Il y aura cependant un noyau de propriétés tenaces sur une technologie dépassée - même avec les récents progrès, j'ai été étonné de voir que dans l'UE, il y a 500millions de radiateurs sans une simple vanne de régulation de la température ! C'est tout simplement incroyable quand on pense au potentiel d'économie d'énergie d'un changement aussi simple...

 

 

 

3.Hydrogènese développera dans les poches ainsi que pour le transport (trains et poids lourds).

 

 

 

Des projets régionaux comme Hydeploydans le Nord-Ouest verront des poches de déploiement intense de l'hydrogène. Alors que dans ces régions, l'acheminement de l'hydrogène vers les propriétés sera une réalité, la lenteur de la mise en place de l'hydrogène signifie que de nombreuses propriétés seront électrifiées par des pompes à chaleur avant que l'hydrogène ne soit largement répandu. L'hydrogènesera plus probablement utilisé pour le transport routier et les trains où son stockage d'énergie à haute densité lui permet d'être la principale option à faible émission de carbone. Le lieu et le mode de production de l'hydrogène pourraient devenir une question politique : avec l'augmentation des coûts de l'électricité, l'utilisation d'électricité vertepour produire de l'hydrogène deviendra un défi, poussant les producteurs vers de l'hydrogène "bleu" ou "brun" produit à partir du craquage du méthane par reformage à la vapeur (un processus moins respectueux du carbone, à moins que la séquestration ne soit disponible).

 

 

 

4. ‘ZombieLes réseaux de gaz augmentent, ce qui fait augmenter les coûts pour ceux qui ne peuvent pas s'en passer.

 

 

 

À mesure que l'électrification (et l'amélioration de l'efficacité) s'accélère, le nombre de personnes qui se déconnectent des réseaux de gaz augmentera. Si vous prenez les chiffres ci-dessus pour les pompes à chaleur et l'efficacité, alors d'ici 2020, il y aura 7 millions de consommateurs de gaz en moins et ceux qui resteront consommeront beaucoup moins. Les coûts de réseau restent à payer, ce qui fait augmenter les coûts de ceux qui ne peuvent pas se déconnecter pour des raisons économiques ou techniques. D'ici 2030, je m'attendrais à ce que nous décidions d'arrêter les réseaux de gaz dans certaines régions où les coûts sont élevés.

 

Beware of the Zombies!

 

 

 

5.Barrages anti-marée- Un ou deux auront lieu.... mais les coûts d'investissement et les impacts locaux rendront les projets ultérieurs difficiles.

 

 

 

L'idée de produire de l'électricité en captant la marée reste tentante. Ces projets ont le potentiel de répondre à 20 % de lademande d'énergie (chiffres du gouvernement). Toutefois, l'impact environnemental de la construction d'un tel projet reste important. Avec un certain nombre de projets en cours, je pense qu'il faut se mettre en mouvement et décoller ! L'attrait de l'énergie zéro carbone pour toujours doit sûrement devenir trop fort pour ne pas faire quelque chose !

 

 

 

6. les batteries - l'expansion se poursuivra mais sera bloquée par la disponibilité des ressources.

 

 

 

Les batteries sont la technologie cannibale ultime. Plus il y a de batteries sur le système, moins elles peuvent faire de profit. Cependant, les piles ont également un facteur limitant en termes de minéraux utilisés pour leur fabrication. Les constructeurs de voitures électriques ont déjà du mal à s'approvisionner en lithium et encobalt en quantité suffisante et ces contraintes vont faire augmenter les coûts.

 

La tendance actuelle est à l'abandon des batteries décentralisées au profit d'unités plus grandes aux nœuds clés du système... Je m'attends à ce que cette tendance se poursuive à mesure que les demandes locales de soutien au réseau augmentent.

 

 

 

7. le système deviendra plus intelligent (et plus local)

 

 

 

Tranquillement, le système devient plus intelligent. Si vous aviez dit, il y a dix ans, que nous demanderions à "Alexa" de mettre le chauffage en marche au bureau, nous aurions dit que c'était quelque chose qui venait de Star Trek ! Mais nous voilà... les appareils connectés sont partout et tranquillement, nos systèmes énergétiques deviennent plus intelligents. Ces petits bouts d'interconnectivité fonctionnent lentement pour améliorer le système, petit à petit. Cela peut sembler lent, mais à mesure que chaque appareil se connecte, la capacité du système à faire des choix intelligents augmente. La demande des consommateurs pour des systèmes plus intelligents a le potentiel de permettre à un système d'énergie intelligent comme un produit à part entière d'avoir d'autres fonctionnalités beaucoup plus amusantes (comme demander des blagues à Alexa au petit déjeuner !)

 

 

 

Je m'attends à ce que d'ici 2030, l'énergie domestique soit intelligente sous une forme ou une autre dans la plupart des propriétés. Les pompes à chaleur seront déjà connectées à Internet et les chaudières à gaz de remplacement seront intelligentes sous une forme ou une autre. Pour répondre à la demande, le réseau électrique devra s'améliorer considérablement pour limiter les pics de demande... et grâce à des dispositifs reliés, il est possible d'y parvenir en grande partie.

 

 

 

Cela dit, la résilience reste une préoccupation, les défaillances du système étant de plus en plus fréquentes en raison de conditions météorologiques de plus en plus mauvaises... Les systèmes énergétiques locaux deviennent de plus en plus répandus comme moyen pour les communautés et les organisations de prendre en main leur propre destin énergétique... en s'éloignant des réseaux centraux pour se tourner vers des réseaux d'électricité et de chaleur gérés localement. Une déconnexion potentielle totale des systèmes centralisés !

 

 

 

8.Réseaux de chaleurdeviendront des réseaux de partage, qui seront le moteur de la collaboration.

 

 

 

On prévoit que les réseaux de chaleur fourniront 18 % de la chaleur duRoyaume-Uni.... Je prévois qu'ils pourraient en fait faire plus. Les zones à forte densité telles que les centres-villes ont le potentiel de partager l'énergie bien plus qu'elles ne le font actuellement... en utilisant la chaleur "de basse qualité" des égouts, des tunnels ferroviaires, des centres de données et des systèmes de refroidissement pour le chauffage. Les futurs réseaux dechaleur de cinquièmegénération utiliseront un mélange de technologies et desystèmes à basse température pour permettre aux utilisateurs d'alimenter et de retirer de l'énergie du système. Une fois ces systèmes mis en place, les avantages de la connexion seront importants, ce qui entraînera une adoption rapide de la technologie à mesure que les réseaux se développeront.

 

 

 

D'ici 2030, je pense que tous les centres-villes disposeront d'une forme de réseau de"cinquième génération" commun ou s'efforceront d'en installer un.

 

 

 

Heat Networks

 

 

 

9) Transport - 50 % de véhicules électriques d'ici 2030.

 

 

 

Je vais faire grand.... Je crois sincèrement que d'ici 2030, 50 % des véhicules seront électriques et que les voitures non électriques seront interdites dans les centres villes. De récentes campagnes menées par des journaux tels que leTimes ont mis en évidence l'impact sur la santé des particules et des NOx en particulier. Récemment, le nombre de villes renforçant les contrôles sur les véhicules a énormément augmenté, Bath,Bristolet la ville de Londres ayantpris des mesuressubstantielles pour réduire les véhicules polluants dans les centres villes. Je pense que cela va se poursuivre et que l'adoption des véhicules électriques ne sera pas motivée par des préoccupations relatives aux émissions de carbone, mais plutôt par la qualité de l'air local qui éloigne les véhicules polluants de nos zones urbaines.

 

 

 

Je pense également qu'avec les véhicules autonomes, la montée en puissance des véhicules de type "uber" et une économie de plus en plus basée sur la location, le nombre de propriétaires de voitures va diminuer de manière significative. Une fois que vous pouvez héler un taxi de manière fiable pour le même coût, pourquoi devez-vous posséder votre propre véhicule (et avoir la peine de le garer !)... en retour, cela signifie que le potentiel des véhicules électriques augmente car ils peuvent s'enlever pour se recharger. Je vais passer un appel pour une réduction de 50 % de la possession d'un véhicule.

 

 

 

10.Les voyages en avionseront moins fréquents (50% de moins !)

 

 

 

Le transport aérien reste un défi important. Je ne vois pas encore de technologie permettant de faire décoller un avion sans utiliser une quantité importante d'hydrocarbures. Je vois un monde dans lequel les grandsvoyageurs ne sont plus une marque d'honneur, mais sont de plus en plus pénalisés. Je m'attends à ce que les voyages aériens soient réduits de moitié au moins d'ici 2030, avec une intervention réglementaire croissante pour pénaliser ceux qui polluent le plus.

 

 

 

Que diriez-vous d'unCygne noir?

 

 

 

Enfin, tout ce qui précède est écrit à partir d'une vision actuelle du monde. Quel est l'événement du cygne noir qui fait dérailler tout cela ? Lafusion nucléaire, la géothermie profonde ou le développement exponentiel de l'hydrogène sont tous susceptibles de modifier considérablement les règles du jeu (....), ce qui change tout ce que j'ai dit plus haut.

 

Black Swan Event

 

 

 

Seul le temps nous dira si en 2030, nous l'aurons fait :

 

 

 

  • 5 millions de propriétés sont passées de la performance énergétique "D" à la performance énergétique "A" grâce à une modernisation en profondeur.
  • 10 millions de pompes à chaleur domestiques installées (sol et air)
  • Tous les centres-villes disposent d'un réseau de chaleur de 5e génération à basse température.
  • Hydrogène dans les tuyaux pour une ou deux régions (2 millions de maisons).
  • 50% de véhicules électriques sur les routes. Avec une réduction de 50 % du nombre de propriétaires de voitures.
  • Une ou deux grandes lagunes de marée.
  • Une diminution du nombre de réseaux de gaz ou une augmentation de l'effet zombie qui se répercute sur les coûts des quelques autres réseaux connectés.
  • Deux fois moins de vols que maintenant !

 

 

 

Alors, qu'en pensez-vous ? À quoi ressemblera l'énergie en 2030 ? Mes 10 prédictions pour les 10 prochaines années !

 

 

 

Pour plus d'informations, consultez le livre L'avenir de l'énergie sur amazon.

 

 

 

The Future of Energy: 2020 Edition by [John Armstrong]