Interview de Rod Janssen - "On ne peut pas surestimer l'efficacité énergétique"

10 December 2018 par Cristina Florensa
Interview de Rod Janssen - "On ne peut pas surestimer l'efficacité énergétique"

L'efficacité énergétique était autrefois le parent pauvre des énergies renouvelables. Contrairement aux énergies renouvelables, les objectifs en matière d'efficacité n'étaient pas contraignants. Aujourd'hui, de plus en plus de décideurs politiques affirment que l'efficacité énergétique doit passer en premier. Rod Janssen, président d'EcoIP* : L'efficacité énergétique a parcouru un long chemin depuis les années 1970. Selon lui, les PME ont besoin de plus que de l'argent. Elles ont besoin de soutien pour accéder à cet argent. Les Journées mondiales de l'énergie durable à Wels, en Autriche, sont le meilleur moment pour apprendre et discuter des meilleures pratiques. Cliquez ici pour plus d'informations sur l'efficacité énergétique dans l'UE et l'Union européenne. Aux États-Unis

Retournez à la page d'où vous venez : www.eco.uk/ Efficacité énergétique. Au Royaume-Uni, cliquez ici pour le dernier numéro de Energy efficiency : Le Parlement européen. Rapport : The European Commission on Energy Efficiency, publié par EcoEIP* sur la Commission européenne : Le registre mondial de l'énergie. Pour plus d'informations sur l'efficacité énergétique.


Contenu complémentaire   #alimentation autrichienne  #énergies renouvelables  #meilleures idées 


Publié pour la première fois ici.

Entretien sur l'efficacité énergétique

AU DESSUS DU RADAR

 

"Nous ne pouvons pas vendre trop d'efficacité énergétique", déclare le président du PIEE*, Rod Janssen. Mais avec le système de management de l'énergie ISO 50001 et la directive sur l'efficacité énergétique en place, il est évident pour tout le monde que l'efficacité énergétique est devenue un facteur économique et industriel important, bien au-delà de la protection du climat. Pour M. Janssen, le meilleur événement pour apprendre et discuter des meilleures pratiques est les Journées mondiales de l'énergie durable à Wels, en Autriche.

La communication fonctionne : L'efficacité énergétique était autrefois le parent pauvre des énergies renouvelables. Contrairement aux énergies renouvelables, les objectifs d'efficacité n'étaient pas contraignants. Aujourd'hui, de plus en plus de décideurs politiques affirment que l'efficacité énergétique doit passer en premier. Qu'est-ce qui a changé ?

Rod Janssen : L'efficacité énergétique a fait beaucoup de chemin depuis que le débat a commencé avec la première crise pétrolière dans les années 1970. Nous nous souvenons tous de certains dimanches sans véhicule. Mais nous savons aussi comment cela s'est passé : Les gens avaient peur que les économies d'énergie ne nuisent à l'économie. L'utilisation de l'énergie et la croissance économique étaient très liées.

C'est aussi pourquoi l'efficacité énergétique était auparavant mesurée par l'intensité énergétique : la consommation d'énergie par unité de production économique. Il est très difficile d'avoir un objectif contraignant pour cela.

L'efficacité énergétique d'abord

À quoi ressemble la situation aujourd'hui ?

Aujourd'hui, il est communément admis que la croissance économique et la consommation d'énergie peuvent être dissociées et nous savons également ce que l'efficacité énergétique peut faire pour respecter nos obligations climatiques de Paris.

C'est pourquoi le Parlement européen a adopté une approche beaucoup plus ambitieuse en matière d'efficacité énergétique. La Commission a été un peu plus lente. Ce sont les États membres qui doivent réellement mettre en œuvre les politiques et qui sont responsables de la réalisation des objectifs. Ils ont donc tendance à être plus conservateurs. C'est probablement la raison pour laquelle le Conseil a été beaucoup plus lent.

Cela dit, ils se sont réunis à mi-chemin et ont convenu de donner une plus grande visibilité à l'efficacité énergétique en acceptant un objectif de 32,5 % avec une clause de révision à la hausse. En outre, l'objectif porte désormais sur les économies d'énergie primaire. Même si l'objectif n'est pas encore contraignant, il est plus facile de suivre l'évolution de la situation : Nous parlons enfin d'efficacité énergétique. Tout d'abord.

Donc, ce que vous dites, c'est que : Maintenant, c'est pour de vrai. Ce n'est pas seulement sur le papier.

Nous devons être prudents car nous ne pouvons pas surestimer l'efficacité énergétique. Mais un rapport de l'AIE datant de 2015 a déjà montré qu'il existe de nombreux avantages non énergétiques. Par exemple, des avantages pour la santé grâce à l'amélioration de la qualité de l'air. Il y a aussi des avantages en termes de compétitivité que nous comprenons mieux maintenant.

Compétitivité industrielle

Il existe d'importants potentiels inexploités pour améliorer l'efficacité énergétique, en particulier dans les industries à forte intensité énergétique. Mais des secteurs comme l'industrie chimique, la sidérurgie ou les usines de pâte et papier ont été réticents à agir par le passé. Que faut-il pour les motiver ?

Il y a beaucoup de potentiel. Il n'y a aucun doute à ce sujet. Et beaucoup de choses se sont déjà produites dans ces industries à forte consommation d'énergie sous le radar. Mais les grandes industries à forte intensité énergétique sont très conscientes de ce qui se passe en Asie ou en Amérique. Elles ne vont pas laisser leurs concurrents prendre le dessus sur elles.

Pour être plus attrayante, l'efficacité énergétique doit être considérée comme un équipement stratégique en soi pour accroître la compétitivité. Elle doit être discutée au plus haut niveau de la direction et traitée sérieusement comme une décision stratégique.

Je pense également qu'avec l'augmentation des prix du CO2, le système d'échange de quotas d'émission jouera un rôle plus important dans l'amélioration de l'efficacité à l'avenir.

Qu'en est-il des petites et moyennes entreprises ?

C'est un problème. L'Europe a beaucoup de PME, le monde a beaucoup de PME, mais la conscience de l'importance de l'amélioration de l'efficacité énergétique n'est pas là. La plupart des gouvernements nationaux se concentrent beaucoup plus sur les grandes industries à forte intensité énergétique.

Même si les 30 premières entreprises peuvent être responsables de 80 % de la consommation d'énergie industrielle, il existe un grand potentiel d'économies d'énergie avec les PME. Elles sont également un moteur de création d'emplois et de bien-être général dans les régions, il est donc important de les soutenir.

"Les PME ont besoin de plus que de l'argent. Elles ont besoin d'accès"

Que suggérez-vous de faire ?

Les PME pourraient avoir besoin d'une sorte de "guichet unique" où elles pourraient discuter de questions techniques et financières. Ce rôle pourrait être confié, par exemple, à des agences nationales ou régionales de l'énergie, comme c'est le cas en Haute-Autriche.

Souvent, les PME ne savent pas comment monter un dossier commercial pour un investissement dans l'efficacité énergétique. Elles ne connaissent pas les possibilités de s'adresser à une société de services énergétiques. Un tel intermédiaire est souvent utile pour monter un dossier plus convaincant pour une banque.

Les États membres devraient établir à intervalles réguliers des stratégies de performance énergétique à long terme pour les PME. Tout comme les États membres sont tenus par la directive sur les bâtiments de développer des stratégies de rénovation à long terme pour les bâtiments et de les mettre à jour tous les trois ans. Cela les obligerait à consulter les PME et l'industrie dans son ensemble.

Se contenter d'un financement de l'Union européenne et de nombreux États membres n'est pas suffisant. Les PME ont besoin d'un soutien pour accéder à l'argent. Aujourd'hui, la quantité de paperasserie ou la complexité des procédures est trop importante pour elles.

Les trois plus grandes réalisations en matière d'efficacité énergétique dans l'industrie

Vous l'avez dit : "beaucoup de choses se sont passées sous le radar". Quelles sont les trois plus grandes réalisations en matière d'efficacité énergétique industrielle au cours des dix dernières années ?

Le changement le plus significatif de ces dix dernières années a été l'introduction des systèmes de gestion de l'énergie, la norme ISO 50001. Elle modifie la culture au sein d'une entreprise en faveur de l'efficacité énergétique, des énergies renouvelables et de la gestion de l'énergie dans son ensemble.

Dans le passé, la plupart des grandes entreprises avaient un responsable de l'énergie caché quelque part dans l'usine. La norme ISO 50001 adopte une approche plus globale, du conseil d'administration de l'entreprise jusqu'aux personnes travaillant dans l'usine. En Allemagne et dans de nombreux autres pays, elle a pris un bon départ et est devenue très populaire.

La législation européenne a-t-elle eu une quelconque influence ?

Le deuxième développement important a été le remplacement de la directive sur les économies d'énergie par la directive sur l'efficacité énergétique d'ici 2012. C'est la première fois que la Commission européenne a introduit un instrument d'efficacité énergétique pour le secteur industriel avec des audits obligatoires pour les grandes entreprises industrielles.

Les États membres ont maintenant achevé le premier cycle d'audits obligatoires en matière d'efficacité énergétique. Et bien que la directive n'ait rendu cette obligation que pour les grandes industries, certains pays, comme l'Italie, ont également inclus les grandes PME. Que ce premier cycle ait été couronné de succès ou non, n'est pas si important. La grande étape a consisté à mettre le secteur industriel sur la voie de l'apprentissage.

La directive a également fourni quelques premières orientations aux PME et a encouragé la récupération de la chaleur résiduelle des processus industriels.

Et la troisième réalisation ?

Le troisième instrument important a été le système d'échange de quotas d'émission en tant que moteur d'une plus grande efficacité énergétique. Bien qu'à ce jour, nous n'ayons pas obtenu de résultats suffisants pour promouvoir l'efficacité énergétique.

Les meilleures pratiques mondiales à Wels

Que reste-t-il à faire ?

Le dernier rapport spécial du GIEC indique clairement que nous ne devons pas dépasser 1,5 degré centigrade, nous devons donc nous fixer cet objectif.

Certains disent que dans de nombreux pays et secteurs, les fruits à portée de main ont maintenant disparu. Je ne suis pas du tout d'accord avec cela. Tout le monde a encore à faire !

Prenons les audits obligatoires que j'ai mentionnés précédemment : 90 % des mesures recommandées par les audits énergétiques n'ont pas encore été mises en œuvre.

L'industrie des boissons et la Belgique en sont un bon exemple. Ils sont très progressistes et cherchent toujours les moyens les plus innovants de brasser la bière. C'est la culture que nous devons développer : Nous ne pouvons pas nous reposer sur nos lauriers et nous contenter de chaudières vieilles de 30 ans.

Nous devrions examiner les meilleures pratiques au niveau mondial. Les Journées mondiales de l'énergie durable qui se tiennent chaque année à Wels, en Autriche, sont une excellente occasion de le faire.

Quelle est la contribution d'événements tels que les Journées mondiales de l'énergie durable ?

Il s'agit de premières journées pour le secteur industriel. Il a besoin de s'inspirer d'autres secteurs. C'est pourquoi les Journées mondiales de l'énergie durable sont importantes pour partager des idées et apprendre les uns des autres. Il est encourageant de voir autant d'experts et de recevoir autant d'analyses de toutes les régions du monde. Les gens de la Commission sont à l'écoute. Vous obtenez des informations sur les résultats des projets financés par l'UE.

Ce qui est particulièrement intéressant pour les représentants de l'industrie, c'est le salon professionnel où vous pouvez voir et toucher les technologies et discuter avec les fournisseurs. Les industriels adorent cela.

Nous travaillons trop en vase clos. Lorsque nous parlons de bâtiments, nous devrions aussi parler d'énergies renouvelables. Lorsque nous parlons d'énergies renouvelables, nous devrions également parler d'efficacité énergétique, car elles doivent collaborer étroitement dans le cadre de notre transition vers une énergie à faible teneur en carbone. Des événements comme le WSED les relient.

 

 

Retrousser les manches

Si vous examinez les projets en cours, quelle pourrait être la prochaine innovation révolutionnaire, selon vous ?

Dans le passé, nous avons toujours cherché la chose qui allait être la plus révolutionnaire. Quand j'étais plus jeune, nous pensions que ce serait l'énergie nucléaire. Il s'est avéré que ce n'était pas le cas. Après la première crise pétrolière, des gens comme Jimmy Carter ont pensé que les énergies renouvelables feraient vite l'affaire. Mais je crois sérieusement que le pionnier est en train d'utiliser toute la gamme de mesures d'une manière bien conçue et réfléchie. Je crains qu'il n'existe pas de technologie unique qui permette de tout réaliser. Nous devons donc nous retrousser les manches et continuer à nous brancher.

Que peuvent faire des organisations telles que l'efficacité énergétique dans les processus industriels ?

En ce qui concerne le PIEE, nous avons commencé en 2011 et avons créé une communauté à partir de zéro. Il n'y avait rien sur ce sujet au niveau de l'UE. Nous avons maintenant environ 140 000 personnes qui nous suivent sur les différents canaux des médias sociaux. Il y a un grand intérêt.

Nous publions un magazine gratuit trois fois par an avec un partenaire. Ils en impriment 25 000 exemplaires qui vont dans les usines.

Nous avons fait de gros progrès en ce moment. Mais nous devons aussi aller au-delà de la question de l'industrie et nous intéresser aux villes intelligentes par exemple. Nous nous intéressons également aux nouvelles technologies telles que la chaîne de blocs et l'intelligence artificielle.

Quelle serait la promesse de votre organisation, l'EEIP ? Ou votre promesse personnelle ?

Nous avons déménagé des appartements en décembre dernier, et il y avait 50 lampes halogènes au plafond dans l'endroit. J'y ai mis toutes les LED. Cela me vient naturellement car mon père était hollandais et ma mère écossaise (rires).

En tant qu'organisation, nous sommes très petits mais nous essayons d'être de bons citoyens corporatifs durables. Nous venons tous travailler dans les transports publics, et la semaine dernière, ma montre Fitbit a enregistré que je marche ou cours normalement environ 80 km par semaine.

Mais au niveau européen et mondial, nous pouvons offrir une plateforme permettant aux gens d'exprimer leur travail en matière d'efficacité énergétique et leur volonté de faire les choses à l'avenir.

Rencontrer le monde et l'UE lors d'un même événement

Vous avez également soutenu activement les efforts du WSED pour promouvoir le travail des jeunes chercheurs pendant un certain temps. Pourquoi pensez-vous qu'il vaut la peine d'assister à la conférence des jeunes chercheurs ?

Je ne connais aucun autre événement en Europe qui le fasse pour les jeunes chercheurs et je pense que c'est fondamentalement important. Je fais partie du comité scientifique depuis de nombreuses années maintenant pour évaluer les articles qui arrivent des jeunes chercheurs. Mais les gens comme moi ne seront pas les analystes en 2050. Nous devons former de nouvelles générations de chercheurs. Ils apportent de nouvelles idées, de nouvelles méthodologies et de nouvelles façons d'exprimer les choses.

Et pour eux, il est important de pouvoir présenter ce qu'ils ont fait lors d'un événement comme le WSED. Je reconnais tout le mérite du WSED pour avoir fait cela.

Comment votre travail en bénéficie-t-il ? Qu'est-ce qui est différent, quand vous revenez ?

Lorsque j'ai été invité pour la première fois aux Journées mondiales de l'énergie durable, je ne savais pas à quoi m'attendre. Mais j'étais assez intriguée et j'ai adoré la foire commerciale qui l'accompagnait. Et j'ai aimé les gens que j'ai rencontrés. Nous avons eu les discussions les plus intéressantes du matin au soir.

Vous rencontrez des gens du Portugal, de Bulgarie ou de Roumanie. Vous verrez un conférencier de Suède, puis le suivant vient d'Italie ou du Canada. C'est fantastique.

À Bruxelles, les membres du Parlement européen et les gens de la Commission européenne courent partout comme des fous. Mais à Wels, ils sont détendus et vous pouvez leur parler. C'est la seule fois où vous pouvez leur parler en tant qu'êtres humains.

Je suis dans le jeu depuis longtemps et je devrais être un peu plus blasé à ce sujet, mais je suis excité.

Christiane et son équipe continuent de progresser et ont réussi à faire connaître Wels et la Haute-Autriche. L'année dernière, ils ont accueilli des participants de 66 pays. C'est en effet assez impressionnant. Et pour couronner le tout, il y a de la nourriture autrichienne.

*EEIP = Efficacité énergétique dans les processus industriels

___________

N'oubliez pas...

Pour plus d'informations, écrivez-moi, Rod Janssen, à rod.janssen(at)ee-ip.org

Articles connexes

 

Restez à l'écoute ! Les meilleures idées pour l'efficacité énergétique et la transition énergétique...