L'avenir durable de l'Europe dépend de l'accessibilité des matières premières pour les piles

11 February 2020
L'avenir durable de l'Europe dépend de l'accessibilité des matières premières pour les piles

Le CESE considère l'accessibilité des matières premières comme un problème urgent. La généralisation de l'e-mobilité est la prochaine étape clé pour rendre possible le transport durable. L'électrification est la seule solution pour un carburant durable et cela nécessite des batteries. Les batteries des voitures représentent 40 % du coût d'un véhicule électrique, mais 96 % d'entre elles sont produites hors d'Europe. La stratégie européenne pour les batteries doit être globale et prendre en compte l'ensemble de leur cycle de vie, de la création au déploiement et au recyclage. Les entreprises européennes ne pourront devenir un acteur majeur du développement et du déploiement des batteries sur le marché mondial qu'en faisant un énorme bond en avant au cours des prochaines années. Le CESE a souligné l'importance du recyclage des matériaux dans son avis de 2019 sur les piles, où l'"urban mining" a été présenté comme un moyen possible de construire de nouvelles piles en récupérant des éléments à partir de produits et de déchets usagés, tels que les appareils électriques et électroniques mis au rebut. Retour à l'accueil du Mail Online. Pour lire l'article complet sur cet article, cliquez ici.


Contenu complémentaire   #avenir de l'europe  #sources de l'ue  #europe 


Le Comité économique et social européen (CESE) souligne que l'accessibilité des matières premières est une question urgente et met en garde contre la nécessité de trouver rapidement une solution pour le développement des batteries afin de rendre possible la mobilité électrique et le transport durable.

L'Union européenne doit garantir un accès permanent aux matières premières dès que possible afin de développer une industrie des batteries forte pour les véhicules électriques. L'alarme a été tirée lors du débat organisé à Bruxelles le 5 février 2020 par la section spécialisée "Transports, énergie, infrastructures, société de l'information" (TEN).

La généralisation de l'e-mobilité, avec des émissions nulles CO₂, est la prochaine étape clé pour faire du transport durable et de la neutralité climatique une réalité. Néanmoins, ce n'est qu'en ayant un accès permanent aux matières premières pour les batteries que l'Europe pourra s'éloigner des combustibles fossiles et adopter l'électrification.

Colin Lustenhouwer, rapporteur de l'avis du CESE de l'année dernièresur les piles, a souligné qu'il était essentiel de sensibiliser aux mesures urgentes nécessaires et a déclaré : "Nous devons agir immédiatement. L'accessibilité des matières premières est un problème permanent dans un domaine où l'Europe dispose de peu de ressources et souhaite garantir l'approvisionnement. L'électrification est la seule solution pour un carburant durable et cela nécessite des batteries.

Garantir l'indépendance vis-à-vis des matières premières

Les batteries de voiture sont une question cruciale pour l'avenir de l'Europe et ne doivent pas être considérées comme acquises. Elles représentent 40 % du coût d'un véhicule électrique, mais 96 % d'entre elles sont produites en dehors de l'Europe.

Les matières premières ne sont pas disponibles dans l'UE dans la mesure nécessaire et doivent être importées. Le lithium, le nickel, le manganèse et le cobalt proviennent principalement d'Amérique du Sud et d'Asie. Cela signifie que si l'UE n'agit pas, elle deviendra de plus en plus dépendante de pays tiers tels que le Brésil et la Chine.

En outre, la nécessité de garantir l'approvisionnement en matières premières pour les batteries entraîne une concurrence internationale qui pourrait bien affecter l'équilibre géopolitique et provoquer des tensions politiques dans les pays exportateurs. L'UE doit donc agir rapidement pour s'assurer qu'elle a accès au marché mondial et ne sera donc pas vulnérable en raison de la course imminente aux matières premières.

Promouvoir l'économie circulaire des piles

La stratégie européenne pour les piles doit être globale et prendre en compte l'ensemble de leur cycle de vie, de la création au déploiement et au recyclage. Tous les acteurs doivent être impliqués et se mobiliser, conformément aux principes de l'approche de la chaîne de valeur qui prend en compte chaque étape.

Pierre Jean Coulon, président de la section TEN, a déclaré : "Pour notre avenir durable, nous devons prendre en compte la durée de vie complète des piles et nous doter des ressources nécessaires. Les entreprises européennes ne peuvent devenir un acteur majeur dans le développement et le déploiement des batteries sur le marché mondial qu'en faisant un énorme bond en avant dans les prochaines années.

Le CESE a suivi de près cette question

Le CESE a souligné l'importance du recyclage des matériaux dans son avis de 2019 sur les piles, où il a encouragé l'"exploitation minière urbaine" comme moyen possible de fabriquer de nouvelles piles en récupérant des éléments à partir de produits usagés et de déchets, tels que les appareils électriques et électroniques mis au rebut.

Dans cet avis, le Comité a appelé à une industrie européenne des piles forte et a soutenu le plan d'action stratégique présenté par la Commission européenne, en soulignant deux priorités : d'une part, des investissements plus lourds sont nécessaires pour atteindre le niveau d'expertise technologique nécessaire, et d'autre part, des solutions doivent être trouvées pour garantir l'approvisionnement en matières premières provenant de pays tiers et de sources européennes.

Soulignant que l'UE doit faire plus et adopter une approche structurelle en matière de piles, le CESE a été l'une des premières institutions à réunir tous les partenaires sociaux pour souligner que les piles constituent l'un des principaux défis pour un avenir vert et prospère pour l'Europe.

 

Auteur : Comité économique et social européen