Les groupes verts exposent leurs priorités pour faire de l'industrie européenne un leader mondial

25 May 2020 par Rod Janssen
Les groupes verts exposent leurs priorités pour faire de l'industrie européenne un leader mondial

Les groupes verts ont exposé leurs priorités pour faire de l'industrie européenne un leader mondial. Une industrie propre et responsable doit être la réponse de l'Europe à la crise du covid-19. Le seul secteur des énergies renouvelables emploie aujourd'hui environ 1,2 million de personnes dans l'UE. Ce nombre devrait augmenter rapidement, y compris dans les régions charbonnières. Le Bureau européen de l'environnement (BEE) a prévenu que les investissements publics et privés doivent être entièrement réorientés, en se détournant des combustibles fossiles et des pratiques commerciales gaspilleuses, vers des solutions circulaires, sans pollution et sans fossile. C'est la seule façon d'assurer la décarbonisation de l'économie européenne d'ici 20

2040, a déclaré le BEE. Les EII se sont engagés à atteindre la neutralité carbone d'ici 2050, en exposant leur plan directeur pour surmonter les défis et exploiter les opportunités. Elles comprennent les producteurs de ciment, de produits chimiques, d'ammoniac et d'acier, qui représentent 14 % des industries à forte intensité énergétique. Et la Commission et le Parlement peuvent l'inscrire dans une démarche zéro-pollution.


Contenu complémentaire   #transformation  #énergies renouvelables  #transformer 


Alors que l'Europe se prépare à une nouvelle révolution industrielle au lendemain de la crise de la Covid-19, les groupes verts ont défini leurs priorités pour faire de l'industrie européenne un leader mondial. Une industrie propre et responsable doit être la réponse de l'Europe à la crise de la covid-19, a déclaré un groupe d'ONG dans un rapport publié cette semaine.

 

 

 

 

Transformer l'industrie pour un avenir plus résilient - rapport des ONG

 

Le rapport, publié après que les militants aient jugé la stratégie industrielle de l'UE trop faible pour réaliser l'ambition du "Green Deal" européen, exhorte les dirigeants européens à axer la relance économique sur les secteurs à croissance rapide comme les énergies renouvelables, l'efficacité énergétique et l'éco-conception. Tous ces secteurs peuvent être les fondements de l'industrie de demain et offrir des solutions à de multiples défis, dont la hausse du chômage.

 

Le secteur des énergies renouvelables emploie aujourd'hui à lui seul environ 1,2 million de personnes dans l'UE. Ce nombre devrait augmenter rapidement, y compris dans les régions charbonnières, car la part des énergies renouvelables devrait plus que doubler d'ici 2030.

 

Le Bureau européen de l'environnement (BEE), l'une des organisations à l'origine du rapport, a averti que les investissements publics et privés doivent être entièrement réorientés pour s'éloigner des combustibles fossiles et des pratiques commerciales de gaspillage, et se diriger vers des solutions circulaires, non polluantes et sans fossiles. C'est la seule façon d'assurer la décarbonisation de l'économie européenne d'ici 2040, ce qui est la seule solution compatible avec le scénario de 1,5 degré du GIEC.

 

Pour atteindre cet objectif, les dirigeants et l'industrie européens devront repenser les technologies et les processus de production, transformer les modes de consommation et permettre un mode de vie durable, a déclaré Davide Sabbadin, expert du climat au sein du BEE et principal auteur du rapport.

 

M. Sabbadin a expliqué que cela signifie que "l'Europe devra adopter des chaînes d'approvisionnement plus courtes et plus diversifiées et une fabrication plus locale".

 

Suzana Carp, de Sandbag, une autre organisation impliquée dans le rapport, a déclaré que le rapport "fournit aux décideurs politiques un portefeuille d'experts en matière de politiques vertes et de stimulation de l'économie qui peuvent donner naissance à une industrie nette zéro, dans une Europe zéro pollution".

 

"C'est le futur que les citoyens européens méritent et la Commission et le Parlement peuvent le mettre en route grâce au plan de relance", a ajouté M. Carp.

 

Mercredi prochain, la Commission européenne devrait annoncer la création d'un fonds de relance sans précédent pour aider le bloc à surmonter les conséquences de la crise de la COVID-19. Agnese Ruggiero, chargée de mission au sein de Carbon Market Watch, également impliquée dans le rapport, a déclaré qu'"une reprise verte nécessitera la mise en œuvre complète du Green Deal de l'UE. Cela inclut la mise à l'épreuve du marché du carbone de l'UE. Il doit enfin devenir un outil permettant de conduire la transformation propre de l'industrie européenne".

 

Les chefs d'entreprise se sont également prononcés à plusieurs reprises en faveur d'une industrie plus propre, et nombre d'entre eux ont rejoint l'Alliance européenne pour une relance verte en avril.

 

Dans un rapport publié en décembre de l'année dernière, les industries européennes les plus énergivores se sont engagées à atteindre la neutralité carbone d'ici 2050, en présentant leur plan directeur pour surmonter les difficultés et exploiter les opportunités. Parmi les industries concernées figurent les producteurs de ciment, de produits chimiques, d'ammoniac et d'acier, qui représentent 14 % des émissions totales de l'Europe.

 

Alors que les groupes industriels ont jusqu'à présent surtout insisté sur le développement de nouvelles technologies, y compris des technologies de capture et de stockage du carbone, les groupes verts ont souligné la nécessité de se concentrer d'abord sur les technologies existantes ainsi que sur l'efficacité énergétique et l'utilisation efficace des ressources.

 

Selon Keith Whiriskey de Bellona, qui a également contribué au rapport, "c'est un moment où l'industrie peut être créative avec les technologies vertes et propres alternatives qui existent déjà. L'Europe peut ouvrir la voie en mettant à la disposition des centres industriels européens des infrastructures d'hydrogène, de CO2 et d'électricité propre".

 

Le rapport est disponible ici.