Les investissements dans l'énergie propre doivent être 50% plus élevés pour limiter le réchauffement à 1,5C

13 August 2018 par Jürgen Ritzek
Les investissements dans l'énergie propre doivent être 50% plus élevés pour limiter le réchauffement à 1,5C

Il faut investir 460 milliards de dollars supplémentaires par an dans l'économie à faible émission de carbone au niveau mondial au cours des 12 prochaines années. Ce montant est supérieur de 50 % à l'investissement supplémentaire nécessaire pour respecter la limite des 2°C. Pour faire disparaître le charbon, nous devons investir dans les énergies renouvelables. L'accord de Paris stipule que les pays doivent augmenter le financement de l'économie à faible émission de carbone. L'étude combine les résultats de six modèles d'évaluation intégrée (MEI) différents pour rendre ses conclusions plus solides. Les résultats montrent qu'un investissement supplémentaire de 132 milliards de dollars dans l'efficacité énergétique est nécessaire entre 2016 et 2030 pour atteindre les objectifs des NDC, par rapport à un scénario de statu quo.

comme d'habitude. Ce montant est également comparable aux 100 milliards de dollars de financement climatique que les pays riches ont promis aux pays en développement pour les aider à financer leurs efforts en matière de climat. Mais il manque déjà le coche en termes de réduction des émissions d'ici 2025-2030. Retour à l'accueil de MailOnline. Retour à Carbon Brief.com/lfo.com.


Contenu complémentaire   #gaz  #gaz naturel  #charbon 


Pour faire du charbon une histoire, nous devons investir dans les énergies renouvelables (Photo deThomas Wolf, CC BY-SA 3.0 DE)

Publié pour la première fois àCarbon Brief.

Selon un nouveau document, il faut investir 460 milliards de dollars supplémentaires par an dans l'économie à faible intensité de carbone au niveau mondial au cours des 12 prochaines années pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. Jocelyn Timperley y jette un coup d'œil.

C'est 50 % de plus que l'investissement supplémentaire nécessaire pour atteindre une limite de 2C, indique le document. Il est le premier à évaluer la différence d'investissements et de flux monétaires entre les deux objectifs de température de l'accord de Paris, explique l'auteur principal à Carbon Brief.

Le document constate également qu'une augmentation beaucoup plus rapide des investissements dans les énergies à faible teneur en carbone et dans l'efficacité énergétique serait nécessaire pour limiter le réchauffement à 1,5C. En attendant, les investissements dans le charbon ne changeraient pas de manière substantielle entre un scénario 1,5C et 2C, dit l'auteur principal, puisqu'une réduction spectaculaire des investissements dans le charbon est déjà nécessaire pour atteindre l'objectif 2C.

Flux financiers

L'accord de Paris stipule que les pays doivent augmenter le financement de l'économie à faible intensité de carbone. L'article 2.1(c) de l'accord engage les signataires :

"Rendre les flux financiers compatibles avec un cheminement vers un développement à faibles émissions de gaz à effet de serre et à l'épreuve du climat".

Le document, publié dans Nature Energy, vise à quantifier l'ampleur des flux financiers qui pourraient être nécessaires pour atteindre les objectifs globaux de température de l'accord de Paris. Il évalue le montant nécessaire pour quatre scénarios.

Dans le premier, les pays atteignent les objectifs fixés dans leurs promesses climatiques individuelles actuelles ("contributions déterminées au niveau national", ou CDN). Le deuxième scénario vise à atteindre l'objectif de Paris de limiter le réchauffement climatique à "bien en dessous de 2C". Le troisième scénario envisage un monde où l'objectif ambitieux de Paris de limiter le réchauffement à 1,5C est atteint. Ces scénarios sont comparés à un scénario de maintien du statu quo sans resserrement supplémentaire des politiques climatiques et énergétiques actuelles.

L'étude combine les résultats de six différents modèles d'évaluation intégrée (MEI) pour rendre ses conclusions plus solides. Chaque modèle représente le système énergétique mondial et les différentes options d'atténuation pour l'avenir d'une manière légèrement différente. Tous les scénarios s'inscrivent dans un avenir "intermédiaire" où les tendances sociales, économiques et technologiques suivent globalement leurs schémas historiques(SSP2).

Les résultats montrent qu'un investissement supplémentaire de 132 milliards de dollars dans les technologies à faible intensité de carbone et l'efficacité énergétique est nécessaire entre 2016 et 2030 pour atteindre les objectifs du NDC, par rapport à un scénario de statu quo.

Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), les investissements supplémentaires nécessaires pour respecter les engagements en matière de climat représentent moins d'un dixième des 1 700 milliards de dollars investis dans le système énergétique mondial en 2016.

Ce montant est également comparable à la somme de 100 milliards de dollars par an que les pays riches ont promis aux pays en développement pour les aider à financer leurs efforts en matière de climat.

David McCollum, chercheur principal à l'Institut international pour l'analyse des systèmes appliqués (IIASA) et auteur principal de l'article, affirme que cela signifie que la promesse de 100 milliards de dollars aiderait grandement les pays en développement à atteindre leurs objectifs en matière de CDN. Il explique à Carbon Brief :

"C'est quelque chose qui, en théorie, pourrait être fait, si les priorités étaient fixées de la bonne manière... Mais comme nous le savons grâce à cette recherche et à d'autres recherches, les objectifs de NDC ne nous rapprochent pas de la position que nous devons avoir pour les 2C, et certainement pas pour les 1,5C. Cela nous met sur la bonne voie, mais il manque déjà la cible en termes de réduction des émissions d'ici 2025-2030".

Le graphique ci-dessous montre les résultats de l'écart d'investissement constaté par l'étude, ainsi que l'investissement annuel moyen beaucoup plus élevé nécessaire jusqu'en 2050. Cela s'explique par la nécessité d'accélérer les investissements dans les énergies propres au-delà de 2030, ce qui fait augmenter le chiffre moyen annuel.

 

Les écarts d'investissement annuels mondiaux dans les énergies à faible teneur en carbone et l'efficacité énergétique dans le cadre de scénarios politiques resserrés, s'élèvent en moyenne jusqu'en 2030 et 2050. Les scénarios envisagent un monde où les engagements des pays NDC sont respectés et où les limites de température de 2C et 1,5C de l'accord de Paris sont respectées. Source : McCollum, D.L. et al(2018) Supplementary Material. Graphique par Carbon Brief.

2C vs 1,5C

Pour l'objectif 2C, l'investissement annuel supplémentaire nécessaire dans l'énergie à faible teneur en carbone et l'efficacité énergétique d'ici 2030 passe à 303 milliards de dollars. Les investissements à faible intensité de carbone dépasseraient les investissements dans les combustibles fossiles dès 2025 et connaîtraient une croissance rapide par la suite, comme le montre le graphique ci-dessous. Aujourd'hui, environ deux tiers de ces investissements dans l'énergie du côté de l'offre sont liés aux combustibles fossiles, le tiers restant étant consacré aux énergies à faible teneur en carbone.

 

Projection des voies d'investissement annuelles moyennes au niveau mondial pour atteindre les objectifs 1,5C (vert), 2C (bleu) et NDC (rouge) ainsi que le scénario du statu quo (CPol ; noir). Les valeurs sont données en pourcentage des investissements du côté de l'offre par rapport au total des investissements du côté de l'offre. Par conséquent, ces valeurs ne comprennent pas les investissements dans l'efficacité énergétique. Source : McCollum, D.L. et al. (2018) via Carbon Brief

Pour l'objectif de 1,5C, 458 milliards de dollars supplémentaires seraient nécessaires, selon l'étude. Cela signifierait un "changement progressif" en termes de montant investi par tonne de CO2 évitée, ajoute-t-elle.

L'effort d'investissement supplémentaire nécessaire pour passer de 2C à 1,5C est surprenant, déclare M. McCollum :

"Passer de 2C à 1,5C ne représente que quelques centaines de gigatonnes de carbone, mais les efforts d'investissement - en particulier à court terme jusqu'en 2030 - sont bien plus importants en termes d'augmentation des énergies renouvelables et d'efficacité. C'est donc non linéaire, en d'autres termes : il y a ce point de basculement si nous voulons dépasser les 2C et passer à 1,5C."

Il est également important de noter que la limitation des températures mondiales à 1,5°C devrait avoir des avantages économiques. Selon un document publié au début de l'année, le PIB par habitant serait supérieur de 5 % d'ici 2100 si les températures se stabilisaient à 1,5 °C plutôt qu'à 2 °C.

Le déclin du charbon

Une chose qui ne change pas de manière substantielle entre les scénarios 1,5C et 2C, cependant, est la nécessité de s'éloigner des investissements dans le charbon sans relâche, dit M. McCollum.

Ici, la différence entre les scénarios 2C et 1,5C est que les investissements dans le pétrole et le gaz naturel sont encore moins importants, constate le document. Dans certains modèles, les auteurs ont trouvé une marge limitée pour les investissements dans le gaz naturel avec le captage et le stockage du carbone(CSC). En attendant, la part des investissements dans la transmission et la distribution d'électricité, qui représente déjà actuellement environ un quart de tous les investissements énergétiques, va continuer à augmenter.

Selon leprofesseur Sam Fankhauser, directeur de l'Institut de recherche Grantham sur le changement climatique et l'environnement, le point essentiel de la nouvelle étude est la nécessité d'utiliser différemment les flux de capitaux existants, plutôt que de mobiliser des capitaux supplémentaires. Il a déclaré à Carbon Brief :

"Nous avons aussi besoin d'investissements supplémentaires, mais l'essentiel est de réorienter les investissements énergétiques existants des combustibles fossiles vers les énergies renouvelables. Il n'est donc pas surprenant que l'accélération des investissements dans les énergies propres dépasse la baisse des investissements dans les combustibles fossiles d'ici dix ans".

Il ajoute que la même réorientation des capitaux est nécessaire dans d'autres domaines, tels que les transports, l'industrie et l'aménagement urbain.

________

Articles connexes

 

Restez à l'écoute ! Les meilleures idées pour l'efficacité énergétique et la transition énergétique...

 

À propos de l'auteur

Jocelyn Timperley est titulaire d'une maîtrise en chimie environnementale de l'université d'Édimbourg et d'un master en journalisme scientifique de la City University de Londres. Elle a travaillé auparavant chez BusinessGreen, où elle s'occupait des politiques à faible intensité de carbone et de l'économie verte.