Normalisation, données et risques pour les investissements dans l'efficacité énergétique

25 January 2017 par Dr. Steven Fawkes
Normalisation, données et risques pour les investissements dans l'efficacité énergétique

Ce matin, je vais parler de trois mots importants pour le marché du financement de l'efficacité énergétique. Il s'agit de la normalisation, des données et du risque. Le PCI normalise le processus de développement et de documentation des projets d'efficacité énergétique. Et nous devons normaliser les données et les rapports de performance. Nous disposons de données sur les performances des prêts automobiles depuis près d'un siècle et des prêts hypothécaires depuis plus longtemps. Mais il y a encore très peu de données sur les performances des projets d'efficacité énergétique et sur leurs résultats. Il y a également encore beaucoup de travail à faire sur les contrats de performance énergétique. Nous assistons actuellement à un certain nombre d'initiatives dans ce sens, notamment le projet DEEP du GEIE. Je vous encourage à utiliser DEEP et à fournir des données supplémentaires pour DEEP - examinons les risques de l'efficacité énergétique. Voici une version web de ce document qui permettra à quiconque d'accéder à des informations sommaires et à des références au web basées sur des données sur les sources de données et la référence à des sources de données pour les sources de données, y compris les données sur les prêts automobiles Model T Model T- 1908.


Contenu complémentaire   #investisseurs  #risque d'adresse  #investissement 


Bonjour, aujourd'hui je vais vous parler de trois mots importants pour le marché financier de l'efficacité énergétique, à savoir la normalisation, les données et le risque.

Je vais commencer par parler de ce que l'on appelle le fruit à portée de main de l'efficacité énergétique, une des expressions les plus fréquemment utilisées et mal utilisées dans le domaine de l'efficacité énergétique. Comme certains d'entre vous le savent, j'ai passé un certain temps en Arabie saoudite l'année dernière et il s'y passe des choses très importantes en matière d'efficacité énergétique. Cette photo montre des dates de péremption - au fait, si vous n'avez pas mangé de dattes saoudiennes fraîches, vous devez les goûter, elles sont délicieuses - mais de toute façon, nous devons interdire l'expression "fruit de péremption".

 

Standardisation blog 240117_1

 

La diapositive suivante montre que l'investissement dans l'efficacité énergétique est un travail difficile, vraiment difficile. C'est la situation actuelle. Il est vraiment difficile de déployer des capitaux dans l'efficacité énergétique, les accords prennent du temps, les accords s'effondrent après de longues périodes de développement, et de nombreux fonds ont eu du mal à déployer des capitaux - parfois même à les restituer aux investisseurs parce qu'ils ne peuvent pas trouver d'accords viables.

 

Standardisation blog 240117_2

 

La prochaine diapositive résume la situation dans laquelle nous devons nous engager : nous devons nous orienter vers des processus d'investissement automatisés à grande échelle, comme nous l'avons fait sur d'autres marchés financiers.

 

Standardisation blog 240117_3

 

J'ai déjà parlé à de nombreuses reprises de la nécessité de normaliser l'efficacité énergétique. L'EEFIG a déclaré que c'était un problème majeur, la Citi Bank a déclaré que c'était un problème majeur, et d'autres acteurs comme l'AIE ont été d'accord. En fait, la nécessité de normaliser a été à l'origine du projet de confiance des investisseurs. Le PCI normalise le processus de développement et de documentation des projets d'efficacité énergétique dans les bâtiments. J'ai trouvé une autre citation sur la normalisation qui me plaît : "Tous les marchés financierssont basés sur des normes. La révolution industrielle était basée sur la normalisation.

Que devons-nous donc normaliser ? Tout d'abord le processus de développement et de documentation des projets d'efficacité énergétique. C'est ce que fait le projet de confiance des investisseurs. Il existe maintenant. Il peut être utilisé dans tous les pays d'Europe et aux États-Unis. Utilisez-le, s'il vous plaît. Il fonctionne.

Deuxièmement, nous devons normaliser la compréhension des risques et de la valeur, ce qui signifie qu'il faut compter toutes les sources de valeur créées par les projets d'efficacité énergétique et être très clair sur tous les risques. C'est le sujet du "Cadre d'évaluation de la valeur et des risques pour le financement et les investissements dans l'efficacité énergétique" du Groupe des institutions financières pour l'efficacité énergétique, que nous sommes en train d'élaborer pour l'EEFIG et qui sera publié cet été.

Ensuite, nous devons normaliser les contrats. Beaucoup de travail a été entrepris à ce sujet dans le cadre des contrats de performance énergétique (CPE). Il existe maintenant plusieurs contrats types européens et des guides pour les CPE. Bien sûr, comme je l'ai déjà dit, nous devons développer d'autres modèles de contrats qui traitent des problèmes que les CPE ne traitent pas. Les contrats types existent et peuvent être utilisés.

Enfin, nous devons normaliser les données et les rapports sur les performances. Nous voyons actuellement un certain nombre d'initiatives dans ce sens, notamment le programme DEEP de l'EEFIG. Je vous encourage à utiliser DEEP et à fournir des données supplémentaires pour DEEP.

Examinonsles risques de l'efficacité énergétique. Lorsque j'ai commencé dans ce domaine il y a de nombreuses années, tout le monde disait que l'efficacité énergétique ne présentait aucun risque ou un risque faible. Aujourd'hui encore, les gens disent cela. Voici une citation récente que j'ai trouvée et qui restera anonyme : "Lesrendements sont énormes et il n'y a pratiquement aucun risque". C'est tout simplement faux. Voici quelques données provenant de certains projets américains qui montrent que les projets d'efficacité énergétique utilisant des technologies standard atteignent rarement les objectifs prévus. Si vous étiez un investisseur dans ces projets, que vous soyez un propriétaire ou une banque, vous ne seriez pas très heureux.

 

Standardisation blog 240117

 

L'EEFIG "Value and risk appraisal framework for energy efficiency finance and investments" est un guide pour l'évaluation de la valeur et du risque et vise à fournir un langage commun aux développeurs et aux financiers de projets. En plus du document, il y aura une version en ligne qui permettra à chacun d'accéder à des informations sommaires, à plus de détails ainsi qu'à des ressources et des références spécifiques liées au processus.

Examinons maintenant les données. Henry Ford a lancé la première voiture grand public, le modèle T, en 1908 et a commencé à changer le monde. En 1919, les prêts automobiles ont été développés et ont réellement ouvert le marché des voitures. Nous disposons donc de données sur les performances des prêts automobiles depuis près d'un siècle. Nous disposons de données sur les prêts hypothécaires depuis encore plus longtemps. Cependant, il existe encore très peu de données sur les projets d'efficacité énergétique et leurs performances, et ce pour plusieurs raisons :

  • Il est difficile de mesurer et d'évaluer les performances
  • La mesure et la vérification sont relativement nouvelles et encore peu utilisées
  • Les formulaires de contrat comme le CPE masquent le risque de performance
  • Données de performance considérées comme propriétaires.

Des sources de données apparaissent maintenant, ou du moins les premières versions de sources de données. La première est DEEP que j'ai déjà mentionnée. Il y a aussi le bouton Building qui a été lancé par le projet Investor Confidence. Le bouton Building permet aux développeurs de projets utilisant les protocoles du PCI d'appuyer sur un bouton et de commencer à collecter des données de performance réelles de manière standardisée.Il y a aussi la courbe. Cependant, à l'heure actuelle, même ces innovations ne disposent que de très peu de données sur les performances réelles. La collecte et la mise à disposition de données sur les performances est un concept nouveau et, bien entendu, la collecte de données chronologiques nécessite du temps. Une partie essentielle de toute future plateforme de données est un langage commun, à source ouverte, comme BEDES aux États-Unis. Sans cela, nous ne pouvons pas comparer des plateformes de données similaires ou construire des plateformes de données qui permettent à quiconque de construire des applications qui exploitent les données pour leurs propres objectifs spécifiques. Le bouton de construction du PCI est basé sur BEDES.

Rassemblons donc la normalisation, les données et les risques.

Tout d'abord, les différentes sources de financement prennent des risques différents. Il y a l'équité qui prend des risques d'équité et la dette qui prend des risques d'endettement, et toutes les nuances entre les deux. Le financement du PACE aux États-Unis, par exemple, est basé sur la taxe foncière qui est prioritaire par rapport aux hypothèques et est donc très peu risqué.Les gens doivent payer le remboursement de leur PACE sur leur impôt foncier ou le gouvernement local prend en charge leur maison. Les contrats de performance énergétique transfèrent le risque de performance à une ESCO, mais quel est le prix à payer pour transférer ce risque ? Souvent trop élevé, je pense.

Nous devons évoluer vers un monde dans lequel les risques sont découpés et transférés aux parties les plus désireuses et les plus aptes à prendre ces risques. Le rôle de l'assurance est important à cet égard et nous voyons certaines compagnies d'assurance prendre le risque de performance, une tendance qui va se développer. Les nouveaux modèles commerciaux tels que les contrats de services énergétiques gérés ou les transactions d'efficacité énergétique avec compteurs traitent le risque de différentes manières. Enfin, bien sûr, la source ultime de capitaux à faible coût, les marchés de capitaux d'emprunt, exige beaucoup de normalisation et de données.

En résumé, nous sommes toujours dans un monde où l'investissement dans l'efficacité énergétique est une activité de niche et un travail très, très dur. Pour passer à un monde où cette activité est généralisée et facile, nous devons la rendre semblable à celle de tous les autres marchés financiers. Pour passer à cet avenir, nous avons besoin de normalisation, de reconnaissance et de compréhension des risques, et de données ..... data, data and data.

Merci.

 

Merci à l'EASME d'avoir organisé le Marché financier de l'efficacité énergétique qui a connu un grand succès avec plus de 400 participants, ce qui démontre l'intérêt croissant pour le marché. Consultez également le blog de Steve sur onlyelevenpercent.com