Où en est l'industrie dans le traitement des obligations de l'Europe en matière de climat et d'énergie ?

02 March 2017 par Rod Janssen
Où en est l'industrie dans le traitement des obligations de l'Europe en matière de climat et d'énergie ?

La Commission européenne a publié ses propositions visant à réviser son arsenal législatif en matière d'énergie propre. De manière informelle, les propositions sont connues sous le nom de "Paquet d'hiver". Il propose un nouvel objectif d'économie d'énergie pour 2030 - 30%, contre 27% auparavant, et désormais contraignant et non plus indicatif. Le paquet est actuellement soumis à la procédure d'approbation du Parlement européen et du Conseil européen (ministres des États membres).

L'analyse d'impact qui a étayé les propositions a montré que les réductions dans l'industrie d'ici 2030 varient de 0,5 % à 12 % par rapport au niveau de référence. Il existe certaines initiatives non législatives qui pourraient être bénéfiques pour l'industrie. L'UE doit donner les bons signaux pour montrer qu'elle fera tout son possible pour aider son secteur industriel à maintenir son avantage concurrentiel. Il est fondamental d'améliorer la façon dont il utilise l'énergie, car de nouvelles technologies et techniques arrivent sans cesse sur le marché. Nous espérons que cela changera, car on prend de plus en plus conscience que l'industrie ne doit pas être négligée, écrit Andrew Hammond.


Contenu complémentaire   #europe  #initiative  #initiatives 


Où en est l'industrie dans le traitement des obligations de l'Europe en matière de climat et d'énergie ?

En novembre dernier, la Commission européenne a publié ses propositions visant à réviser son arsenal législatif en matière d'énergie propre afin qu'il soit mieux adapté à l'objectif d'aider l'Europe à respecter ses obligations au titre de l'accord de Paris sur le climat. Ces propositions sont connues de manière informelle sous le nom de "paquet hiver". Il est important de noter qu'il propose un nouvel objectif d'économie d'énergie pour 2030 - 30 %, contre 27 % auparavant, et qu'il est désormais contraignant au lieu d'être indicatif. Le paquet est actuellement en cours d'approbation au sein du Parlement européen et du Conseil européen (ministres des États membres).

Le paquet a trois objectifs principaux :

  1. donner la priorité à l'efficacité énergétique,
  2. d'atteindre un leadership mondial dans le domaine des énergies renouvelables, et
  3. en offrant un traitement équitable aux consommateurs.

Les actions de facilitation comprennent, entre autres,

  • des initiatives visant à accélérer l'innovation en matière d'énergie propre,
  • la promotion d'initiatives menées par l'industrie pour favoriser la compétitivité, et
  • maximiser le leadership de l'Europe dans les technologies et services énergétiques propres pour aider les pays tiers à atteindre leurs objectifs politiques.

Il existe un texte législatif, la directive de 2012 sur l'efficacité énergétique, dont certains éléments concernent directement le secteur industriel.

Tout d'abord, il y a eu l'obligation pour les grandes industries de se soumettre à un audit obligatoire avant la fin de 2016, puis à des audits réguliers. La définition était vague et à son crédit, l'Italie incluait les petites et moyennes entreprises qui étaient de grands consommateurs d'énergie.

La DEE a également fait pression pour une plus grande promotion des systèmes de gestion de l'énergie, tels que la norme ISO 50001 et pour une plus grande aide aux PME.

Pour une raison quelconque, et ce n'est pas évident, il n'y a pas eu de nouvelles propositions législatives pour l'industrie. L'analyse d'impact qui a soutenu les propositions a montré que les réductions dans l'industrie d'ici 2030 vont de 0,5% à 12% par rapport à la base de référence. Il est intéressant de noter que les économies attendues sont principalement dues au système communautaire d'échange de quotas d'émission (SCEQE) et à l'impact de l'écoconception sur les performances des moteurs industriels.

C'est étrange, car il est largement admis que, quel que soit l'impact global du SCEQE, il n'a certainement pas encouragé l'industrie à améliorer son efficacité énergétique.

Il y a un problème majeur. La Commission a limité le nombre d'articles de la directive qui seront révisés. Elle seule peut accepter d'ouvrir tout autre article et ils ne montrent aucun signe de volonté de le faire. Cela ne signifie pas que les représentants de l'industrie ne doivent pas élever la voix. Cela signifie que les résultats risquent de ne pas venir rapidement.

Sur une note plus positive, il existe certaines initiatives non législatives qui pourraient être bonnes pour l'industrie. N'en discutons que deux.

Le Groupe des institutions financières pour l'efficacité énergétique (EEFIG)

Le Groupe des institutions financières pour l'efficacité énergétique (EEFIG) a été mis en place par la Commission et le Programme des Nations Unies pour l'environnement - Initiative financière il y a quelques années. L'EEIP en est membre. Alors qu'il a initialement fourni des recommandations à la Commission et au secteur financier sur la manière d'améliorer le flux de financement vers l'industrie et les bâtiments, il commence à prendre d'autres mesures. Une base de données est en cours de création qui aidera à augmenter les investissements dans l'efficacité énergétique en Europe. Appelée DEEP - De-risking Energy Efficiency Platform - il s'agit d'une initiative à code source libre qui permet un meilleur partage et une analyse transparente des projets existants dans les bâtiments et l'industrie. Récemment lancée, la base de données comprend maintenant plus de 7 000 projets.

L'EEFIG décidera bientôt des mesures à prendre. On espère qu'il comprendra un forum plus formel pour les parties prenantes afin de discuter de la manière dont le secteur financier peut jouer un rôle plus proactif et efficace pour garantir la disponibilité de financements suffisants.

Projet européen pour l'industrie, les infrastructures et la confiance des investisseurs (I3CP)

Un nouveau projet financé par la Commission européenne, appelé Industry, Infrastructure & Investor Confidence Project Europe (I3CP), est lié à ce projet. Il vise à accélérer la création d'une catégorie d'actifs mondiale pour les investissements en matière d'efficacité énergétique dans l'industrie et les infrastructures en normalisant les projets, de la conception initiale à la mesure et à la vérification. Cela permettra d'améliorer l'ensemble du processus de projet, en donnant aux investisseurs une plus grande confiance dans l'impact attendu. Le projet vient de démarrer et l'EEIP est membre du consortium du projet. Nous veillerons à ce que les lecteurs soient tenus au courant des progrès réalisés. Pour plus d'informations sur ce projet, consultez le post du Dr Steven Fawkes sur"Standardisation, données et risques pour les investissements dans l'efficacité énergétique".

Où en sommes-nous ?

L'industrie est l'un des principaux moteurs de l'économie européenne. Elle doit rester compétitive et innovante. Il est fondamental d'améliorer la manière dont elle utilise l'énergie, car de nouvelles technologies et techniques sont constamment mises sur le marché. Il est important que l'Union européenne donne les bons signaux qu'elle fera tout son possible pour aider son secteur industriel à maintenir son avantage concurrentiel. Malheureusement, le paquet de mesures de l'hiver n'y parvient pas. Espérons que les choses changeront, car il y a une prise de conscience accrue que l'industrie ne doit pas être négligée.

Pour plus d'informations sur le "paquet hiver", y compris des liens vers les publications de la Commission européenne sur les trois principaux objectifs ("donner la priorité à l'efficacité énergétique", "devenir leader mondial dans le domaine des énergies renouvelables" et "offrir un traitement équitable aux consommateurs"), consultez mon précédent article sur "Ce que le paquet hiver signifie pour l'industrie".