Piles incluses : Les gigafactories font avancer la transition énergétique allemande

09 October 2018 par Jürgen Ritzek
Piles incluses : Les gigafactories font avancer la transition énergétique allemande

Les pays et producteurs européens se lancent dans les batteries. C'est l'occasion pour l'Allemagne de créer des emplois stables dans ses anciennes régions minières et d'éliminer enfin le charbon. La Commission européenne a créé l'Alliance européenne pour les piles (EBA).

L'EBA devrait encourager les investisseurs et les entreprises à contribuer à alimenter une industrie naissante de la voiture électrique, à approvisionner le réseau énergétique en pleine évolution et à générer des milliers d'emplois de haute technologie bien rémunérés. Plusieurs entreprises, dont Tesla, seraient en train de prendre des mesures pour construire de vastes "gigafactories" sur tout le continent. Avant sa première réunion, la nouvelle commission allemande du charbon a cité les usines de batteries vertes comme une solution viable. L'UE pourrait s'emparer d'un marché des batteries pouvant atteindre 250 milliards d'euros par an à partir de 2025. Le leader de la voiture électrique Tesla semble sur le point de faire une annonce d'investissement majeur en Europe. Si ces projets aboutissent, l'Europe pourrait devenir la plaque tournante de la production de batteries, créant des emplois et une meilleure production de batteries et créant des emplois pour l'avenir du continent.


Contenu complémentaire   #Allemagne  #parcs éoliens  #emplois dans le secteur des énergies renouvelables 


Première publication ici.

Des parcs éoliens reliés à des batteries peuvent aider l'Allemagne à se libérer des énergies fossiles (Photo de FrankSchwichtenberg, CC BY 3.0)

Le stockage de l'énergie va être une industrie énorme dans la transition vers les énergies renouvelables, et les pays et producteurs européens se tournent vers les batteries. C'est l'occasion pour l'Allemagne de créer des emplois stables dans ses anciennes régions minières et d'éliminer enfin le charbon. L. Michael Buchsbaum y jette un coup d'œil.

En juin dernier, la plus grande batterie d'Europe a été mise en ligne : un énorme 50MWh à Jarelund, en Allemagne. Construite par NEC ES, la batterie "EnspireMe" est une joint-venture entre la société néerlandaise d'énergies renouvelables Eneco et Mitsubishi Corporation. Elle est connectée à des parcs éoliens régionaux et permet de vendre l'énergie stockée dans les batteries soit sur les marchés de réserve allemands où elle assure l'équilibrage et la stabilisation du réseau, soit directement sur le réseau où elle peut concurrencer le charbon et le gaz.

Composé de 10 000 batteries lithium-ion, le projet démontre en outre "les avantages économiques de l'association du stockage d'énergie avec les énergies renouvelables, d'abord éprouvée avec le solaire et maintenant avec les abondantes éoliennes de la région de Jardelund", a déclaré Steve Fludder, PDG de NEC ES, lors de la mise en service.

Alors que la batterie de 100 MWh de Tesla en Australie reste la plus grande au monde, des projets de batteries géantes sont annoncés chaque jour, surtout à mesure que de nouvelles énergies renouvelables sont mises en ligne. Des systèmes de stockage de plus en plus grands sont essentiels pour équilibrer les réseaux d'énergie éolienne et solaire. Leur rôle croissant dans le bouquet énergétique renforce l'appel au développement d'une industrie européenne des batteries de nouvelle génération.

Conçue comme une situation gagnant-gagnant, la Commission européenne a créé en octobre l 'Alliance européenne des batteries (EBA). Cette alliance devrait encourager les investisseurs et les entreprises à contribuer à l'alimentation d'une industrie automobile électrique naissante, à alimenter le réseau énergétique en pleine évolution et à créer des milliers d'emplois de haute technologie et bien rémunérés.

Aujourd'hui, plusieurs entreprises, dont Tesla, prendraient des mesures pour construire de vastes "gigafactories" sur tout le continent. Et avant sa première réunion, la nouvelle commission allemande du charbon(chargée d'éliminer progressivement le charbon tout en aidant les travailleurs concernés) a cité les usines de batteries vertes comme une solution viable pour remplacer les emplois et les revenus liés à l'élimination des combustibles fossiles.

Lors de la conférence Intersolar de juin à Munich, Maroš Šefcovic (vice-président de la Commission européenne chargé de l'énergie) a parlé avec passion de l'établissement d'un partenariat public-privé à l'échelle européenne, centré sur les batteries, à l'instar de la façon dont le constructeur d'avions Airbus a été créé. Il a appelé la Commission européenne à élaborer des schémas réglementaires et des protocoles de normalisation pour aider les États membres à attirer les producteurs de batteries et les investisseurs. Il a également adouci l'offre en promettant d'intensifier la recherche et l'innovation de l'UE "afin de mieux la relier aux besoins futurs de l'industrie". Jusqu'en 2019, 110 millions d'euros sont immédiatement disponibles pour des projets de recherche et d'innovation liés aux piles. Et d'ici à 2020, les développeurs pourront profiter "d'un budget de 2,7 milliards d'euros disponible dans le cadre du Conseil européen de l'innovation pour des projets de recherche et d'innovation sur les piles", a-t-il déclaré.

Alors que la directive européenne sur les énergies renouvelables a joué un rôle clé pour persuader les États membres de l'UE d'installer les plus de 100 GW de capacité photovoltaïque (PV) qui produisent aujourd'hui de l'énergie, M. Šefcovic a déploré que l'Europe n'ait pas réussi à créer suffisamment de soutien pour la fabrication tout au long de la chaîne de valeur. Commentant la perte générale de parts de marché des fabricants européens de systèmes photovoltaïques "au profit de nos concurrents", il est déterminé à ne pas commettre la même erreur avec les batteries.

"Nous voulons être un pionnier mondial. Cela devrait couvrir l'ensemble de la chaîne de valeur, de l'approvisionnement durable en matières premières au recyclage en passant par la production. Cette année et l'année prochaine, nous serons en contact étroit avec les organismes européens de normalisation afin de développer des normes européennes - le label vert", a déclaré M. Šefcovic.

Selon certaines prévisions optimistes, l'Europe pourrait s'emparer d'un marché des piles pouvant atteindre 250 milliards d'euros par an à partir de 2025. Selon ces scénarios, la couverture de la seule demande de l'UE pourrait nécessiter entre 10 et 20 giga-fabriques et de grands centres de production. Le leader de l'automobile électrique Tesla est apparemment sur le point de faire une annonce d'investissement européen majeur sous peu. Dans un Tweet de la mi-juin, le PDG Elon Musk a écrit que "l'Allemagne est un choix de premier plan pour l'Europe. Peut-être qu'à la frontière franco-allemande, près des pays du Benelux, cela a un sens".

 

Un autre développeur potentiel, le consortium TerraE, prévoit soi-disant de lancer la production de batteries en 2019 et de faire fonctionner deux usines d'une capacité totale de 34 gigawatts d'ici 2028. La start-up suédoise Northvolt, dirigée par Peter Carlsson, ancien cadre de Tesla, vise à produire des batteries d'une capacité de 32 gigawatts-heure d'ici 2023. Elle a déjà attiré un investissement de 10 millions d'euros de la part de Scania, filiale de VW spécialisée dans les camions, et vient de recevoir l'approbation de la Banque européenne d'investissement (BEI) pour un prêt de 52,5 millions d'euros destiné à une usine de production de batteries de démonstration. Les plans prévoient la construction d'une gigantesque usine dans le nord de la Suède, où des entreprises comme Vattenfall, ABB et Siemens seront également présentes.

Si ces plans aboutissent, l'Europe pourrait devenir le centre de la production de batteries, créant des emplois et une vie meilleure pour les habitants des régions laissées pour compte par l'abandon du charbon. Avant la première réunion de la commission allemande du charbon, la rumeur a couru qu'elle s'efforçait elle aussi d'attirer les producteurs de batteries dans les régions dépendantes du charbon, où quelque 100 000 emplois ou plus sont menacés.

 

 

Si la production de batteries commence en Allemagne, les emplois renouvelables pourraient remplacer les emplois dans le secteur du charbon

Les anciens sites miniers, ainsi que les centrales nucléaires et au charbon, se prêtent par nature à un réaménagement en giga-fabriques : ils constituent déjà un réseau électrique et une plaque tournante pour les transports et ont une population avide d'emplois stables. Soutenir la croissance des centres de "gigaproduction" de batteries électroniques vertes pourrait constituer une solution élégante et de haute technologie pour l'Allemagne et l'Europe, ainsi qu'un modèle pour d'autres pays du monde.

_____________

 

Restez à l'écoute ! Les meilleures idées pour l'efficacité énergétique et la transition énergétique...

 

Articles connexes

À propos de l'auteur

L. Michael Buchsbaum est un journaliste spécialisé dans l'énergie et les mines et un photographe industriel basé en Allemagne. Depuis le milieu des années 1990, il a couvert les impacts sociaux, environnementaux, économiques et politiques de la transition des combustibles fossiles vers les énergies renouvelables pour des dizaines de magazines industriels, de revues, d'institutions et d'entreprises. Né aux États-Unis, il a émigré en Allemagne et en Europe pour mieux documenter l'Energiewende.