Pourquoi l'Allemagne a besoin d'une Energiewende européenne

19 March 2017 par Rebecca Bertram
Pourquoi l'Allemagne a besoin d'une Energiewende européenne

L'Union européenne négocie actuellement ses objectifs énergétiques pour 2030. Rebecca Bertram examine pourquoi l'Allemagne a besoin d'une Energiewende européenne. Selon elle, l'Allemagne a largement bénéficié du réseau électrique européen intégré. L'Allemagne et l'Union européenne ont signé l'accord de Paris sur le climat à la fin de 2015. Bertram : L'Europe a besoin d'une vision unificatrice de la croissance et de l'innovation pour attirer des investissements majeurs dans un projet européen global. Une Energiewende européenne serait bénéfique pour la sécurité énergétique de l'Allemagne et de l'ensemble de l'Union européenne, car l'électricité produite localement, combinée à une efficacité énergétique accrue, réduit la dépendance à l'égard des importations et de l'évolution des prix internationaux, explique-t-elle. Un changement dans ce domaine ne se produira que si l'Allemagne convainc ses voisins européens des avantages économiques et sécuritaires qu'implique une restructuration du système énergétique. L'Europe a besoin d'une vision énergétique qui non seulement favoriserait et renforcerait une culture de l'innovation et de la numérisation, mais servirait aussi à mettre en évidence le rôle de l'Europe en tant que pionnière mondiale en matière de politique énergétique durable et à accroître la compétitivité internationale de l'Allemagne et de l'Europe.


Contenu complémentaire   #energiewende  #berlin  #allemagne du nord 


Pourquoi l'Allemagne a besoin d'une Energiewende européenne

L'Union européenne négocie actuellement ses objectifs énergétiques pour 2030. Jusqu'à présent, l'Energiewende allemande a été critiquée pour être trop repliée sur elle-même. Pourtant, il est dans l'intérêt immédiat de l'Allemagne d'adopter la dimension européenne. Rebecca Bertram examine pourquoi l'Allemagne a besoin d'une Energiewende européenne.

L'origine de l'Energiewende allemande est purement nationale. En effet, lorsque le gouvernement fédéral allemand a décidé de s'engager dans la restructuration du système énergétique allemand, il l'a fait sans tenir compte de l'impact que cette transition aurait sur ses voisins européens. Par conséquent, l'Energiewende allemande n'est pas toujours appréciée en Europe dans la mesure où les décideurs politiques allemands le souhaiteraient.

L'Europe offre à l'Energiewende allemande une certaine flexibilité

Comme les énergies renouvelables représentent aujourd'hui 32 % de la production totale d'électricité, l'Energiewende allemande entre dans une deuxième phase décisive. Dans un système énergétique où les énergies renouvelables volatiles et pas toujours facilement disponibles représentent la plus grande part de la production, le défi consiste de plus en plus à concilier efficacement l'offre et la demande.

Au cours des dernières années, l'Allemagne a largement bénéficié du réseau électrique européen intégré. Par exemple, elle a alimenté les réseaux électriques de ses voisins avec le surplus d'énergie éolienne du nord de l'Allemagne, ou a utilisé leurs réseaux pour transporter l'électricité du nord de l'Allemagne vers les centres industriels du sud de l'Allemagne. Chaque fois que l'Allemagne était à un point bas de sa propre production d'électricité, elle a pu obtenir de l'électricité conventionnelle de ses voisins. Toutefois, ces pratiques et actions ont entraîné une grande imprévisibilité dans les réseaux électriques nationaux des autres pays européens. La Pologne, en particulier, a objecté à maintes reprises que cette situation contraint ses fournisseurs d'énergie à adapter leurs capacités de transmission nettes en conséquence.

Pour l'Allemagne, cet état de fait était et reste commode pour deux raisons principales.

  • Premièrement, elle a permis à l'Allemagne d'exporter son surplus d'électricité - actuellement environ 8 % de sa consommation annuelle - vers d'autres pays européens.
  • Deuxièmement, elle a épargné à l'Allemagne la tâche coûteuse de devoir construire sa propre infrastructure électrique flexible avec de grandes capacités de stockage et de nouvelles lignes de transmission.

Les voisins de l'Allemagne, cependant, mécontents de ces flux parallèles et en boucle, ont rendu la pareille en augmentant progressivement l'utilisation de ce que l'on appelle des déphaseurs le long des frontières avec l'Allemagne afin de minimiser l'exploitation de leurs réseaux électriques nationaux. Pour l'Energiewende allemande, cela représente une perte cruciale, dans la mesure où l'ancien modus operandi permettait non seulement une certaine flexibilité mais aussi de maintenir le coût de l'Energiewende à un niveau inférieur à celui qu'il aurait atteint sans l'accès aux lignes électriques et aux marchés de l'électricité de ses voisins.

L'Energiewende allemande ne réussira que si elle est adoptée dans toute l'Europe

Selon la vision énergétique de la Commission européenne pour 2030, l'Europe doit répondre à 27 % de sa demande totale en énergie avec des énergies renouvelables, et augmenter son efficacité énergétique de 30 %. En outre, certains mécanismes de capacité doivent favoriser la construction de nouvelles centrales électriques conventionnelles.

Ces objectifs montrent surtout que les États membres européens ne sont pas actuellement unis pour suivre une vision énergétique commune plus importante. Au lieu de cela, chaque pays continue à poursuivre des intérêts énergétiques purement nationaux - du charbon en Pologne au nucléaire en France. Au vu de ces différences, il n'est pas surprenant que la Commission européenne ne propose pas de législation plus ambitieuse. Un changement ne se produira ici que si les pionniers de l'Energiewende, comme l'Allemagne, convainquent leurs voisins européens des avantages économiques et sécuritaires qu'une restructuration du système énergétique implique.

En clair, ce serait dans l'intérêt de l'Allemagne, notamment parce que l'Allemagne a besoin de l'Europe pour faire avancer sa propre Energiewende. La Commission européenne a le pouvoir de ralentir considérablement l'Energiewende allemande dans les années à venir. Par exemple, la Commission menace de mettre fin à l'accès prioritaire de l'Allemagne à la règle du réseau pour les énergies renouvelables. Une Energiewende européenne est également nécessaire pour atteindre les objectifs climatiques, que l'Allemagne et l'Union européenne ont signé dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat à la fin de 2015. Enfin et surtout, la "Energiewende" allemande, à condition qu'elle permette enfin de réduire les émissions de gaz à effet de serre, ne suffira pas à elle seule à inverser la tendance du changement climatique mondial.

L'Europe en crise a besoin d'une vision énergétique

L'Europe est actuellement confrontée à une grave crise d'identité. À la suite de Brexit et compte tenu des nombreux mouvements anti-européens dans de nombreux États membres de l'UE, l'Europe a besoin d'une vision unifiée de la croissance et de l'innovation capable d'attirer des investissements majeurs dans un projet européen global.

Une "Energywende" européenne pourrait être cette vision de l'Europe. Elle permettrait non seulement d'encourager et de renforcer une culture de l'innovation et de la numérisation, mais aussi de mettre en évidence le rôle de l'Europe en tant que pionnier mondial en matière de politique énergétique durable et d'accroître la compétitivité internationale de l'Allemagne et de l'Europe.

Enfin, une Energiewende européenne serait bénéfique pour la sécurité énergétique de l'Allemagne et de l'ensemble de l'Union européenne, car l'électricité produite localement, combinée à une efficacité énergétique accrue, permet de réduire la dépendance vis-à-vis des importations et de l'évolution des prix internationaux. Ces dernières années, l'impact alarmant de l'insécurité énergétique pour l'Europe a été nettement ressenti avec les conflits gaziers entre la Russie et l'Ukraine, qui ont rappelé douloureusement que l'Union européenne importe aujourd'hui environ un tiers de son gaz naturel de Russie. Si l'Union européenne est sérieuse quant à sa mission d'Union de l'énergie, elle devrait lier directement cette question aux discussions sur une Energiewende européenne. Une telle vision transformerait la crise en une chance pour l'Europe d'améliorer à la fois son pouvoir de négociation vis-à-vis de la Russie et son statut de leader international en matière d'infrastructures énergétiques modernes et durables.

Quelle est la prochaine étape ?

Par conséquent, si l'Allemagne veut apporter une contribution significative au débat sur la politique énergétique en Europe au cours des deux prochaines années, Berlin ne doit pas se limiter à de petits litiges concernant l'accès prioritaire au réseau pour les énergies renouvelables ou les mécanismes de capacité. L'Allemagne devrait plutôt, avec ses voisins européens, développer un nouveau discours sur une Energiewende européenne commune - qui réponde également aux préoccupations des autres États membres européens. Ce dialogue devrait se concentrer sur les avantages de la modernisation économique et de la concurrence internationale de l'Europe. Ce n'est qu'à cette condition que l'Energiewende pourra réussir en Allemagne et en Europe.

 

Rebecca Bertram dirige les travaux sur la transition énergétique européenne au siège de la Fondation Heinrich Böll à Berlin. Son travail se concentre sur l'intégration des différents débats européens sur l'énergie dans le processus décisionnel allemand en matière d'énergie.

Publié à l'origine sur https://energytransition.org/2017/02/why-germany-needs-a-european-energiewende/