La Chine est confrontée à 4 grands risques si elle continue à construire de nouvelles centrales au charbon

19 December 2019
La Chine est confrontée à 4 grands risques si elle continue à construire de nouvelles centrales au charbon

Le parc charbonnier chinois est surcapacitaire ; la plupart des centrales ne fonctionnent qu'à environ 50 % de leur capacité. Les coûts liés à la santé et à la pollution atmosphérique pourraient augmenter considérablement d'ici à 2030 si les centrales au charbon continuent de fonctionner au rythme actuel. La Chine est le leader mondial en matière d'énergie propre, et a été le premier investisseur dans ce domaine pendant neuf des dix dernières années. La croissance et les marchés à long terme peuvent être assurés en déplaçant les investissements et en modernisant les marchés de l'énergie, en améliorant et en numérisant les infrastructures de transmission et de distribution, et en reconnaissant les faibles coûts d'exploitation des énergies propres et du stockage. Le pays connaît déjà des conditions météorologiques extrêmes plus fréquentes et plus intenses, le recul des glaciers, des inondations importantes

et une élévation du niveau de la mer entraînant des risques supplémentaires en matière de salinité et d'infrastructures. Le déploiement du charbon par la Chine a des implications dangereuses pour l'environnement, la santé humaine et les besoins écologiques. Les centrales au charbon doivent entrer en concurrence avec l'agriculture et d'autres besoins humains et écologiques pour l'obtention des rares eaux souterraines fraîches. Le développement du charbon ne fera qu'aggraver ces risques. Les centrales électriques doivent également entrer en concurrence avec l'agriculture.


Contenu complémentaire   #usines de charbon  #capacité de production de charbon  #charbon local 


Auteur : Jennifer Layke

De janvier 2018 à juin 2019, la Chine a ajouté43 gigawatts (GW) de nouvelle capacité nette de production d'électricité à sa flotte de charbon existante de 1 000 GW, tandis que le reste du monde a réduit collectivement la capacité de charbon de 8 GW. Au cours de la même période, le pays a installé 85 GW de capacité de production d'énergie solaire et éolienne. Et de 2005 à 2018, la Chine a réduit son intensité en carbone de 45,8 %et a augmenté ses combustibles non fossiles pour atteindre 14,3 % de son bouquet énergétique primairetotal.

Si la Chine atteint les objectifs énergétiques qu'elle s'est fixés et qu'elle a pour objectif de plafonner ses émissions de carbone en 2030, est-ce un succès ?

Pas exactement - cela dépend du calendrier.

Au-delà de l'urgence mondiale de parvenir à des réductions spectaculaires des émissions de gaz à effet de serre, la Chine doit également se demander si sa voie actuelle est la plus efficace économiquement et la plus durable pour son propre développement à long terme. L'expansion continue du charbon à court terme compromet sonaspiration à être une "civilisation écologique" et augmente les coûts économiques de l'économie énergétique chinoise au cours des prochaines décennies.

Il existe quatre risques principaux à la poursuite de l'expansion du charbon :

1. Risques financiers et économiques

La Chine est à la fois une puissance économique mondiale et un pays en développement. Elle est fière de sa forte industrie d'extraction du charbon, qui fournit les emplois nécessaires, et elle est un leader dans la technologie de combustion efficace du charbon, qui a contribué à lancer ses succès économiques au cours des dernières décennies. Mais la Chine d'aujourd'hui n'est plus la Chine d'il y a dix ans. Aujourd'hui, laflotte de charbon de la Chineest en surcapacité ; la plupart des centrales ne fonctionnent qu'à environ 50 % deleur capacité totale. Et bien que les emplois dans le secteur du charbon restent importants et que le système énergétique soit considéré comme plus sûr grâce au charbon local, la Chineest le plus grand importateur de charbon au monde. Au cours de la dernière décennie, la Chine a importé de plus en plus de charbon à faible teneur en soufre d'Australie et d'Indonésie parce qu'il produit moins de pollution atmosphérique.

Alors pourquoi construit-on des centrales électriques qui étaient en attente jusqu'à récemment ? Le développement et la relance de l'économie locale sont les moteurs des décisions à court terme. Les dirigeants des provinces, avides de développement local, tentent de satisfaire les industries locales. Selon Global Energy Monitor, les autorités provinciales ont délivré 245 GWde permis de construire des centrales au charbon entre 2014 et 2016. La poursuite de l'élaboration de nouvelles règles du marché pourrait contribuer à l'intégration des réseaux régionaux et à la mise en place d'un système énergétique plus efficace et financièrement plus solide, capable d'accueillir davantage d'énergies renouvelables.

Compte tenu de leur faible utilisation potentielle, investir dans les centrales au charbon est une proposition risquée pour le secteur bancaire, qui est extrêmement important pour assurer la sécurité économique au niveau national. Au cours des dernières années, plus de la moitié des centrales à charbon en exploitation ont subi despertes financières nettes, résultant d'un surinvestissement dans l'énergie du charbon, de l'augmentation des prix du charbon et de la réduction de la production d'énergie renouvelable (une plus grande partie de l'énergie renouvelable produite est en fait expédiée pour répondre à la demande d'électricité).

2. Coûts de la santé et de la pollution de l'air

Le déploiement du charbon en Chine a des implications dangereuses pour l'environnement, la santé humaine et l'économie du pays. La combustion du charbon est laplus grande source d'impact sanitaire lié à la pollution atmosphérique dans le pays, contribuant à quelque 366 000 décès prématurés rien qu'en 2013. Ces charges pourraient augmenter considérablement d'ici 2030 si les centrales au charbon continuent de fonctionner au rythme actuel. Les effets de la pollution de l'air sur la santé s'élèvent à 38 milliards de dollars(267 milliards de yuans) par an.

L'augmentation des dommages sanitaires et de la pollution pourrait également conduire à une réglementation plus stricte à l'avenir, y compris des plafonds d'émissions ou des normes de performance pour les centrales à charbon. Ces exigences supplémentaires en matière d'environnement et de pollution atmosphérique rendront le charbon encore moins compétitif et plus risqué financièrement.

3. Croissance et marchés à long terme

La Chine est leleader mondial en matière d'énergie propre. Elle est le plus grand producteur depanneaux solaires, d'éoliennes, de batterieset de véhicules électriques,et a réalisé 32 % de tous les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables en 2018. En fait, elle a été le premier investisseur dans les énergies propres pendant neuf des dix dernières années, et elle est en tête du monde pour la capacité installée d'hydroélectricité, de panneaux solaires photovoltaïques et d'éoliennes.

Pourtant, sa réputation de leader mondial de l'énergie propre pourrait être menacée. Les investissements dans les énergies renouvelables ont chuté l'année dernière en raison de la modification dessubventions pour les projets solaires, et la Chine est également en train de réduire les subventions supplémentaires pour l'éolien. Les investissements dans le charbon et l'impact négatif rapide et surprenant de la nouvelle politique de subvention signifient que la balance penche désormais en faveur de la poursuite d'infrastructures très polluantes et coûteuses au lieu de technologies propres à faible coût. L'investissement en capital favorise le maintien du statu quo.

L'avenir de la Chine en matière d'énergie propre peut être assuré en déplaçant les investissements et en modernisant les marchés de l'énergie, en modernisant et en numérisant les infrastructures de transmission et de distribution, et en reconnaissant les faibles coûts de fonctionnement des énergies propres et du stockage.

4. Augmentation des risques et des impacts climatiques

La Chine est l'un des pays du monde les plus vulnérables aux perturbations climatiques. Lerapport 2019 de l'Administration météorologique chinoise a révélé que le pays connaît déjà des conditions météorologiques extrêmes plus fréquentes et plus intenses, le recul des glaciers, des inondations importantes et l'élévation du niveau de la mer, ce qui entraîne une salinité supplémentaire et des risques pour les infrastructures. La poursuite de l'exploitation du charbon ne fera qu'accroître ces risques.

Les centrales électriques doivent également faire concurrence à l'agriculture et à d'autres besoins humains et écologiques pour obtenir les rares eaux souterraines fraîches. L'analyse du WRI montre que 51 % des projets de charbon prévus par la Chine en 2013 - dont certains ont été construits récemment - ont été réalisés dans des régions souffrant de stress hydrique. Alors que de nombreux pays cherchent à réduire leur flotte de charbon et que les énergies renouvelables sont de plus en plus reconnues comme la ressource électrique la moins coûteuse, la Chine pourrait bien verrouiller d'importantes émissions ou mettre prématurément hors service des installations électriques coûteuses.

De manière significative, l'expansion du charbon en Chine limite également son leadership dans la diplomatie climatique mondiale. D'autres pays observent la Chine. Si la Chine mène la transition vers une économie sobre en carbone, d'autres suivront probablement. Si la Chine revient à une stratégie énergétique à forte teneur en charbon, d'autres suivront probablement. La politique climatique de la Chine a un effet multiplicateur.

L'expansion du charbon est une perte pour la Chine en tant que leader mondial : Sa position économique et sa réputation mondiale pourraient en souffrir.

La Chine peut encore être le leader mondial en matière d'énergie durable

La Chine est connue pour sa planification minutieuse du développement à long terme et peut remodeler ses investissements à court terme. Unrécent rapport de la Commission de transition énergétique, mené par le Rocky Mountain Institute, montre que la Chine peut techniquement et économiquement atteindre son double objectif, à savoir parvenir à des émissions nettes de carbone nulles et devenir une économie développée riche d'ici 2050. Mais dans le cas du secteur de l'électricité, les intérêts des opérateurs historiques et des provinces font obstacle à la réalisation de cet objectif.

La Chine est en train de construire son économie du futur. Mais pour y parvenir, les décideurs politiques doivent se tourner vers des voies sectorielles qui modifient la demande d'énergie, mettent en œuvre des réformes du marché de l'électricité, agissent sur les nouvelles technologies d'énergie propre et engagent les dirigeants provinciaux dans une nouvelle approche d'investissement. La Chine doit réexaminer ses centrales au charbon en cours de construction en tenant compte des quatre risques ci-dessus. Les nouvelles centrales au charbon créent un frein économique, en empêchant la prospérité financière et les possibilités d'action en faveur du climat. En évitant le développement futur du charbon, la Chine peut encore saisir l'opportunité de mener le monde vers un système énergétique propre, abordable et durable.

 

Auteur : Jennifer Layke

Crédit image : Dmitri Makeev. Wikimedia Commons

Cet article est republié sous la licence Creative Commons CC BY 4.0 et est paru à l'origine sur Site web du WRI.