La Chine investit 13 000 milliards de dollars dans la construction. Va-t-elle s'orienter vers des bâtiments zéro carbone ?

24 February 2020
La Chine investit 13 000 milliards de dollars dans la construction. Va-t-elle s'orienter vers des bâtiments zéro carbone ?

La Chine possède le plus grand marché du bâtiment au monde, représentant 20 % de l'ensemble des investissements en construction dans le monde. La Chine devrait dépenser près de 13 000 milliards de dollars dans les bâtiments d'ici 2030. Les opérations de construction sont responsables de 28 % des émissions mondiales de carbone liées à l'énergie. Les bâtiments zéro carbone permettraient à des pays comme la Chine de maintenir le rythme de construction actuel tout en réduisant leurs émissions de gaz à effet de serre. La Chine pourrait s'appuyer sur l'engagement qu'elle a pris en 2020 de certifier 50% des nouveaux bâtiments comme étant écologiques d'ici 2020. Rien qu'en 2016, le système d'évaluation trois étoiles de la Chine a certifié près de 5 000 bâtiments comme étant verts. Les bâtiments zéro carbone - qui ne produisent aucune émission nette

- sont encore une partie naissante du secteur de la construction verte. Des programmes de sensibilisation et de formation destinés aux propriétaires de bâtiments, aux promoteurs et aux investisseurs, en plus des prix nationaux de la construction existants, pourraient sensibiliser et accroître l'engagement à réduire l'utilisation des combustibles fossiles pour inclure tous les nouveaux bâtiments. Le pays pourrait rehausser l'ambition de ce processus de certification pour se concentrer sur les projets de bâtiments à zéro carbone afin de réduire les émissions d'ici 2030.


Contenu complémentaire   #beijing  #énergies renouvelables  #beijings 


La Chine est en plein boom de la construction. Le pays possède leplus grand marché du bâtiment au monde, représentant 20 % de tous lesinvestissements en construction dans le monde. Et ce marché ne peut que croître : La Chine devrait dépenser près de 13 000 milliards de dollars en bâtiments d'ici 2030.

Ce niveau de construction sans précédent a d'énormes implications, non seulement pour les Chinois, mais pour tout le monde. Les activités de construction sont responsables de 28 %des émissions mondiales de carbone liées à l'énergie. La façon dont la Chine construit ses bâtiments va soit alimenter un changement climatique dangereux, soit contribuer à créer un avenir plus durable pour tous.

Les éléments de base pour des bâtiments à zéro émission de carbone

Les bâtiments zéro carbone permettraient à des pays comme la Chine de suivre le rythme actuel de la construction tout en réduisant leurs émissions de gaz à effet de serre. En s'appuyant fortement sur l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables, les bâtiments zéro carbone sont compatibles avec l'objectif d'atteindre des émissions nettes de gaz à effet de serre nulles d'ici 2050, unetrajectoire qui, selon les scientifiques, est nécessaire pour éviter les pires impacts climatiques.

 

 

Un paysage politique prometteur pour les bâtiments zéro carbone en Chine

Un nouveaudocument de travail du WRI présentant des études de cas en Chine, en Inde, au Mexique et au Kenya montre que ces pays ont déjà mis en place un grand nombre de politiques appropriées pour encourager les bâtiments zéro carbone. Le document examine huit voies politiques, y compris des choses comme les normes de construction, les incitations à l'efficacité énergétique et la faisabilité du développement d'énergies renouvelables sur site. Toutes les voies politiques sont aujourd'hui réalisables en Chine, du moins avec une application limitée, et l'efficacité énergétique - le fondement des bâtiments zéro carbone - est bien soutenue par les politiques actuelles du pays en matière de construction et d'énergie.

L'efficacité énergétique est à l'ordre du jour du gouvernement chinois depuis la création de sa premièrenorme de conception en 1986, mais les politiques initiales ont été mal appliquées. L'intérêt des secteurs privé et public est resté faible jusque dans les années 2000. Cependant, les investissements ont augmenté ces dernières années avec uneapplication plus stricte de la réglementation, de nouvelles incitations et l'émergence desystèmes de notation et de labels pour les bâtiments écologiques.

La Chine a pris de nombreuses mesures pour ouvrir la voie à des bâtiments sans carbone. Le gouvernement national s'est fixé comme objectif que50 % des nouveaux bâtiments soient certifiés verts d'ici 2020, et plusieurs grandes villes sont allées plus loin. Par exemple, les codes de construction locaux de Pékin sont plus stricts que les normes d'efficacité nationales. La villeexige que tous les nouveaux développements obtiennent le niveau minimum (une étoile) de certification du programme chinois d'évaluation des bâtiments écologiques "Trois étoiles", et elle subventionne les bâtiments qui obtiennent des notes plus élevées.

La Chine a également créé leplus grand marché du monde pour lesénergies renouvelables. Fort de ce succès, le gouvernement national a mis en place une plateforme commerciale pour lescertificats d'électricité verte,ou GEC, qui permettra aux acheteurs d'énergie de revendiquer les avantages environnementaux des énergies renouvelables même s'ils ne sont pas des consommateurs directs. Les normes de portefeuille d'énergies renouvelables (officiellement l'obligation de consommation d'énergies renouvelables en Chine), approuvées en mai 2019, vont stimuler lademande de CGE - et d'énergies renouvelables en général - en exigeant des gouvernements provinciaux qu'ils atteignent un pourcentage minimum d'énergies renouvelables(y compris les énergies renouvelables autres que l'hydroélectricité) dans leur consommation électrique globale. Les gouvernements provinciaux atteindront leurs objectifs en collaborant avec les entreprises de réseau, les négociants indépendants et les entreprises qui achètent ou produisent directement leur propre électricité.

Possibilités d'amélioration

Toutes ces politiques ont contribué à la croissance du secteur chinois des bâtiments écologiques. Rien qu'en 2016, le système chinois de notation à trois étoiles a certifiéprès de 5 000 bâtiments comme étant verts. Mais les bâtiments zéro carbone - qui ne produisent aucune émission nette - sont encore une partie naissante du secteur des bâtiments verts.

Il y a de nombreuses raisons politiques, commerciales et techniques à cela. Par exemple, l'énergie renouvelable est actuellement plus accessible pour lesbâtiments commerciaux et publics que pour les bâtiments résidentiels. L'espace limitésur les toits urbains décourage les propriétaires d'adopter les énergies renouvelables sur site, tandis que lesréglementations du marchéempêchent les propriétaires de bâtiments résidentiels d'acheter des énergies renouvelables hors site directement auprès des producteurs d'énergie solaire et éolienne. En outre, si la Chine estun leader mondial dans le domaine des énergies renouvelables, elle est également unleader mondial dans le domaine ducharbon. Le pays doit réduire sa consommation de combustibles fossiles pour décarboniser totalement le secteur du bâtiment.

Comment la Chine peut-elle encourager la construction d'un plus grand nombre de bâtiments à émissions de carbone nulles ?

La Chine peut prendre plusieurs mesures politiques clés pour augmenter le nombre de bâtiments zéro carbone. Aux niveaux national et provincial, desrévisions périodiques du code de l'énergie permettraient de s'assurer que les réglementations en matière d'efficacité suivent le rythme des nouvelles technologies et approches. Le pays pourrait s'appuyer sur sonengagement pris en 2020 decertifier 50 % des nouveaux bâtiments comme étant écologiques. La Chine pourrait augmenter l'ambition de ce processus de certification pour se concentrer sur les bâtiments à zéro carbone, et elle pourrait encore augmenter l'objectif d'inclure tous les nouveaux bâtiments d'ici 2030. Desprogrammes de sensibilisationet de formation pour les propriétaires, les promoteurs et les investisseurs, en plus desprix nationaux existants pour les bâtiments,pourraient sensibiliser et augmenter l'engagement. À plus long terme, l'amélioration de l'accès des propriétaires de bâtiments aux accords d'achat d'énergie - des contrats directs entre producteurs et consommateurs d'énergie qui garantissent un prix fixe de l'énergie - augmenterait considérablement lapossibilité pour les bâtimentsrésidentiels d'acheter de l'énergie renouvelable hors site.

Au niveau local, les gouvernements peuvent commencer par développer desprojets de démonstration de bâtiments sans carbone afin d'enthousiasmer les promoteurs et les investisseurs. Les gouvernements peuvent également suivre l'exemple de grandes villes chinoises commePékin et Shanghai en rendant les codes de construction locaux plus stricts que le code national et en accordant des subventions prévisibles pour les bâtiments dont les performances sont supérieures à la moyenne. La fixation d'objectifs en matière d'énergies renouvelables pour les bâtiments publics et commerciaux peut également contribuer à décarboniser la consommation d'énergie des bâtiments.

Un avenir de bâtiments propres et efficaces

Le secteur du bâtiment en Chine est confronté à une fenêtre d'opportunité historique - il peut soit décarboniser, soit aggraver considérablement la catastrophe climatique.

Mais la Chine n'est certainement pas le seul pays à la croisée des chemins. Le secteur de la construction se développe dans le monde entier, et le marché mondial de la construction devrait atteindre 12 900 milliards de dollars par an d'ici 2022. La Chine possède leplus grand marché du bâtiment au monde et donc un grand potentiel pour les bâtiments zéro carbone. Mais d'autrespays comme l'Inde, le Mexique et le Kenya ont des marchés importants et un potentiel significatif également. Les bonnes politiques visant à encourager les bâtiments zéro carbone dans ces pays - et dans le monde entier - permettront aux villes de suivre le rythme de la croissance tout en minimisant l'impact environnemental et social des bâtiments.

 

Auteur : Tatsatom Gonçalves & Debbie Weyl

Crédit image : Robynne Hu

Cet article a déjà été publié sur World Resources Institute.