5 Stratégies permettant d'atténuer les effets du changement climatique et de s'y adapter simultanément

28 February 2020
5 Stratégies permettant d'atténuer les effets du changement climatique et de s'y adapter simultanément

Les zones humides côtières, les mangroves et les herbiers marins sont des écosystèmes côtiers uniques. Ils protègent les côtes contre l'élévation du niveau de la mer en atténuant les ondes de tempête et les inondations. Les forêts de mangroves contiennent actuellement l'équivalent de plus de deux ans d'émissions mondiales. Les pratiques agroforestières intègrent divers arbres ou arbustes aux cultures et au bétail. Les technologies à faible émission de carbone, telles que les panneaux solaires et les batteries, peuvent fournir une énergie fiable et propre à des services essentiels, comme les hôpitaux situés dans des zones reculées qui ne sont pas encore reliées au réseau ou qui connaissent de fréquentes coupures de courant, indiquent-ils. Les auteurs : Les communautés ont protégé des forêts qui détiennent

qui détiennent un quart de tout le carbone aérien des forêts tropicales. Pourtant, ces communautés possèdent légalement moins d'un cinquième de ces terres. Ils disent que ces communautés devraient améliorer les transports en commun relève les deux défis et améliorer les options de transport pour protéger les droits des peuples autochtones de protéger leurs droits fonciers et de protéger leurs droits et leurs moyens de subsistance. Les écrivains : Nous devons améliorer l'accès à leurs terres.


Contenu complémentaire   #pratiques agroforestières  #risques climatiques  #actions climatiques 


Les actions en faveur du climat relèvent souvent de l'une des deux stratégies suivantes : les efforts d'atténuation visant à réduire ou à supprimer les émissions de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, et les efforts d'adaptation visant à ajuster les systèmes et les sociétés pour qu'ils résistent aux effets du changement climatique. Cette séparation a conduit à la perception erronée selon laquelle la lutte contre le changement climatique consiste à poursuivresoit l'atténuation, soit l'adaptation.

Cette séparation est contre-productive et dangereuse, en particulier pour les villages côtiers, les agriculteurs, les petites nations insulaires et les autres communautés en première ligne des impacts climatiques. La réalité est que l'adaptation et l'atténuation sont les deux faces d'une même médaille. En fait, il existe déjà des méthodes et des technologies qui permettent à la fois defreiner le changement climatique et de faire face àses conséquences.

Il n'est pas toujours possible ou pratique de travailler uniquement sur des actions qui sont à la fois d'adaptation et d'atténuation. Ces actions ne sont pas non plus une solution miracle pour résoudre la crise climatique. En d'autres termes, les gouvernements et les communautés doivent poursuivre ces actions lorsqu'elles sont judicieuses. Vous trouverez ci-dessous cinq solutions qui peuvent à la fois freiner le changement climatique et nous aider à faire face à ses conséquences :

1. Protéger les zones humides côtières

Les marais salés, les mangroves et les herbiers marins sont des écosystèmes côtiers uniques qui servent de systèmes naturels de filtration de l'eau et d'habitats marins. Ils défendent les côtes contre l'élévation du niveau de la mer en tamponnant les ondes de tempête et les eaux de crue, et stockent des tonnes de carbone dans leurs racines et leurs sols. Les forêts de mangroves contiennent actuellement l'équivalent de plus dedeux ans d'émissions mondiales, qui seraient libérées dans l'atmosphère et aggraveraient les effets du changement climatique si ces forêts étaient détruites.

L'augmentation des zones humides côtières protégées et la récupération d'environ 40 % de la couverture mondiale de l'écosystème d'ici 2050 pourraient atténuer une gigatonne deCO2 par an, soit plus de troisans d'émissions. Les efforts visant à maintenir les zones humides côtières doivent inclure les communautés locales qui dépendent de ces écosystèmes pour leurs habitations et leurs moyens de subsistance. Des pays comme Fidjiet laPapouasie-Nouvelle-Guinée ont des expériences réussies en matière de conservation et d'éducation communautaires pour gérer ces zones humides et soutenir le développement des communautés environnantes.

2. Promouvoir les avantages de l'agroforesterie durable

Les changements d'affectation des terres liés à la sylviculture et à l'agriculture représentantprès de 25 % des émissions de gaz à effet de serre d'origine humaine, il est clair que les systèmes actuels de gestion des terres doivent être modifiés. Les pratiques agroforestières intègrent divers arbres ou arbustes aux cultures et au bétail. En particulier, les pâturages avec des arbres peuvent séquestrer cinqà dix fois plus de carbone que les zones sans arbres de même taille. Les agriculteurs peuvent également être plus productifs en cultivant des plantes et en élevant du bétail tout en utilisant beaucoup moins de terres. La diversification des cultures et l'inclusion du bétail sur ces terres peuvent donner aux agriculteurs des sources de revenus supplémentaires et réduire les risques pour les moyens de subsistance causés par le changement climatique et l'imprévisibilité du temps. L'extension de l'utilisation de cette méthode à 554 millions d'acres dans le monde, dont on estime qu'elle nécessite un investissement de 41,6 milliards de dollars, pourrait aider les agriculteurs à réaliser des gains financiers de 699 milliards de dollars grâce à la diversification des revenus.

3. Décentraliser la distribution de l'énergie

La variabilité du climat aura un impact négatif sur les infrastructures de transmission et de distribution d'électricité des pays. Dans le même temps, le développement et la croissance démographique font augmenter la demande et la consommation d'énergie. Les systèmes énergétiques centralisés - avec de grandes centrales électriques et des infrastructures connectées sur de longues distances - sont plus vulnérables au changement climatique, car les perturbations survenant à un point du système peuvent affecter l'ensemble du réseau.

Les systèmes décentralisés - souvent alimentés par des énergies renouvelables, avec des lignes de transmission plus courtes et des zones de distribution plus petites - sont plus résistants au climat. En cas de catastrophe, une communauté disposant de son propre approvisionnement énergétique décentralisé n'est pas affectée par les pannes de courant dans d'autres régions. Des sources d'énergie plus petites et plus faciles à gérer peuvent également permettre de se remettre plus rapidement d'une catastrophe. Les technologies à faible teneur en carbone, telles que les panneaux solaires et les batteries, peuvent également fournir une énergie fiable et propre à des services essentiels, comme leshôpitaux des régions éloignées qui ne sont pas encore connectés au réseau ou qui subissent de fréquentes coupures de courant.

4. Garantir les droits fonciers des peuples autochtones

Les communautés autochtones et locales gèrentprès de 50 % des terres de la planète, dont dépendent jusqu'à 2,5 milliards de personnes pour leur subsistance. Ces communautés ont mis en pratique les principes d'adaptation sur leurs terres au fil des générations, développant un profond corpus de connaissances traditionnelles qui peuvent aider d'autres personnes à comprendre comment s'adapter à un environnement en mutation.

De plus, les endroits où les populations indigènes ont des droits légaux sur leurs terres présentent des taux de déforestation au moins deux fois plus faibles que des zones similaires sans sécurité d'occupation, comme c'est le cas enBolivie, au Brésil et en Colombie. Les populations autochtones et les communautés locales ont des forêts protégées qui contiennent unquart de tout le carbone de surface des forêts tropicales. Pourtant, ces communautés possèdent légalement moins d'un cinquième de ces terres. En garantissant les droits des peuples autochtones, on leur permettra de conserver leurs terres, de protéger les ressources naturelles et de mieux assurer leurs moyens de subsistance face au changement climatique.

5. Améliorer les transports en commun

Le transport routier représente 72% des émissions mondiales liées au transport, un pourcentage qui continuera à augmenter à moins que davantage d'options de transport à faible teneur en carbone ne soient disponibles et accessibles. Les infrastructures de transport sont également extrêmement vulnérables aux effets du changement climatique, comme les tempêtes et la chaleur extrême. Les perturbations du réseau dues à des conditions météorologiques extrêmes affecteront de manière disproportionnée les personnes à faible revenu et les autres populations urbaines vulnérables qui disposent de moins d'options de mobilité. Des transports en commun résilients et à faible émission de carbone permettent de relever ces deux défis.

L'expansion des transports publics urbains de 40 % d'ici 2050 pourrait réduire le nombre de voitures en circulation et éviter l'émission de 6,6gigatonnes de carbone. La modernisation et la conception des transports en commun pour qu'ils résistent aux risques climatiques tels que les catastrophes naturelles, l'élévation du niveau de la mer ou la chaleur extrême garantissent la sécurité et la fiabilité de ces moyens de transport à long terme. Ces améliorations peuvent influencer l'utilisation et mieux s'adapter à la croissance future.

Des villes comme Romeet Buenos Airesont intégré des mesures d'adaptation supplémentaires, telles que l'isolation thermique des bus et l'écologisation des arrêts et des itinéraires, afin d'améliorer les déplacements. Le développement des transports publics présente également l'avantage supplémentaire de réduire les embouteillages, de diminuer le nombre d'accidents et de décès et d'améliorer la qualité de l'air.

Donner la priorité aux solutions climatiques multitâches

Ce ne sont là que quelques exemples de mesures climatiques qui portent à la fois sur l'adaptation et l'atténuation. De nombreuses autres existent et peuvent s'appliquer à différents secteurs, écosystèmes, pays et communautés. La crise climatique est massive et urgente. Compte tenu des fonds, des ressources et de l'attention limités qui peuvent être consacrés à sa résolution, les décideurs politiques doivent donner la priorité à ces efforts intégrés.

 

Auteur : Isabella Suarez

Cet article a été publié précédemment sur Institut des ressources mondiales.