Donner la priorité à l'efficacité énergétique dans l'industrie

19 November 2017 par Rod Janssen
Donner la priorité à l'efficacité énergétique dans l'industrie

L'industrie a expérimenté la manière de libérer le potentiel de l'industrie. Mais elle s'en est largement remise au système d'échange de quotas d'émission. Eceee industrial efficiency 2018 offre un mélange de présentations formelles et d'événements informels ainsi qu'un excellent réseautage. L'événement s'est déroulé sous l'égide du groupe des institutions financières pour l'efficacité énergétique (EEFIG).

Il a mis en évidence la nécessité d'intensifier les discussions, de recueillir davantage de preuves des meilleures pratiques, des bonnes pratiques et, parfois, de certaines erreurs. Les réseaux d'efficacité industrielle bien connus dans des pays comme la Suisse, l'Allemagne et la Suède ont été présentés comme une approche importante pour améliorer la transparence. Il y a eu de nombreux exemples d'instruments financiers ou d'expériences

qui ont surpris la plupart d'entre nous car il s'agissait de nouvelles révélations. Et, ce qui est important, c'est que tout le monde a appris quelque chose, comme l'indique le commentaire final ci-dessus : "Il est également important que les décideurs politiques apprécient toute la gamme de ces documents qui aideront l'Europe à respecter ses accords climatiques de Paris grâce à une meilleure performance énergétique. Et il est également important que l'industrie Eceee dispose d'une gamme importante de réseaux d'efficacité énergétique.


Contenu complémentaire   #berlin  #allemagne  #efficacité industrielle 


La politique d'efficacité énergétique suit certainement une voie intéressante, peut-être davantage pour le secteur industriel. L'Europe a expérimenté la manière de libérer le potentiel de l'industrie afin que toute la société européenne en profite et l'amélioration de sa performance énergétique est considérée comme une clé. Pourtant, elle s'en est largement remise au système d'échange de quotas d'émission, qui est conçu pour réduire les émissions de carbone et pas nécessairement pour améliorer l'efficacité énergétique.

Mais, de plus en plus, on se rend compte que l'amélioration de l'efficacité est fondamentalement importante, en grande partie pour les avantages non énergétiques: amélioration de la compétitivité, amélioration des produits, création d'emplois, leadership en matière d'innovation technologique, etc.

Comme un collègue, Hans Nilsson, est toujours prêt à le souligner : l'efficacité énergétique n'est pas difficile mais elle est compliquée ! Elle est compliquée par les développements politiques au niveau de l'UE et au niveau national. Elle est compliquée dans les organisations industrielles où de nombreux membres de la structure de gestion ont des opinions différentes sur l'importance de l'amélioration de l'efficacité.

Il y a également un problème dans le fait qu'il y a eu beaucoup trop peu de discussions sur les questions industrielles au niveau européen liées à l'évolution des politiques. Cela pose de plus en plus problème car la proposition de "paquet énergie propre" de la Commission européenne de novembre 2016, qui en est maintenant aux dernières étapes du processus d'approbation, était largement dépourvue de toute nouvelle initiative pour l'industrie.

Tout est loin d'être perdu. Bien qu'il existe plusieurs bonnes initiatives sur le terrain, je voudrais en mentionner deux.

Cette semaine encore, j'ai eu la chance de participer à la sélection des résumés pour l'année prochaine dans le cadre de l'initiative " Efficacité industrielle du CEE 2018 ". Je suis l'un des coprésidents. Efficacité industrielle 2018 offre un mélange de présentations formelles et d'événements informels ainsi qu'un excellent réseautage. Il se tiendra en juin prochain à Berlin. La réunion de sélection des résumés a fait preuve d'une vigueur et d'un niveau d'engagement des plus encourageants, et il est apparu évident que de très bonnes communications seront présentées l'année prochaine.

Au total, il y aura une centaine de présentations, dont beaucoup sous la forme d'articles évalués par des pairs. L'importance de ces documents est qu'ils fournissent les preuves nécessaires sur ce qui se passe et ce qui devrait se passer en matière d'efficacité énergétique industrielle et d'économie circulaire. Ils devraient permettre de prendre conscience de la nécessité d'élaborer davantage de politiques, d'analyser davantage les politiques et de mettre en place des programmes plus ciblés. Il est important que les "preuves" présentées soient bien connues des institutions européennes et des parties prenantes.

En octobre, un événement spécial et unique a eu lieu à Bruxelles : l'industrie a fait entendre sa voix pour exprimer l'importance de tous les efforts visant à promouvoir l'amélioration de ses performances énergétiques. L'essentiel est d'améliorer le flux des investissements. L'événement s'est déroulé dans le cadre du Groupe des institutions financières pour l'efficacité énergétique (EEFIG) , établi en 2013 par la Direction générale de l'énergie de la Commission européenne et l'Initiative financière du Programme des Nations Unies pour l'environnement.

L'EEFIG offre un dialogue ouvert et une plate-forme de travail aux institutions financières publiques et privées, aux représentants de l'industrie et aux experts sectoriels afin d'identifier les obstacles au financement à long terme de l'efficacité énergétique et de proposer des solutions politiques et commerciales. Bien que l'EEFIG couvre à la fois le secteur du bâtiment et celui de l'industrie, les représentants de l'industrie s'inquiètent de plus en plus de ne pas pouvoir exprimer correctement leurs points de vue.

Lors de la table ronde d'octobre, plus de 70 participants ont discuté de deux thèmes :

Le premier thème, qui portait sur les tendances récentes en matière de financement de l'efficacité énergétique industrielle, les défis à relever et les solutions à y apporter, a examiné les efforts déployés pour réduire les risques liés aux investissements et de nombreux exemples ont été présentés. Elle a également examiné comment amener l'industrie à considérer les investissements dans l'efficacité énergétique industrielle comme des investissements stratégiques, comme elle le fait pour nombre de ses autres investissements qui augmentent la production.

Le deuxième thème- "Aller de l'avant" - portait sur la manière d'améliorer encore l'efficacité énergétique industrielle et de la rendre plus accessible aux PME. La directive européenne sur l'efficacité énergétique (DEE) de 2012 prévoit de nombreuses mesures pour encourager l'efficacité énergétique industrielle : audits obligatoires pour la grande industrie, promotion des systèmes de gestion de l'énergie et soutien aux PME. Il s'agit maintenant de savoir comment garantir que des mesures rentables sont identifiées et mises en œuvre. Il est également important de savoir ce qui peut être fait pour encourager l'investissement privé dans les mesures industrielles et de comprendre l'impact des audits obligatoires prévus par la DEE. La discussion a été solide et a mis en évidence l'importance de discussions ciblées sur les aspects de l'efficacité énergétique industrielle.

C'est moins courant à Bruxelles qu'il ne devrait l'être. Une très bonne discussion a eu lieu sur le besoin de transparence : entre les entreprises pour partager l'expérience en matière d'amélioration de l'efficacité ainsi qu'au sein des entreprises entre la direction et les équipes techniques. Il est important de noter que les réseaux d'efficacité énergétique bien connus dans des pays tels que la Suisse, l'Allemagne et la Suède ont été présentés comme une approche importante pour améliorer la transparence.

Bien que d'autres thèmes aient été abordés, il est important de souligner que tout le monde a appris quelque chose. Il y avait de nombreux exemples d'instruments financiers ou d'expériences au niveau des usines qui ont surpris la plupart d'entre nous car il s'agissait de nouvelles révélations.

Commentaire final

Souvenez-vous de ces mots : tout le monde a appris quelque chose. Tant l'événement de l'industrie de l'eceee que celui de l'EEFIG mettent en évidence la nécessité de poursuivre les discussions, de mettre en évidence les meilleures pratiques, les bonnes pratiques et, parfois, certaines erreurs. L'industrie a un rôle important à jouer pour aider l'Europe à respecter ses accords de Paris sur le climat en améliorant ses performances énergétiques. Il est également important que les décideurs politiques apprécient toute la gamme des avantages que l'amélioration des performances de l'industrie apporte à nos économies. Mais pour que cela fonctionne, les politiques ont un rôle à jouer. Il faut multiplier les initiatives. Les signes sont de plus en plus encourageants. Oui, l'amélioration de l'efficacité énergétique n'est pas difficile mais elle est compliquée. Et c'est tout à fait fascinant.

 

Articles connexes