Services d'efficacité énergétique Finance

Pour un avenir énergétique efficace

03 novembre 2020 par Dr. Steven Fawkes
Pour un avenir énergétique efficace

Le30 septembre, j'ai animé un webinaire sur l'efficacité énergétique, intitulé "Poweringan Energy Efficient Future", pour l'IPFA dans le cadre de leur série sur la transition énergétique.

 

 

 

Nous avions trois grands panélistes qui sont tous directement impliqués dans l'efficacité énergétique et l'investissement dans l'efficacité énergétique :

 

 

 

Murray Birt, stratégiste ESG senior pour le DWS basé à Londres. Murray est impliqué dans tous les aspects de la durabilité au sein du DEM, mais il s'intéresse particulièrement à l'efficacité énergétique et a travaillé avec plusieurs groupes sur l'efficacité énergétique, notamment l'Energy Efficiency Financial Institutions Group, l'EEFIG et le Green Finance Institute.

 

 

 

Jessica Luk, directrice du développement NYCEEC à New York , qui a été la première banque verte locale des États-Unis. Jessica a une grande expérience dans le domaine du développement durable, de la politique et des finances, notamment au sein du bureau du développement durable du maire de New York pendant l'administration du maire Bloomberg, et elle a été l'une des fondatrices du NYCEEC.

 

 

 

Andy Holzhauser, de Donovan Energy basé dans l'Ohio. Donovan Energy développe et fournit des projets d'efficacité énergétique pour un large éventail de clients commerciaux et Andy est un expert du financement PACE, qui est un moyen important de financer l'efficacité énergétique aux États-Unis. Il a rédigé la législation de l'APCE dans deux États et siège au conseil d'administration de PACE Nation - l'association de l'APCE aux États-Unis.

 

 

 

Vous trouverez ci-dessous une version éditée de mes remarques introductives.

 

 

 

Bienvenue à ce webinaire qui traite de l'efficacité énergétique qui, comme nous l'entendrons, est une partie essentielle de la transition énergétique mais qui a longtemps été négligée par rapport à des éléments plus froids comme le solaire, l'éolien et le stockage. Merci à l'IPFA de m'avoir invité à modérer la discussion. C'est peut-être la dernière de la série mais croyez-moi, c'est l'élément le plus important de la transition énergétique.

 

 

 

Je devrais commencer par définir l'efficacité énergétique. Il s'agit essentiellement de réduire l'apport énergétique pour toute activité particulière. En tant que spécialiste de l'efficacité énergétique, je tends vers une position fondamentale qui exclut les technologies de production, et cela signifie des choses comme l'isolation ou de meilleurs contrôles, mais de plus en plus, lorsque nous disons "efficacité énergétique", il s'agit de toute la gamme des mesures énergétiques du côté de la demande, y compris la production locale et la réponse à la demande, qui se conjuguent pour réduire l'apport d'énergie primaire pour une activité donnée. En fait, j'aime bien le terme moins courant de productivité énergétique, mais restons-en à l'efficacité énergétique.

 

 

 

L'efficacité énergétique a longtemps été la cendrillon de la politique énergétique. Elle a généralement été la dernière en importance pour les décideurs politiques et les spécialistes de l'énergie, en partie parce que, par définition, c'est "l'absence de quelque chose", en partie parce qu'elle est constituée de centaines et de milliers de petits projets difficiles à voir, et en partie parce qu'elle est ennuyeuse. Les centrales électriques, les éoliennes et même les panneaux solaires sont photogéniques et peuvent servir de toile de fond aux politiciens, mais pas des choses comme l'isolation, de sorte que l'efficacité est souvent littéralement une réflexion après coup dans la politique énergétique - les politiciens terminent souvent leurs discours sur la politique énergétique en disant "et enfin, nous ne devons pas oublier l'efficacité énergétique", même s'ils l'oublient ensuite rapidement.

 

 

 

Mais cela dit, si l'on regarde bien, la réalité est bien différente. L'efficacité énergétique est la ressource énergétique la plus importante, la moins chère et la plus rapide dont nous disposons et, après de nombreuses années et décennies de négligence, elle est reconnue par les gouvernements et les investisseurs du monde entier et c'est la raison pour laquelle nous sommes ici aujourd'hui. Je voudrais simplement passer en revue certaines des caractéristiques importantes de l'efficacité énergétique.

 

 

 

Commençons par une vérité fondamentale,les utilisateurs d'énergie, qu'ils soient industriels, commerciaux ou domestiques, ne veulent pas ou n'ont pas besoin d'électricité ou de combustible en soi, ils veulent ou ont besoin des services que l'énergie fournit. Selon les mots du gourou de l'efficacité énergétique Amory Lovins, les gens ne veulent pas d'énergie, ils veulent "des douches chaudes, de la bière fraîche, du confort, de la mobilité et de l'éclairage". Le fait de se concentrer sur les services requis et sur le coût total et l'apport énergétique total pour les fournir ouvre la voie à des niveaux d'efficacité énergétique bien plus élevés ainsi qu'à de nouveaux modèles commerciaux basés sur les services énergétiques.

 

 

 

Les projets d'efficacité énergétique sont souvent rapidement rentabilisés. Dans la base de données DEEP (Derisking Energy Efficiency Platform)[i] du Groupe des institutions financières pour l'efficacité énergétique (EEFIG), qui comprend plus de 10 000 projets, les délais de récupération moyens indiqués sont de 5 ans pour les bâtiments et de 2 ans pour les projets industriels.

 

 

 

Malgré cet attrait économique, de nombreux projets potentiels n'aboutissent pas en raison d'autres priorités de l'hôte du projet, d'un manque de capacité interne à développer des projets ou d'une pénurie de capitaux d'investissement. En outre, les investissements normaux dans la rénovation de bâtiments et d'installations industrielles ou dans de nouveaux bâtiments et installations n'utilisent souvent pas tout le potentiel rentable de l'efficacité énergétique.

 

 

 

De nombreuses études ont montré que l'efficacité énergétique est le moyen le moins coûteux de fournir des services énergétiquesUne étude britannique réalisée en 2012 sur la base de projets réels a montré que le coût nivelé de l'énergie (LCOE) pour l'efficacité énergétique était de 4,34 £/MWh, contre 44 £/MWh pour l'éolien offshore et 95 £/MWh pour le nucléaire. Les projets figurant dans la base de données DEEP de l'EEFIG ont montré un LCOE encore plus bas. L'efficacité énergétique est vraiment l'option énergétique la moins chère.

 

 

 

Le potentiel d'amélioration de l'efficacité énergétique est énorme. Elle a fait l'objet d'études approfondies, dans de nombreux secteurs et dans de nombreuses régions géographiques. Des recherches menées à l'université de Cambridge[ii] ont conclu que nous utilisons globalement 475 Exajoules de ressources énergétiques primaires pour fournir 55 Exajoules de services énergétiques utiles (mouvement, chaleur, refroidissement, lumière et son), ce qui signifie que pour l'ensemble de notre technologie, nous avons une efficacité énergétique globale de seulement 11%, c'est pourquoi mon blog s'appelle onlyelevenpercent.Bien que ce chiffre ne tienne pas compte des considérations économiques, il montre qu'il existe une ressource potentielle énorme dans les possibilités inexploitées d'efficacité énergétique, une ressource qui est techniquement réalisable mais pas nécessairement économique, par analogie avec une estimation des ressources en pétrole ou en gaz. La partie la plus intéressante de cette ressource est le potentiel économique, un potentiel qui est à la fois techniquement et économiquement réalisable mais pas encore exploité, qui peut être considéré comme similaire aux réserves prouvées de pétrole et de gaz - généralement 30 à 40 % de réduction de la consommation d'énergie.

 

 

 

L'impact de l'efficacité énergétique dans la transition énergétique a été négligé par rapport aux combustibles fossiles et aux énergies renouvelables. Sans les améliorations de l'efficacité énergétique depuis 2000, la consommation mondiale d'énergie aurait été de 13 % plus élevée en 2018, et les émissions de carbone liées à l'énergie auraient été de 14 % plus élevées[iii]. Une analyse américaine a montré que l'efficacité énergétique avait "alimenté" les trois quarts de la croissance de la demande de services liés à l'énergie depuis 1970, et la situation au Royaume-Uni est similaire. Les gens parlent vaguement d'une augmentation de la consommation d'énergie, mais au Royaume-Uni, aux États-Unis et dans d'autres pays, elle diminue, principalement en raison de l'amélioration de l'efficacité énergétique. Lorsque nous commencerons à électrifier les transports et à chauffer avec de plus en plus d'énergie renouvelable, la consommation diminuera encore plus, car nous supprimerons la production thermique, qui est un gaspillage incroyable, et utiliserons des moteurs électriques bien plus efficaces que les moteurs à combustion interne.

 

 

 

L'efficacité énergétique a été décrite comme "le pivot qui peut garder la porte ouverte à un avenir à 2°C". L'AIEestime que pour atteindre unscénario à2°C, l'efficacité énergétique doit représenter 38% de la réduction totale des émissions cumulées jusqu'en 2050, alors que les énergies renouvelables ne doivent en représenter que 32%.

 

 

 

Nous disposons donc de cette ressource massive, très bon marché et sous-exploitée qu'est l'efficacité énergétique, qui constitue une partie essentielle de la transition énergétique mondiale et qui est indispensable pour atteindre nos objectifs en matière de carbone. Nous sommes entourés d'une réserve géante d'énergie bon marché, propre et exploitable sous la forme d'un potentiel d'efficacité énergétique partout où vous regardez, mais nous avons historiquement sous-investi dans ce domaine et continuons à le faire. Ledéfiessentielest de savoir comment réorienter les investissements vers l'efficacité énergétique afin de compenser le déséquilibre entre les investissements dans l'approvisionnement énergétique et l'améliorationde l'efficacité énergétique.

 

 

 

Je voudrais juste conclure en évoquant les nombreuses raisons pour lesquelles les institutions financières devraient envisager de déployer davantage de capitaux dans l'efficacité énergétique, notamment

 

 

 

  • L'efficacité énergétique représente un vaste marché potentiel. L'AIE estime qu'en 2018, les investissements mondiaux dans l'efficacité énergétique s'élèveront à 240 milliards de dollars. Pour atteindre les objectifs fixés à Paris, ce niveau d'investissement doit atteindre environ 1 000 milliards de dollars par an d'ici 2050 et l'apport de financements peut aider à surmonter certains des obstacles aux investissements dans l'efficacité énergétique.
  • L'efficacité énergétique peut produire des flux de trésorerie stables à long terme, qui peuvent fournir des produits basés sur le rendement, y compris des obligations vertes, si une échelle suffisante est atteinte.
  • L'amélioration de l'efficacité énergétique réduit les risques de deux manières. Premièrement, l'augmentation de l'efficacité énergétique améliore les flux de trésorerie des hôtes de projets. Ensuite, il y a le risque de financer des actifs qui deviennent bloqués à mesure que les réglementations en matière d'efficacité énergétique sont renforcées. Par exemple, en Angleterre et au Pays de Galles, la réglementation sur les normes minimales d'efficacité énergétique rend illégale la location d'un bâtiment commercial dont le certificat de performance énergétique est inférieur à E, et la norme minimale sera renforcée au fil du temps. Le fait de ne pas améliorer les bâtiments peu performants met en danger les propriétaires de bâtiments peu performants etleurs prêteurs.
  • L'efficacité énergétique est l'un des principaux moyens de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Elle soutient fermement les engagements nets zéro et l'accord de Paris.
  • Investir dans l'amélioration de l'efficacité énergétique est conforme à l'objectif de développement durable 7, "Assurer à tous l'accès à une énergie abordable, fiable, durable et moderne", et en particulier à l'objectif 7.3 : "Doublerle taux mondial d'amélioration de l'efficacité énergétique d'ici à 2030". Elle soutient également le SDG 9, "Construire des infrastructures résilientes, promouvoir une industrialisation inclusive et durable et encourager l'innovation", le SDG 11, "Rendre lesvilles et les établissements humainsinclusifs,sûrs, résilients et durables", et le SDG 12, "Assurer desmodes de consommation et de production durables".
  • L'efficacité énergétique est un investissement d'impact. Outre la réduction de la consommation d'énergie, les projets d'efficacité énergétique peuvent avoir un impact positif sur des facteurs tels que la pollution atmosphérique locale, la création d'emplois, l'amélioration de la santé et des résultats d'apprentissage. C'est pourquoi il devrait être un élément clé de tout programme d'investissement à impact ou de tout programme RSE/ESG.
  • Lesrégulateurs se penchent de plus en plus sur les risques liés au climat. Les actions comprennent la demande aux banques de divulguer les risques liés au climat de leurs portefeuilles de prêts, ce qui permettra aux institutions financières d'être mieux informées sur les performances des prêts et donc sur le coût du risque, et de procéder à une meilleure évaluation des risques. Parmi les actions futures possibles, on peut citer la réduction des exigences en matière de réserves de capital pour les financements "verts". Investir dans l'efficacité énergétique réduit les risques liés au climat.

 

 

 

Nous pensons que ces raisons signifient que l'investissement dans l'efficacité énergétique devrait figurer de plus en plus à l'ordre du jour des conseils d'administration de toutes les institutions financières. Quels que soient les marchés sur lesquels elles opèrent, il existe des opportunités de croissance, des possibilités de réduction des risques et des possibilités d'atteindre des objectifs d'impact plus larges.

 

 

 

Il semble que l'ampleur et l'attrait de la ressource que représente l'efficacité énergétique soient enfin reconnus et qu'une nouvelle classe d'actifs émerge.

 

 

 

Merci à l'IPFA d'avoir accueilli le webinaire et d'avoir inclus l'efficacité dans la série sur la transition énergétique. https://www.ipfa.org

 

[i] EEFIGDerisking Energy Efficiency Platform.https://deep.eefig.eu

 

[ii] Réduction de lademande d'énergie : Quelles sont les limites pratiques ? Jonathan M. Cullen, Julian M. Allwood et Edward H. Borgstein. Science et technologie de l'environnement. 2011.

 

[iii]Recommandations de la Commission mondiale. Commission mondiale pour une action urgente en matière d'efficacité énergétique. Juin 2020.

 


À propos de Dr. Steven Fawkes

Fawkes

Steven travaille sur plusieurs projets de financement de l'efficacité énergétique dans le monde entier, notamment le projet européen de confiance des investisseurs. Il a fondé EnergyPro en 2012 pour aider à accélérer les investissements dans la transition énergétique, en particulier dans l'efficacité énergétique et l'utilisation efficace des ressources.


Contenu complémentaire