Redéfinir l'efficacité énergétique dans les nouveaux programmes de construction

29 October 2018 par Jürgen Ritzek
Redéfinir l'efficacité énergétique dans les nouveaux programmes de construction

Dans de trop nombreux cas, les programmes de construction neuve des services publics ne prennent en compte que l'efficacité énergétique (EE) lorsqu'ils offrent des incitations pour les nouvelles constructions. Cela laisse beaucoup d'opportunités inexploitées (et d'argent) sur la table pour les services publics et leurs clients. Les programmes de construction neuve devront aller au-delà de l'efficacité énergétique et prendre en compte le type et le nombre de chargeurs de véhicules électriques à intégrer, la quantité de panneaux solaires à installer sur le toit et la manière dont ces systèmes et les autres dispositifs intelligents du bâtiment s'intègrent au mieux au réseau. Les codes de l'énergie devenant plus stricts et l'éclairage et les contrôles LED devenant obligatoires, il sera de plus en plus difficile de se fier à des normes prescriptives.

En ce qui concerne certaines mesures de CVC et de refroidisseurs, certaines des bases de référence du code sont devenues si efficaces que les fabricants ont du mal à fabriquer des équipements conformes au code, et encore moins des équipements plus efficaces que le code. Le secteur évolue rapidement alors que nous plongeons plus profondément dans l'ère de l'Internet des objets - et nous devons tous adopter un état d'esprit agile, nous le devons.


Contenu complémentaire   #nouvelles constructions  #codes de l'énergie  #stratégie technique 


Publié pour la première fois ici.

Lorsqu'il s'agit d'intégrer les dernières technologies et efficacités dans une installation, rien ne permet de travailler avec une ardoise plus propre qu'une nouvelle installation. Mais dans de trop nombreux cas, les programmes de construction de nouvelles installations ne prennent en compte que l'efficacité énergétique (EE) lorsqu'ils offrent des incitations à la construction de nouvelles installations ; des éléments tels que la réponse à la demande et les énergies renouvelables sont cloisonnés, laissant ainsi de nombreuses opportunités inexploitées (et de l'argent) sur la table pour les services publics et leurs clients.

Les bâtiments et le réseau électrique subissent des transformations au cours de ce nouveau siècle, ce qui les oblige à devenir plus "intelligents" et plus résistants. Il est clair que les phases de conception et de construction d'un nouveau bâtiment offrent aux services publics et aux propriétaires de bâtiments la possibilité la plus rentable d'investir dans la résilience, l'interconnexion au réseau, l'efficacité et les systèmes intelligents.

Mais à l'avenir, les programmes de construction de nouveaux bâtiments des services publics devront aller au-delà de la simple EE, et examiner quel type et combien de chargeurs pour véhicules électriques devraient être intégrés, quelle quantité d'énergie solaire devrait être installée sur le toit, quel type et quelle taille de batterie le bâtiment devrait avoir, et comment ces systèmes et autres dispositifs intelligents du bâtiment s'intègrent le mieux au réseau.

Lescodes de l'énergie devenant plus stricts et l'éclairage et les contrôles des LED étant soumis à des codes, il sera de plus en plus difficile de s'appuyer sur des mesures prescriptives, voire personnalisées, pour atteindre les objectifs du programme. Il n'existe actuellement aucune technologie d'éclairage plus rentable et plus efficace que les LED, et il est probable qu'elle ne le sera pas de sitôt. De même, avec certaines mesures de CVC et de refroidissement, certaines des bases de référence du code sont devenues si efficaces que les fabricants ont du mal à fabriquer des équipements conformes au code, sans parler de tout ce qui est plus efficace que le code.

Que se passerait-il si l'objectif des programmes de nouvelles constructions passait de l'incitation aux économies d'énergie à l'incitation des bâtiments à rester en dessous des seuils de consommation en kWh ? Et si l'objectif encourage les technologies de résilience et d'intégration au réseau ? Bien que les environnements réglementaires ne soient pas encore établis pour permettre facilement ces changements, ils semblent être la prochaine étape logique pour l'industrie.

En examinant les limites de consommation de kWh plutôt que les économies de kWh, l'objectif peut être élargi de la simple économie d'EE à la définition des limites de fonctionnement les plus optimales pour un système dynamique en réseau. Ces niveaux de consommation de kWh pourraient être spécifiques à une zone climatique et à un secteur, et les systèmes de stockage sur site et d'énergie renouvelable, ainsi que d'autres systèmes connectés au réseau ou en réseau, pourraient alors être optimisés en fonction des besoins du réseau.

Comment y parvenir ? La réalisation de projets pilotes à petite échelle est un bon moyen de commencer, et plusieurs services publics avant-gardistes ouvrent déjà la voie. Le secteur évolue rapidement à mesure que nous nous enfonçons dans l'ère de l'internet des objets, ce qui signifie que nous devons tous adopter un état d'esprit agile et commencer à combler le fossé entre les bâtiments et le réseau.

Visitez notre site " Nouvelle construction " pour en savoir plus sur nos services.

_____________

Articles connexes

 

Restez à l'écoute ! Les meilleures idées pour l'efficacité énergétique et la transition énergétique...

 

À propos de l'auteur

Tiina Aardemae est ingénieur senior chez DNV GL, et travaille dans le domaine de l'efficacité énergétique et du développement durable depuis 2009. Son expérience comprend la stratégie technique, les nouvelles constructions, la conception et la mise en œuvre de programmes d'efficacité énergétique, les systèmes de gestion de la qualité, la gestion des données et la gestion des produits logiciels. Elle est également auditrice de systèmes de gestion de la qualité, professionnelle accréditée LEED® et propriétaire de produit Scrum® certifié. Avant de rejoindre DNV GL, Mme Aardemae a travaillé comme ingénieur de réseau de distribution et chef de projet pour les clients des services publics. En dehors du travail, Mme Aardemae aime faire du vélo, de la course à pied, des voyages écologiques, et s'informer sur la maison passive et l'énergie nette zéro. Pour rejoindre le réseau professionnel de Mme Aardemae sur LinkedIn, cliquez ici.