Indicateurs et facteurs communs permettant de déterminer l'impact des projets de l'UE visant à promouvoir l'efficacité énergétique

16 June 2021 par Alexander Kauffmann
Indicateurs et facteurs communs permettant de déterminer l'impact des projets de l'UE visant à promouvoir l'efficacité énergétique

Une étude portant sur 41 projets d'efficacité énergétique financés par l'UE à travers l'Europe a examiné les économies d'énergie primaire, les économies de gaz à effet de serre, les investissements déclenchés, les acteurs du marché ayant des compétences accrues sur les questions énergétiques et les énergies renouvelables générées. Les projets ont bénéficié d'un financement de 58,5 millions d'euros dans le cadre des programmes européens "Énergie intelligente pour l'Europe II" (EIE-II) et "Horizon 2020" (H2020), afin d'accroître l'efficacité énergétique des entreprises européennes. L'équipe de l'étude a rencontré des incohérences dans le portefeuille quant à la manière dont les projets ont rapporté leurs indicateurs clés de performance, si tant est qu'ils l'aient fait. Pour y remédier, l'équipe d'étude a procédé à une analyse approfondie des calculs des projets et les a restructurés. La méthodologie de ré-estimation a été développée de manière à être suffisamment flexible pour s'adapter aux calculs de la plupart des projets. Et elle a permis d'identifier un certain nombre de facteurs communs qui peuvent être reportés dans les analyses et les estimations d'impact futures. Il a été noté que les audits ont conduit à un pourcentage plus élevé du taux d'économie d'énergie réalisé par différentes activités. et. les projets se sont davantage appuyés sur des activités liées au renforcement des capacités.


Contenu complémentaire   #coordinateurs du projet  #impacts du projet  #activités du projet 


Une étude portant sur 41 projets d'efficacité énergétique financés par l'UE dans toute l'Europe a examiné les économies d'énergie primaire, les économies de gaz à effet de serre (GES), les investissements déclenchés, l'amélioration des compétences des acteurs du marché en matière d'énergie et la production d'énergie renouvelable.

 

Les projets ont bénéficié d'un financement de 58,5 millions d'euros de la part des programmes européens Intelligent Energy Europe II (IEE-II) et Horizon 2020 (H2020) afin d'accroître l'efficacité énergétique dans les entreprises de l'UE. Ils ont permis d'investir 500 millions d'euros dans les organisations participantes et d'économiser 3,5 TWh d'énergie primaire par an, ainsi que de réduire les émissions de GES de 1,1 MtCO2/an.

 

L'étude a été réalisée par Ricardo, une société internationale d'ingénierie, de conseil en environnement et en stratégie, pour le compte de CINEA, l'Agence exécutive européenne pour le climat, les infrastructures et l'environnement.

 

L'efficacité énergétique dans l'industrie a un rôle clé à jouer pour que l'UE atteigne ses objectifs climatiques de 2030 et 2050 et remplisse ses objectifs dans le cadre de l'Accord de Paris. Chacun des 41 projets a été évalué individuellement, et les impacts (fiables et acceptables uniquement) ont été totalisés sur l'ensemble du portefeuille. Les résultats montrent l'impact des changements au sein des organisations et la différence qu'ils peuvent faire pour que nous atteignions tous notre objectif commun de réduction des émissions.

 

Les indicateurs clés de performance (ICP) sont l'un des principaux outils permettant de mesurer le succès d'un projet et d'identifier comment les activités du projet ont eu un impact réel en termes de réduction de la consommation d'énergie et des émissions de GES de l'entreprise. L'équipe d'examen a constaté un manque d'uniformité dans l'ensemble du portefeuille quant à la manière dont les projets ont rendu compte de leurs ICP, voire pas du tout. Cela a rendu difficile l'identification de ce qui a bien fonctionné et de ce qui pourrait être amélioré. Pour y remédier, l'équipe d'étude a procédé à une analyse approfondie des calculs des projets et les a restructurés en s'appuyant sur les résultats des entretiens avec les parties prenantes, les indicateurs communs et les sources documentaires.

 

Dans un premier temps, les activités, les résultats et les réalisations de chacun des 41 projets ont été cartographiés afin de garantir une compréhension globale de chaque projet. Ensuite, les étapes et hypothèses de calcul des projets qui ont conduit aux ICP ont été évaluées afin d'identifier les lacunes dans les données et les étapes qui pourraient être améliorées. Sur la base de cette évaluation, chaque étape et chaque ICP global a reçu la note "fiable", "acceptable" ou "incertain".

 

Pour permettre une ré-estimation homogène des ICP dans tous les projets, une approche et un format standardisés ont été utilisés. Cela a impliqué la désagrégation des informations et des étapes de calcul effectuées par les projets, si nécessaire. Cette approche a permis d'élaborer un catalogue des étapes, méthodes et hypothèses communes. Cela a permis d'identifier les facteurs communs qui ont été appliqués aux KPIs rapportés par les projets.

 

La méthodologie de ré-estimation a été développée de manière à être suffisamment flexible pour s'adapter aux calculs de la plupart des projets et pour être comparable entre les projets. Cette approche a été motivée principalement par la grande variété d'approches adoptées par les projets dans leurs calculs et aussi par les différents types et quantités d'informations disponibles sur les impacts des projets.

 

Dans les cas où les ICP étaient déjà considérés comme fiables, le calcul a été restructuré pour correspondre au format standardisé. Lorsque les indicateurs clés de performance n'ont pas été rapportés ou l'ont été avec des hypothèses et des étapes manquantes, l'approche standardisée a permis à l'équipe de l'étude d'estimer les impacts ou les indicateurs clés de performance générés par une activité pour chaque projet. Par exemple, la quantité d'énergie économisée à la suite d'un audit énergétique. L'utilisation de la même méthodologie de calcul harmonisée pour tous les projets a permis une meilleure comparaison des impacts.

 

Les valeurs documentaires et les entretiens ont été utilisés pour combler les lacunes des données, améliorer la compréhension des calculs d'impact des projets, identifier d'autres impacts des projets et établir dans quelle mesure les impacts des projets achevés ont été maintenus et reproduits. Les entretiens, menés principalement avec les coordinateurs et les partenaires des projets, ont facilité la compréhension des activités entreprises et des défis rencontrés par chaque projet, ainsi que de tout impact durable s'étendant au-delà de la durée de vie du projet.

 

Le processus de ré-estimation a permis à l'équipe de l'étude d'identifier un certain nombre de facteurs communs qui peuvent être reportés dans de futures analyses et estimations d'impacts. Le résultat le plus significatif a été le taux d'économie d'énergie réalisé par les différentes activités. Un audit moyen réalisé par les projets a permis aux entreprises participantes de réaliser 4,5 % d'économies d'énergie, tandis que les activités de renforcement des capacités et les outils ou critères de référence ont permis d'obtenir respectivement 4,1 % et 3,2 %. En outre, une analyse plus approfondie de plus de 3 500 audits réalisés a montré qu'un audit moyen identifiait 18 % d'économies d'énergie potentielles. En moyenne, 25 % de ces mesures d'économie d'énergie potentielles ont été mises en œuvre par les entreprises.

 

En outre, l'approche adoptée a permis à l'équipe de l'étude de désagréger les données collectées et les indicateurs clés de performance par type d'action ou d'activité conduisant à l'impact respectif. Les différences notables identifiées étaient que les économies d'énergie des projets EIE-II reposaient davantage sur les activités liées au renforcement des capacités, tandis que les projets H2020 reposaient davantage sur les activités liées aux audits. En comparant les impacts des activités pendant et après la durée de vie du projet, il a été noté que les audits ont conduit à un pourcentage plus élevé d'économies d'énergie pendant la durée du projet - pour de nombreux projets, un nombre important d'audits a été entrepris pendant la durée de vie du projet et relativement peu après - tandis que les activités de renforcement des capacités et les outils/le benchmarking ont eu des effets après la durée de vie du projet. Les outils et le benchmarking sont plus pertinents pour les projets qui se concentrent sur un seul secteur que pour ceux qui adoptent une approche intersectorielle.

 

Les défis rencontrés lors de la réalisation et de l'évaluation ultérieure de ces projets comprenaient l'engagement des PME, la collecte et la qualité des données, les lacunes identifiées dans les rapports de projet, en particulier pour les projets plus anciens où les entretiens étaient moins susceptibles de permettre de combler ces lacunes, et les lacunes d'information concernant les avantages non économiques des améliorations de l'efficacité énergétique. L'étude a donc cherché à rassembler des recommandations pour non seulement relever ces défis dans les futurs programmes, mais aussi pour permettre des évaluations de meilleure qualité de ces programmes. Fournir un modèle ou un format standardisé pour présenter la chaîne d'impact, de l'activité ou de l'action à l'impact, pourrait apporter une plus grande certitude quant à la manière dont les impacts ont été estimés et ce qui distingue un projet d'un autre.

 

Il est clair qu'un soutien continu par le biais de programmes financés reste nécessaire pour garantir la poursuite des progrès dans le domaine de l'efficacité énergétique pour l'industrie et les services dans l'UE, tout comme la mise en évidence des avantages obtenus par les projets individuels au moyen de campagnes de communication. En favorisant les synergies avec d'autres fonds et programmes de l'UE pour suivre la mise en œuvre effective des mesures d'économie d'énergie recommandées au niveau des projets, on obtiendrait des preuves beaucoup plus concrètes de l'impact de ces projets, ainsi que les preuves nécessaires pour partager les succès et inciter d'autres PME européennes à prendre l'efficacité énergétique au sérieux et à faire des changements. Les projets d'activités de coordination et de soutien axés sur la promotion de l'amélioration de l'efficacité énergétique au sein des PME peuvent manifestement contribuer de manière significative à la réalisation des objectifs 2030 et 2050, mais il reste encore beaucoup à faire pour atteindre ces objectifs.

 

Cette évaluation a été réalisée par Ricardo PLC, un cabinet mondial d'ingénierie, d'environnement et de conseil stratégique pour CINEA, l'Agence exécutive européenne pour le climat, les infrastructures et l'environnement. Pour consulter le rapport complet, veuillez cliquer ici.