5 étapes pour une stratégie énergétique solide

02 October 2017 par Jürgen Ritzek
5 étapes pour une stratégie énergétique solide

De nombreuses entreprises ont déjà développé une sorte de stratégie énergétique. Mais elles n'abordent pas explicitement les implications stratégiques des mégatendances mondiales. Pour ce faire, ils recommandent 5 étapes pour construire une stratégie énergétique solide. Le plus grand obstacle pour beaucoup reste la perception que l'énergie est juste un coût à gérer. Et pour les petites entreprises, il est nécessaire d'avoir une stratégie cohérente pour s'engager avec les parties prenantes au-delà des aspects opérationnels comme l'augmentation de l'efficacité ou la diversification des sources d'énergie. La tarification sèche, les nouveaux mécanismes de financement, les réseaux intelligents et le stockage sur batterie sont de nouvelles opportunités, mais elles n'en sont qu'à leurs débuts, de nouvelles politiques et réglementations étant en cours d'élaboration. Engager les principales parties prenantes à défendre les politiques qui encouragent la transformation vers les nouveaux systèmes énergétiques doit être à l'ordre du jour. Elles doivent également impliquer les clients, les communautés, les investisseurs et les employés, car les nouvelles solutions conduiront les entreprises à faire partie intégrante du futur système énergétique, à mille lieues des anciens contrats d'achat d'énergie.


Contenu complémentaire   #développements  #changement climatique  #énergies renouvelables 


Selon l'article récemment publié dans la Harvard Business Review "Energy Strategy for the C-suite", l'énergie est en train de monter dans l'agenda des entreprises. C'est vrai et basé sur

  • le changement climatique et la réglementation mondiale du carbone,
  • les pressions croissantes sur les ressources naturelles,
  • des attentes croissantes en matière de performances environnementales des entreprises,
  • les innovations en matière de technologies énergétiques et de modèles commerciaux, et
  • l'effondrement des prix des énergies renouvelables

Tous représentent des mégatendances qui conduisent à un environnement commercial en mutation, avec de nouveaux risques et de nouvelles voies pour la création de valeur.

Selon Andrew Winston, George Favaloro et Tim Healy, de nombreuses entreprises ont déjà développé une sorte de stratégie énergétique. Mais il leur manque l'intégration à la stratégie globale et elles n'abordent pas explicitement les implications stratégiques des mégatendances mondiales. Pour ce faire, ils recommandent 5 étapes pour construire une stratégie énergétique solide.

1. Commencer par le mandat de niveau C

Bien que ce ne soit pas nouveau, c'est un MUST pour commencer : L'engagement du PDG et une structure de gouvernance claire sont les fondements de toute mise en œuvre réussie.

Cela signifie que le PDG doit nommer un cadre supérieur pour servir de champion. Selon le secteur, il peut s'agir du directeur général ou du directeur financier. La première tâche de ce cadre supérieur est de constituer une équipe interfonctionnelle composée de représentants des opérations, des installations, des finances, du droit, des achats et du développement durable.

2. Intégrer l'énergie dans la vision et les opérations de l'entreprise

L'équipe doit commencer par évaluer les impacts énergétiques internes et externes de l'entreprise. Il faut répondre à diverses questions telles que "Quelle quantité d'énergie notre entreprise utilise-t-elle et quel est son coût ? Quel est son impact sur les principaux indicateurs financiers tels que le coût des marchandises vendues ? Exploitons-nous les possibilités d'utilisation des énergies renouvelables ? Comment cela correspond-il aux attentes des clients, des investisseurs et des employés, et comment nous comparons-nous à nos concurrents ?

Les réponses révéleront rapidement les possibilités et les lacunes en matière de performances et permettront d'élaborer un plan d'action.

Une tâche essentielle consiste alors à créer les bons systèmes d'incitation dans l'ensemble de l'organisation. Cette tâche doit être soutenue par des conseils sur la manière d'intégrer les considérations énergétiques aux autres processus et priorités stratégiques. L'évaluation des risques en est un exemple. Les responsables des installations et des opérations doivent tenir compte de l'énergie dans leur planification de la résilience et de la continuité des activités.

Un autre domaine clé est l'alignement de l'approvisionnement avec les utilisateurs d'énergie. Les précédents contrats d'énergie avec certaines structures de tarification en période de pointe peuvent être différents lorsqu'on envisage de nouvelles solutions de stockage ou de réponse à la demande dans les processus d'utilisation de l'énergie. En particulier lors de l'intégration d'énergies renouvelables sur place.

3. Suivre l'énergie à tous les niveaux

Selon les auteurs, il est souvent surprenant pour les dirigeants de C-suite que les entreprises ne puissent pas dire facilement combien d'énergie elles consomment au niveau de l'entreprise et des opérations individuelles. L'énergie est la seule qui, parmi les personnes, les coûts des produits, les installations et les équipements, n'est le plus souvent pas contrôlée et gérée avec soin.

Et le contrôle et l'analyse de la consommation d'énergie peuvent également révéler des problèmes de fonctionnement qui affectent les coûts, les performances et la qualité.

Les entreprises devraient également examiner leur chaîne d'approvisionnement. Les fournisseurs de premier rang, en particulier, peuvent avoir un impact indirect important sur les coûts ou la réalisation des objectifs en matière de carbone, car ils sont également exposés à la volatilité des prix et sont responsables d'un niveau important de carbone pour le produit ou les services finaux.

4. Passage aux énergies renouvelables et à d'autres technologies avancées

Le marché des technologies énergétiques propres évolue rapidement et les entreprises doivent comprendre les technologies ainsi que les options de financement et les modèles commerciaux qui les sous-tendent. Cela concerne les énergies renouvelables mais aussi, par exemple, le stockage, les compteurs et les LED.

Par exemple, en 2015, le prix moyen de l'électricité provenant de nouveaux projets d'énergie éolienne sous contrat à long terme aux États-Unis était de deux cents par kilowattheure!

De nombreuses entreprises expérimentent déjà le captage de la chaleur résiduelle pour le chauffage et le refroidissement, la combustion du méthane provenant des décharges, les piles à combustible et bien d'autres encore.

La compréhension du financement de ces nouvelles possibilités est également un domaine que de nombreuses entreprises connaissent mal pour le moment. Alors que la couverture vient souvent en premier, les nouvelles évolutions des marchés financiers vers les obligations vertes et les notations peuvent même avoir un impact sur les coûts globaux des entreprises et/ou leur capacité à accéder aux marchés financiers.

Il existe également d'autres avantages, tels que la réduction des risques politiques en matière de tarification du carbone, les avantages pour la marque et les possibilités de différenciation concurrentielle.

5. Engager les principales parties prenantes

Les entreprises doivent également avoir une stratégie cohérente pour s'engager avec les parties prenantes au-delà des aspects opérationnels comme l'augmentation de l'efficacité ou la diversification des sources d'énergie.

Avec l'évolution rapide des marchés de l'énergie propre, il n'est plus nécessaire d'acheter auprès des services publics locaux réglementés. La tarification dynamique, les nouveaux mécanismes de financement, le réseau intelligent, le stockage sur batterie ou la production d'électricité sur site sont autant de nouvelles possibilités, mais qui n'en sont qu'à leurs débuts, de nouvelles politiques et réglementations étant en cours d'élaboration. Il est nécessaire de s'engager avec les parties prenantes pour plaider en faveur de politiques qui encouragent la transformation vers les nouveaux systèmes énergétiques.

Et il faut s'engager avec les clients, les communautés, les investisseurs et les employés car les nouvelles solutions amèneront les entreprises à faire partie intégrante du futur système énergétique - à des kilomètres de l'ancien contrat d'achat d'énergie du passé.

Conclusion

Pour beaucoup, le plus grand obstacle reste la perception que l'énergie n'est qu'un coût à gérer. Et pour les petites entreprises, c'est quelque chose qui ne concerne que les grandes.

Mais c'est une perception erronée. Selon les auteurs, les cinq étapes peuvent être réalisées par la plupart des entreprises, et elles apporteront rapidement des avantages substantiels.

"Les moteurs de l'avantage concurrentiel sont en constante évolution. Il n'y a pas si longtemps, la qualité était une idée marginale et l'informatique n'était qu'un centre de coûts. Aujourd'hui, la qualité est un enjeu de table, et la fluidité avec les grosses données est essentielle. L'énergie est sur une tajectueuse similaire. Ce qui était autrefois le fond caché des achats s'élève pour prendre sa place parmi les principaux leviers du succès des entreprises".

 

Egalement intéressant

 

Source

Cet article est un résumé basé sur l'article publié dans le Harvard Business Review dans l'édition de janvier-février (pp. 138-146)

https://hbr.org/2017/01/energy-strategy-for-the-c-suite