Faire en sorte que les processus de prêt existants favorisent l'efficacité énergétique

20 August 2017 par Dr. Steven Fawkes
Faire en sorte que les processus de prêt existants favorisent l'efficacité énergétique

Chaque jour, des prêts, des hypothèques, des baux et des investissements sont réalisés dans de nouveaux bâtiments, dans la rénovation et la modernisation de bâtiments, ainsi que dans la mise à niveau et le remplacement de processus industriels et d'usines de production. Dans presque tous les cas, l'efficacité énergétique n'est pas l'objectif premier de l'investissement financé. Mais les niveaux futurs d'efficacité énergétique sont effectivement décidés et verrouillés, dans certains cas en raison de la longue durée de vie des principaux actifs pendant plusieurs décennies. La BERD est depuis longtemps un pionnier dans l'exploitation des possibilités offertes par les activités de prêt courantes, non liées à l'efficacité énergétique. ING Real Estate Finance (ING REF) a fixé une ambition de

de réduire les émissions de CO2 de son portefeuille néerlandais de 15 à 20 %, avec un objectif d'économies de coûts énergétiques de 50 millions d'euros par an. ING a payé pour le développement d'une application qui a été offerte à tous les clients - l'application fournit une analyse de la consommation d'énergie des clients dans l'ensemble de leur portefeuille. ING REF fournit également des conseils aux clients.


Contenu complémentaire   #efficacité spécialisée  #mesures de financement  #prêteurs verts 


Faire en sorte que les processus de prêt existants favorisent l'efficacité énergétique

Un récent article intitulé "All Lenders must be green lenders" (Tous les prêteurs doivent être des prêteurs verts) de l'ami et collaborateur d'EnergyPro aux États-Unis Sean Neil a souligné un aspect important du financement vert et de l'efficacité énergétique qui semble souvent être oublié et sur lequel nous avons écrit depuis un certain temps.Il s'agit de la manière dont nous nous assurons que tous les prêts sont verts ou, dans le cas spécifique de l'efficacité énergétique, comment nous assurons tous que tous les financements atteignent les niveaux optimaux d'efficacité énergétique. Ce texte s'inspire de la boîte àoutils de souscription de l'EEFIGet des travaux que j'ai réalisés pour le KAPSARC sur le financement de la productivité énergétique.

Chaque jour ouvrable, des prêts, des hypothèques, des baux et des investissements sont accordés pour de nouveaux bâtiments, la rénovation et la modernisation de bâtiments ainsi que la mise à niveau et le remplacement de processus industriels et d'usines de production. Dans presque tous les cas, l'efficacité énergétique n'est pas l'objectif premier de l'investissement financé, mais les futurs niveaux d'efficacité énergétique sont effectivement décidés et "verrouillés", dans certains cas en raison de la longue durée de vie d'actifs importants pendant de nombreuses décennies.Bien que les nouveaux bâtiments, les rénovations ou les nouvelles usines de production atteignent généralement des niveaux d'efficacité plus élevés que les unités qu'ils remplacent en raison a) de l'amélioration des technologies et b) du renforcement des réglementations et des codes de pratique, de nombreusesoccasions rentablesd'améliorer l'efficacité énergétique sont manquées.Cela est dû à un certain nombre de raisons, notamment le manque de connaissances de la part des hôtes des projets, la pression du temps, la nature conservatrice de la conception technique et le fait de traiter les réglementations comme un objectif à atteindre plutôt que comme un niveau minimum de performance.Les banques et les institutions financières peuvent jouer un rôle actif en veillant à ce que les projets financés de tous types atteignent des niveaux d'efficacité optimaux, au-delà du statu quo, en ajustant le processus de prêt/investissement pour y inclure des questions sur l'efficacité énergétique et la fourniture d'une assistance pour identifier les projets viables. Ce faisant, elles peuvent à la fois réduire les risques, en finançant des mesures qui améliorent les flux de trésorerie des clients, et éventuellement augmenter les prêts.

La BERD est depuis longtemps un pionnier dans l'exploitation des possibilités offertes par les activités de prêt courantes, non liées à l'efficacité énergétique. Outre les projets spécialisés en matière d'efficacité énergétique, la BERD vérifie toutes les demandes de prêtindustriel oucommercial afin d'évaluer le potentiel d'amélioration de l'efficacité énergétique. La banque travaille ensuite avec l'organisation cliente pour développer les projets prioritaires et ceux-ci sont intégrés à la demande de prêt. Ce processus garantit que toutes les améliorations commercialement et financièrement viables sont intégrées, améliore la trésorerie du client (ce qui réduit le risque de prêt) et augmente le capital déployé.

Dans le cadre du financement de l'immobilier commercial pour l'acquisition ou le refinancement d'un bâtiment, un investisseur ou un prêteur examinera généralement les finances, la liste des loyers et l'historique du bâtiment et exigera une évaluation des besoins physiques (PNA) ou un examen comparable. Il peut être relativement simple d'intégrer des évaluations et des notations de l'efficacité énergétique, telles que les certificats de performance énergétique, dans cette évaluation des besoins physiques, et même d'intégrer des normes de performance dans les exigences du prêteur. Certaines banques, dont ING et ABN Amro, ont mis en œuvre ce type de programmes et vont plus loin en fournissant des outils pour aider les propriétaires à identifier les mesures d'efficacité énergétique.

ING Real Estate Finance (ING REF) s'est fixé pour ambition de réduire les émissions deCO2 de son portefeuille néerlandais de 15 à 20 %, avec un objectif d'économies d'énergie de 50 millions d'euros par an. Pour ce faire, elle s'est adressée à 3 000 clients néerlandais possédant 28 000 bâtiments. ING a financé le développement d'une application qui a été proposée à tous les clients - l'application fournit une analyse de la consommation d'énergie des clients sur l'ensemble de leur portefeuille et identifie les économies d'énergie potentielles. Si les économies d'énergie potentielles dépassent 15 000 euros, le client se voit offrir une étude énergétique gratuite sur le site.

ING REF fournit également des conseils aux clients sur les subventions disponibles (par l'intermédiaire d'un tiers spécialisé) et ING REF offre un financement à 100 % pour les améliorations de l'efficacité énergétique par ING Groenbank avec une réduction de 0,5 % sur les taux d'intérêt normaux. Au cours des deux premières années, l'application a été utilisée pour analyser 18 000 bâtiments d'une surface totale de 10 millions de m2 (65 %du portefeuille d'ING REF). ING a pour objectif de déployer l'application dans d'autres pays européens.

L'important ici est que, comme le dit Sean dans son article, le simple fait d'apporter de petits ajustements aux processus existants de prêt et d'investissement pourrait avoir un effet significatif sur les futurs niveaux d'efficacité énergétique, ainsi que sur l'identification de nouvelles opportunités de prêt et de réduction des risques.Les banques et les investisseurs doivent s'assurer que tous les projets qu'ils soutiennent, quel que soit le secteur, immobilier, industriel, infrastructurel, de transport ou d'approvisionnement en énergie, intègrent toutes les mesures rentables d'efficacité énergétique, faute de quoi ils aident et encouragent les promoteurs et les opérateurs à enfermer des niveaux inutilement élevés de gaspillage d'énergie dans un avenir prévisible, parfois même pendant des décennies.