Système énergétique Technologie de l'efficacité énergétique Services d'efficacité énergétique

Le nouveau rapport de l'AIE sur l'efficacité énergétique en 2020 annonce un retournement de situation pour le premier combustible

07 décembre 2020 par Rod Janssen
Le nouveau rapport de l'AIE sur l'efficacité énergétique en 2020 annonce un retournement de situation pour le premier combustible

La mise à jour annuelle de l'AIE sur les tendances en matière d'efficacité énergétique, récemment publiée, est une lecture sinistre. Il présente des preuves froides de l'inquiétude que nous partageons tous, à savoir que la crise Covid-19 a considérablement nui aux décisions et aux comportements en matière d'investissement dans l'efficacité énergétique.

 

 

 

L'amélioration de l'intensité énergétique primaire devrait être le taux le plus faible depuis 2010, bien en dessous du niveau nécessaire pour atteindre les objectifs mondiaux de lutte contre le changement climatique, selon l'AIE. L'investissement dans les bâtiments, les équipements et les véhicules à haut rendement énergétique chutera de 9 % en 2020.

 

Le directeur exécutif Fatih Birol a clairement indiqué qu'il était mécontent que la plupart des plans de relance économique post-Covid n'accordent pas une priorité suffisante à l'efficacité énergétique. Il est encourageant de constater que l'AIE a adopté une position si claire qu'il s'agit d'une énorme opportunité manquée.

 

"L'efficacité énergétique devrait être en tête de liste des choses à faire pour les gouvernements qui cherchent une reprise durable", a déclaré Fatih Birol lors du lancement du rapport. "C'est une machine à créer des emplois, elle fait démarrer l'activité économique, elle permet aux consommateurs d'économiser de l'argent, elle modernise les infrastructures vitales et elle réduit les émissions. Il n'y a aucune excuse pour ne pas y consacrer beaucoup plus de ressources".

 

Il regrette que les énergies renouvelables aient maintenu leur élan et que l'efficacité énergétique n'ait pas suivi. Mais ceux d'entre nous qui se concentrent sur l'efficacité énergétique sont bien conscients qu'une partie du défi réside dans le flot incessant de titres promettant ces derniers temps un nirvana du changement climatique, de l'hydrogène, du captage et du stockage du carbone, du nucléaire, de "l'Arabie Saoudite du vent", etc. Ce sera un grand matin où nous pourrons ouvrir le Financial Times à une manchette appelant à une bonne gestion de la demande.

 

 

 

Le rapport de l'AIE devrait être lu par l'ensemble du réseau EEIP. C'est l'un des principaux rapports annuels, qui consolide avec autorité les tendances en matière d'efficacité énergétique. L'AIE dispose des meilleures données et modélisations et les décideurs de haut niveau le remarquent. Il est essentiel que l'AIE s'adresse à un public mondial.

 

 

 

Mais, personnellement, je ne suis pas aussi mal à l'aise que l'AIE face aux tendances actuelles.

 

 

 

L'AIE souligne à juste titre que les améliorations de l'efficacité énergétique peuvent contribuer à environ la moitié de la réduction des émissions de gaz à effet de serre liées à l'énergie qui est nécessaire au cours des deux prochaines décennies. Dans ce cas, le Conseil européen devrait adopter un objectif plus ambitieux de réduction des émissions de gaz à effet de serre lors de sa réunion de la semaine prochaine. Nous devrions tous espérer qu'il visera d'abord les économies d'énergie et mettra l'accent sur la suffisance - le CESE a beaucoup à dire sur la suffisance et, espérons-le, sera écouté.

 

 

 

En septembre, le cee a tenu sa conférence semestrielle sur l'efficacité industrielle. Les participants ont souligné que les politiques, le cadre réglementaire, les technologies et les modèles commerciaux vont dans la bonne direction. Certes, il y a eu une certaine baisse des investissements, mais cela n'est guère surprenant dans les circonstances économiques actuelles. Mais il y a eu un consensus sur le fait que l'industrie a gardé le cap sur la décarbonisation, l'économie circulaire, l'efficacité des ressources, les énergies renouvelables et la numérisation pour compléter les améliorations nécessaires en matière d'efficacité énergétique.

 

 

 

Je dirige le groupe de travail sur l'industrie en tant que président de l'EEIP pour le Groupe des institutions financières pour l'efficacité énergétique (EEFIG). Notre récente réunion sur les industries à forte intensité énergétique a donné lieu à de nombreux exemples encourageants et à de nombreuses discussions positives sur la manière dont la communauté financière peut jouer un rôle plus important. Je représente également l'EEIP en tant que membre des forums d'investissement dans l'énergie durable et, une fois encore, de nombreux signes sont positifs sans pour autant minimiser les nombreuses préoccupations que nous avons durant cette pandémie.

 

 

 

En ce qui concerne les bâtiments, la vague de rénovation a créé un nouveau buzz positif sur la manière dont nous allons de l'avant pour augmenter de manière significative le taux de rénovation des bâtiments ambitieux.

 

 

 

Nous ne pouvons pas perdre de vue les objectifs à long terme qui consistent à devenir neutres en carbone d'ici 2050. Il y aura des années désastreuses, comme celles que nous vivons actuellement, mais les revers ne doivent pas nous éloigner trop de l'objectif si nous restons fidèles à celui-ci.

 

 

 

Il est bon que l'AIE nous tire la sonnette d'alarme, mais nous devons également faire le point sur le chemin parcouru et sur les mesures pratiques que nous pouvons prendre pour améliorer l'efficacité énergétique dans tous les secteurs. Il faut que les décideurs acceptent que l'efficacité énergétique en tant que "premier combustible" ne soit pas seulement un slogan.

 

 

 

L'efficacité énergétique doit constituer la base de toutes nos analyses dans tous les aspects de la politique énergétique. La communauté du climat doit adhérer à l'analyse de l'AIE sur l'importance des améliorations de l'efficacité énergétique pour atteindre nos objectifs climatiques à long terme. L'efficacité énergétique ne peut pas être une réflexion après coup. Elle doit être au premier plan. L'efficacité énergétique n'est pas une fin en soi. C'est un moyen de parvenir à un avenir durable pour tous.

 


À propos de Rod Janssen

Janssen

Rod Janssen est le président de l'Efficacité énergétique dans les processus industriels (EEIP). Rod est également membre de divers groupes de pilotage et conseils tels que le groupe de pilotage du PCI Europe, le conseil consultatif du SEIF et le conseil de l'ECEEE.


Contenu complémentaire