Les banques centrales doivent se préparer au changement climatique

17 April 2020
Les banques centrales doivent se préparer au changement climatique

Il est de plus en plus évident que le changement climatique et la dégradation de l'environnement constituent une menace existentielle. Selon Andrew Hammond, le changement climatique oblige les décideurs à faire un examen de conscience. Il s'interroge : Le principe sacré de la "neutralité du marché" est-il toujours pertinent à la lumière de l'urgence climatique ? Hammond : Si les banques centrales espèrent s'adapter à cette menace imminente, elles doivent créer un cadre qui tienne compte d'un environnement radicalement différent (taux bas pendant plus longtemps avec des vulnérabilités croissantes...), d'une démographie changeante, de la stagnation économique et de l'érosion des règles politiques multilatérales. Selon lui, les banques centrales devraient commencer à réfléchir de manière plus proactive aux politiques qui peuvent contribuer à créer un avenir plus durable.

durable. Hammond : Il y a, sans doute, trois perspectives possibles sur la neutralité de la politique monétaire : une qui ne change rien, une qui utilise un taux directeur neutre (NPR), une qui redéfinit la "neutralité". Une possibilité serait un "produit brut de bien-être" et une autre serait "l'abandon de la neutralité du marché".


Contenu complémentaire   #panique sur les marchés  #gestion des risques  #préoccupations environnementales 


En 2006, le célèbre rapport Stern affirmait que le changement climatique constituait le plus grand défi pour la discipline économique. Selon lui, les marchés ne peuvent pas prendre en compte correctement le changement climatique et ses effets.

Quatorze ans plus tard, les vues contenues dans le rapport Stern, qui font écho aux avertissements antérieurs du Club de Rome, ont été confirmées. Il est de plus en plus évident que le changement climatique et la dégradation de l'environnement constituent une menace existentielle. Les craintes que l'humanité ne franchisse bientôt des points de basculement dangereux ne font que souligner la nécessité pour les décideurs politiques de prendre des mesures plus drastiques.

Le changement climatique, tout comme le domaine de la finance, pousse les décideurs politiques à un état d'auto-examen. Le fait que les grandes banques centrales s'intéressent désormais au changement climatique n'est pas surprenant. Elles sont conscientes de l'immense défi qu'il représente.

Si les banques centrales espèrent s'adapter à cette menace imminente, elles doivent créer un cadre qui tienne compte d'un environnement radicalement différent ("des taux bas pendant plus longtemps avec des vulnérabilités croissantes..."), de l'évolution démographique, de la stagnation économique et de l'érosion des règles politiques multilatérales.

Les banques centrales reconnaissent déjà que les institutions financières sont exposées à des secteurs qui seront gravement touchés par le changement climatique. Une réponse appropriée comprendra des mesures visant à encourager la décarbonisation de l'économie. Par ailleurs, si le "financement vert" peut être considéré comme un mot-clé, les banques centrales peuvent - et sont censées - faire beaucoup à cet égard. Par exemple, elles devraient commencer par accepter des obligations vertes comme garantie ou les acheter carrément.

 

"Lesbanques centrales doivent aller au-delà de la gestion des risques.

 

Mais une grande question demeure : le principe sacré de la "neutralité du marché" est-il toujours pertinent au vu de l'urgence climatique ? La position des banques centrales s'inscrit depuis longtemps dans la philosophie traditionnelle selon laquelle elles ne doivent pas interférer dans la fonction d'allocation des ressources des marchés. En d'autres termes, la politique monétaire est censée être "neutre" par rapport aux marchés financiers. Les banquiers centraux ne peuvent donc pas donner expressément la priorité aux actifs favorables à l'environnement.

Mais il y a des raisons de débattre des mérites de la "neutralité du marché" compte tenu de la myopie inhérente aux marchés financiers. En ce qui concerne le changement climatique, les marchés ne tiennent pas compte des effets massifs de distribution intergénérationnelle ainsi que des énormes externalités négatives.

En outre, les banques centrales doivent aller au-delà de la gestion des risques. Il ne suffit pas de s'intéresser aux secteurs fortement touchés par les coûts du changement climatique, mais les banques devraient plutôt commencer à réfléchir de manière plus proactive aux politiques qui peuvent contribuer à créer un avenir plus durable.

Il existe, sans doute, trois perspectives possibles sur la neutralité de la politique monétaire : une qui maintient les choses inchangées ; une qui utilise un taux directeur neutre (NPR), mais redéfinit la "neutralité" ; et une qui écarte la neutralité.

Le maintien d'un "taux directeur neutre" implique la non-intervention dans l'allocation des ressources du marché. Le NPR repose sur la croissance de la production potentielle et prend l'objectif d'inflation comme paramètre clé ; certaines banques centrales (la Réserve fédérale par exemple) considèrent également le chômage comme un objectif politique.

 

"L'abandon de la neutralité du marché repose entièrement sur une hypothèse fondamentale : les marchés sont trop myopes pour prendre en compte les préoccupations écologiques"

 

La deuxième possibilité - celle de redéfinir la "neutralité" - ajoute une autre dimension à la production ou à la croissance potentielle : la "durabilité", c'est-à-dire la mesure dans laquelle l'activité économique nuit à l'environnement. Le taux directeur fixé par la banque centrale prendrait donc en compte un niveau d'activité économique qui tient compte des préoccupations sociales et écologiques.

Cela soulève une nouvelle question cruciale : qui définirait ce niveau d'activité économique ? C'est une question fondamentale, car une telle détermination peut paralyser l'une des caractéristiques des banques centrales, à savoir leur indépendance. Ou alors, les banques centrales continueraient à ne pas tenir compte des préoccupations environnementales dans leur processus décisionnel et il incomberait plutôt aux gouvernements de favoriser les secteurs à moindre intensité de carbone dans le cadre d'une politique industrielle/environnementale globale. Dans ce cas, les banques centrales conserveraient une position de neutralité politique qui serait assez similaire à celle de l'option 1.

En attendant, l'abandon de la neutralité du marché repose entièrement sur une hypothèse fondamentale : les marchés sont trop myopes pour prendre en compte les préoccupations écologiques. À cet égard, il convient de faire une distinction entre l'acceptation des "obligations vertes" comme garantie et la redéfinition du taux directeur comme "taux directeur vert". Le fait d'écarter la neutralité du marché introduit un biais évident dans la formulation du taux directeur. Comme l'a dit l'actuel gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney : il pourrait y avoir un moment de type "climat Minsky", concernant le danger d'induire la panique sur le marché.

Un problème clé persiste : qui fixerait le taux directeur ? En outre, est-il possible de développer des modèles qui tiennent compte des préoccupations environnementales ? C'est très probable.

 

"Il existe un réseau de banques centrales qui examinent sérieusement le changement climatique"

 

L'économie doit également se remanier en modifiant la mesure du PIB pour tenir compte d'une conception plus large du bien-être de la société. Une possibilité serait un "produit brut de bien-être". Une récente déclaration de la Business Roundtable aux États-Unis, un regroupement de 180 PDG des entreprises américaines les plus puissantes, suggère que les entreprises devraient dépasser le modèle de l'actionnaire et investir dans leurs employés et protéger l'environnement. Il semble que quelque chose de fondamental ait changé dans leur mentalité collective au vu des calamités de ces dernières années.

Les banques centrales ont un rôle majeur à jouer, et pas seulement parce qu'elles ont été considérées, à juste titre ou non, comme "le seul jeu en ville". Il existe un réseau de banques centrales qui examinent sérieusement le changement climatique et visent à adapter leurs politiques à cet égard. Ce réseau comprend la Banque d'Angleterre, la Banque du Canada, la Banque de France, la Bundesbank, etc. La BCE s'est jointe à cette démarche et d'autres banques centrales suivront probablement. Il était rafraîchissant de voir Christine Lagarde, lors de son audition de confirmation au Parlement européen, exprimer sa sympathie pour l'idée que la "neutralité du marché" doit être réexaminée à la lumière du problème climatique. De même, le fait que le Comité européen du risque systémique (CERS) ait inclus le changement climatique dans son évaluation des risques systémiques en décembre dernier indique que des changements sont en cours dans la manière dont le système financier et les banques centrales gèrent les risques climatiques.

La seule certitude dans cet environnement très incertain est peut-être qu'il s'agit d'un sujet qui restera au premier plan pour les années à venir.

 

L'auteur : Daniel Daianu

Crédit image : Micheile Henderson

Cet article a déjà été publié sur le site des Amis de l'Europe.