Projets Système d'échange de quotas d'émission - ETS Gestion de l'énergie Récupération d'énergie et Chauffage et Refroidissement Urbains

Les industries européennes à forte consommation d'énergie font face à la crise de la COVID tout en essayant de rester sur la voie du développement durable

22 octobre 2020 par Rod Janssen
Les industries européennes à forte consommation d'énergie font face à la crise de la COVID tout en essayant de rester sur la voie du développement durable

L'industrie européenne est aujourd'hui confrontée à des défis importants. Nous avons la chance que l'Union européenne offre à l'industrie un cadre politique solide qui couvre de nombreux thèmes : le changement climatique, l'efficacité énergétique, les énergies renouvelables, la pollution atmosphérique, l'économie circulaire, la sécurité énergétique, l'efficacité des ressources, la décarbonisation (ou la neutralité carbone) et la compétitivité étant les plus pertinents. Aujourd'hui, tous les Européens doivent également faire face à la crise COVID-19 et à une économie paralysée dans une large mesure. Des discussions sont également menées au sein des institutions européennes et dans le cadre de diverses consultations sur le plan de relance et sur ce que cela signifiera pour l'industrie, l'économie et la société en général. Il existe également plusieurs instruments politiques pour aider l'industrie.

 

 

 

La grande industrie européenne a été obligée de procéder régulièrement à des audits obligatoires, comme le prévoit la directive européenne de 2012 sur l'efficacité énergétique. Deux audits auraient maintenant dû être entrepris. Ces audits fournissent la preuve de ce qui peut et doit être entrepris dans les entreprises pour améliorer leur performance énergétique. Pourtant, nous ne voyons pas de nouveaux investissements importants.

 

 

 

Il est important de noter que les associations industrielles européennes prennent toutes ces questions au sérieux. À titre d'exemple, l'Association européenne du ciment a produit son Feuille de route pour la neutralité carbone en 2050 en mai dernier. L'Association européenne de l'acier a produit Un pacte vert sur l'acier, des priorités pour la transition de l'UE vers la neutralité carbone et la circularité en février. L'aluminium européen a produit cette année le Plan d'action pour l'aluminium circulaire, une stratégie visant à réaliser le plein potentiel de l'aluminium pour l'économie circulaire d'ici 2030. Et en novembre 2019, le groupe de haut niveau de la Commission européenne sur les industries à forte intensité énergétique a produit son plan directeur pour une transformation compétitive des industries européennes à forte intensité énergétique permettant une économie circulaire neutre sur le plan climatique d'ici 2050. L'Energy Industrial Insulation Foundation vient de publier son livre blanc sur la décarbonisation de l'industrie avec un retour sur investissement rapide. On pourrait continuer ainsi, mais cela donne une indication du niveau d'engagement et d'action.

 

 

 

La Commission européenne apporte également un soutien considérable aux approches innovantes visant à améliorer l'efficacité énergétique et à utiliser davantage d'énergies renouvelables afin de décarboniser l'industrie. C'est extrêmement important pour démontrer les technologies et les techniques, pour obtenir l'adhésion des entreprises participantes, pour renforcer l'élan vers la modernisation et la numérisation, et pour maintenir une certaine dynamique pendant la crise actuelle.

 

 

 

Une partie du financement destiné aux industries à forte intensité énergétique est acheminée par A.SPIRE. A.SPIRE est l'association européenne qui s'est engagée à gérer et à mettre en œuvre le partenariat public-privé SPIRE. Elle représente les industries de procédés innovants, 20 % de l'ensemble du secteur manufacturier européen en termes d'emploi et de chiffre d'affaires, et plus de 150 acteurs des procédés industriels et de recherche de plus d'une douzaine de pays répartis dans toute l'Europe. L'un des projets SPIRE auquel participe l'EEIP s'appelle RETROFEED.

 

 

 

L'objectif principal de RETROFEED est de permettre l'utilisation d'une matière première de plus en plus variable, biologique et circulaire dans les industries de transformation, grâce à la modernisation des équipements de base et à la mise en œuvre d'un système de surveillance et de contrôle avancé, et de fournir un soutien aux opérateurs des usines au moyen d'un système d'aide à la décision (DSS) couvrant la chaîne de production. Cette approche sera démontrée dans cinq REII (à savoir céramique, ciment, aluminium, acier et agrochimie) avec le potentiel d'atteindre en moyenne une augmentation de 22 % de l'efficacité des ressources et de 19 % de l'efficacité énergétique, avec une réduction conséquente des coûts et des émissions de GES de 9,3 M€ et 135 kt CO2 respectivement. Le projet doit durer 3,5 ans.

 

 

 

Si RETROFEED doit faire partie des solutions permettant d'atteindre les objectifs énergétiques et climatiques à long terme de l'Europe et contribuer à remplir nos obligations au titre de l'accord de Paris, un effort important doit être fait pour tirer parti de l'expérience et des enseignements de ce projet et pour développer les outils existants, des enseignements de la mise en œuvre aux méthodes de reproduction. Les avantages réels commencent lorsque ces enseignements peuvent être reproduits dans de nombreuses entreprises en Europe et dans le monde.

 

 

 

D'autres explications seront données tout au long de l'exécution de ce projet. En attendant, continuez à regarder notre site web et suivez-nous sur Twitter.

 

 

 

Pour plus d'informations sur RETROFEED, veuillez contacter

 

- Dr Ana Isabel Gonzalez Espinosa (CIRCE - Coordinatrice du projet RETROFEED) aigonzalez(at)fcirce.es

 

- Dr Diego Redondo Taberner (CIRCE - Responsable du projet RETROFEED) dredondo(at)fcirce.es

 

- Mme Marianna Santavenere (EEIP - RETROFEED Communication and Dissemination) marianna.santavenere(at)ee-ip.org

 

 

 


À propos de Rod Janssen

Janssen

Rod Janssen est le président de l'Efficacité énergétique dans les processus industriels (EEIP). Rod est également membre de divers groupes de pilotage et conseils tels que le groupe de pilotage du PCI Europe, le conseil consultatif du SEIF et le conseil de l'ECEEE.


Contenu complémentaire