L'Europe doit choisir un avenir vert

16 July 2018 par Rebecca Bertram
L'Europe doit choisir un avenir vert

L'Europe progresse vers sa transition énergétique à un rythme que peu imaginaient il y a dix ans. Le continent est désormais en mesure de devenir le leader mondial de l'énergie verte. L'Europe peut facilement obtenir 100 % de l'énergie dont elle a besoin à partir de sources renouvelables, réduisant ainsi à zéro notre facture d'importation de combustibles fossiles. Les transports restent le secteur le plus difficile à décarboniser : Plus de 90 % des véhicules de l'UE brûlent des combustibles fossiles. La transition énergétique est aussi une bataille pour la démocratie : Un marché tout-puissant ne peut être laissé sans aucun contrôle ni contrepoids. Des millions d'individus, de coopératives et de collectivités locales peuvent jouer un

un rôle essentiel dans la transition énergétique en étant propriétaires ou copropriétaires d'installations de production d'énergie renouvelable ; ils peuvent participer activement en produisant leur propre électricité et en utilisant des compteurs intelligents pour optimiser leur consommation d'énergie. La fermeture ferme et écologique des mines et des centrales électriques doit s'accompagner d'une planification et d'une gestion efficaces et d'une transition équitable pour les travailleurs des deux secteurs.


Contenu complémentaire   #sources renouvelables  #catastrophe climatique  #énergies renouvelables 


Publié pour la première fois ici.

Un groupe d'experts a publié ses suggestions pour l'avenir énergétique de l'Europe dans l'Atlas énergétique européen 2018. Dans cet extrait, Claude Turmes, membre du Parlement européen, souligne que la transition énergétique permettra d'économiser de l'argent et de créer des emplois - si l'Europe est prête à agir.

Une énergie 100 % renouvelable en Europe est viable dès maintenant (Photo via l'Atlas énergétique, CC BY-SA 4.0)

L'Europe progresse vers sa transition énergétique à un rythme que peu de gens imaginaient il y a dix ans. Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, mais le continent est désormais en mesure de devenir le leader mondial de l'énergie verte. Il doit aujourd'hui faire les bons choix politiques pour saisir cette opportunité.

Le climat mondial change plus rapidement que jamais et les citoyens européens sont de plus en plus informés des dangers qu'il représente. Cette prise de conscience se traduit par des actions concrètes. Les citoyens, les gouvernements et les entreprises se rendent compte que la conversion à des formes d'énergie plus vertes n'est pas un exercice coûteux et douloureux, mais qu'elle apporte des avantages économiques : économies, nouvelles industries, emplois locaux non délocalisables et sécurité énergétique.

 

 

L'Europe est déjà un leader mondial dans de nombreuses technologies vertes, notamment l'énergie éolienne terrestre et offshore. La transition énergétique offre des possibilités d'exportation pour diffuser ce savoir-faire dans le monde entier. La concurrence de l'Amérique du Nord et de l'Extrême-Orient pousse l'Europe à investir davantage dans la recherche et l'innovation, et à mettre en place des conditions propices à l'essor des technologies vertes. Parmi celles-ci figurent un marché intérieur dynamique qui permet le déploiement à grande échelle des énergies renouvelables, un secteur de la construction axé sur les bâtiments à "énergie positive" (qui produisent plus d'électricité qu'ils n'en consomment) et des transports écologiques. Grâce à de meilleures interconnexions entre les réseaux électriques nationaux et les secteurs des transports et du chauffage, l'Europe peut facilement obtenir 100 % de l'énergie dont elle a besoin à partir de sources renouvelables, réduisant ainsi à zéro notre facture d'importation de combustibles fossiles.

Le changement climatique entre les mains des technologies vertes

L'accord de Paris sur le climat de 2015 a montré que le monde ne pourra limiter le changement climatique que s'il abandonne l'utilisation des combustibles fossiles. Le risque carbone est un problème tangible, et les investisseurs se retireront progressivement des combustibles fossiles au profit de technologies vertes. L'accord a permis de sensibiliser au potentiel des énergies renouvelables et aux avantages de l'efficacité énergétique. Des projets phares voient le jour avec le soutien financier de l'UE, tels que les parcs éoliens en mer du Nord et en mer Baltique, la conversion du chauffage urbain des combustibles fossiles aux énergies renouvelables et les corridors européens pour la mobilité électrique.

Au cours des 100 dernières années, la force géopolitique a dépendu des pays possédant des ressources énergétiques ou y ayant accès. À l'avenir, elle dépendra de l'obtention d'un avantage concurrentiel grâce aux meilleures technologies environnementales. Les pays qui font progresser l'énergie solaire et éolienne, les réseaux intelligents et le stockage de l'énergie auront une longueur d'avance. La réduction de leurs importations de combustibles fossiles renforcera leur sécurité énergétique. C'est le cas de l'Europe. L'accélération du déploiement des technologies vertes réduira la dépendance de l'Europe vis-à-vis de pays comme la Russie et l'Arabie saoudite et augmentera son poids géopolitique. Mais l'économie européenne reste fortement dépendante des combustibles fossiles, principalement pour le chauffage, le refroidissement et le transport.

Les transports restent le secteur le plus difficile à décarboniser :

Plus de 90 % des véhicules dans l'UE brûlent des combustibles fossiles. Cependant, le scandale du "dieselgate", dans lequel les constructeurs automobiles ont tenté de tricher sur les tests d'émissions officiels, est devenu un sérieux revers pour les moteurs diesel. La prise de conscience croissante des dommages que les gaz d'échappement des moteurs diesel causent aux poumons humains va probablement accélérer l'adoption des véhicules électriques. Moins de voitures dans les villes, plus d'espace pour la marche et le vélo, et des transports publics plus écologiques peuvent changer les habitudes de mobilité dans les villes et déclencher un air plus pur et une meilleure santé.

La transition énergétique est également une bataille pour la démocratie :

Lorsqu'il s'agit de faire bouger les choses, un marché tout puissant ne peut être laissé sans freins et contrepoids. Pendant trop longtemps, les citoyens ont été à la merci d'intérêts économiques et géopolitiques qui étaient hors de leur portée. Il est essentiel de donner aux gens le pouvoir et le droit de choisir, car ce sont les citoyens qui paient la facture. La transition énergétique permet aux clients d'être plus que des sujets passifs incapables d'exercer une influence sur les décisions. Des millions de particuliers, de coopératives et d'autorités locales peuvent jouer un rôle essentiel dans la transition énergétique en possédant ou en copropriété des installations de production d'énergie renouvelable ; ils peuvent y participer activement en produisant leur propre électricité et en utilisant des compteurs intelligents pour optimiser leur consommation d'énergie. Le mouvement pro-climat des autorités locales européennes est en plein essor. Des millions de citoyens se tournent vers les énergies renouvelables, à titre individuel ou en adhérant à des coopératives.

La transition doit aller de pair avec ce mouvement :

De nouvelles perspectives économiques pour les régions productrices de charbon. Les prix peu élevés du carbone dans le cadre du système européen d'échange de quotas d'émission ont artificiellement prolongé la durée de vie des mines de charbon et de lignite et des centrales électriques, ce qui accroît la souffrance économique de ces régions lorsque le changement intervient enfin. Au lieu d'ignorer ce fait, la fermeture progressive et ferme des mines et des centrales électriques devrait être associée à une planification et une gestion efficaces et à une "transition équitable" pour les travailleurs, tant au niveau local que régional, afin d'éviter une crise sociale majeure.

Les politiques européennes passées ont déclenché la transition énergétique en Europe. Les décisions politiques prises aujourd'hui définiront le cadre des prochaines décennies. Les bons choix détermineront si l'UE peut saisir la double opportunité qui se présente, à savoir contribuer à sauver la planète d'une catastrophe climatique et faire d'elle le leader mondial des technologies vertes.

Pour plus d'informations, consultez l'Atlas énergétique européen 2018.

Claude Turmes est député européen et membre du parti des Verts.

_____________

Articles connexes

 

Restez à l'écoute ! Les meilleures idées pour l'efficacité énergétique et la transition énergétique...