Changement climatique Sources de financement et forme

Réagir au coronavirus : Les investissements à faible intensité de carbone peuvent aider les économies à se redresser

20 mars 2020
Réagir au coronavirus : Les investissements à faible intensité de carbone peuvent aider les économies à se redresser

La pandémie COVID-19 est avant tout une tragédie humaine, puisqu'elle a infecté plus de 120 000 personnes et tué plus de 4 200 personnes au 12 mars 2020. Les pertes en vies humaines sont déchirantes et devraient continuer à augmenter.

 

Le virus a également frappé la société comme un tsunami mondial, perturbant les voyages, coupant les communautés, fermant les usines et secouant les marchés économiques. Le secteur manufacturier mondial a subi sapire contraction depuis la récession de 2009. Goldman Sachs prévoit unecroissance nulle desbénéfices des entreprises américaines, tandis que les compagnies aériennes et les compagnies decroisièresont ébranlées par le fait que les gens choisissent de rester chez eux.

 

Il n'est pas surprenant que cette perturbation mondiale majeure entraîne une baisse de la demande d'énergie, qui réduit à son tour les émissions mondiales de gaz à effet de serre. La production industrielle de la Chine a chuté de 15 à 40 % depuis le début de la crise, ce qui a entraîné une baisse desémissions d'environ 25 % aucours de cette même période.

 

Les réductions d'émissions causées par les ralentissements économiques sont généralement temporaires et peuvent entraîner une croissance des émissions lorsque les économies tentent de se remettre sur les rails. Après la crise financière mondiale de 2008, par exemple, les émissions mondiales deCO2 provenant de la combustion de combustibles fossiles et de la production de ciment ont augmenté de 5,9 %en 2010, ce qui a plus que compensé la baisse de 1,4 % enregistrée en 2009.

 

La pandémie étant susceptible de déclencher un ralentissement économique mondial, les dirigeants cherchent déjà des moyens de soutenir l'économie de leur pays. Les approches qu'ils adoptent pour stimuler la croissance économique auront des effets durables, c'est pourquoi elles doivent être choisies avec soin.

 

Ce que les gouvernements doivent éviter, c'est d'essayer de relancer leur économie à la suite d'une crise sanitaire mondiale en en exacerbant une autre, à savoir la pollution atmosphérique. C'est exactement ce que ferait un plan de relance prévoyant l'augmentation de la production ou de l'utilisation de combustibles fossiles.

 

Les dangers pour la santé d'un doublement de la consommation de combustibles fossiles

 

Plus de 5 millions de personnes dans le monde meurent déjàprématurément chaque année à cause de la pollution atmosphérique. Deux tiers desdécès dus à la pollution atmosphérique sont causés par les combustibles fossiles émis par des sources telles que les centrales électriques, les voitures et les usines. Les experts estiment que les maladies et la mortalité prématurée liées à la pollution atmosphérique due aux transports routiers ont coûté aux pays de l'OCDE 1 700 milliards de dollars en 2010. En outre, la pollution atmosphérique et les coronavirus présentent tous deux des risques plus élevés pour les personnes souffrant de maladies respiratoires préexistantes comme l'asthme, de sorte que l'augmentation de notre charge de pollution atmosphérique pourrait exacerber la contribution globale des coronavirus aux maladies et aux décès.

 

Lors des crises économiques précédentes, un certain nombre de pays ont rapidement adopté des plans de relance comprenant des investissements dans des projets d'infrastructure "prêts à démarrer". Dans de nombreux cas, il s'agissait notamment de construire davantage de centrales électriques au charbon ou à d'autres combustibles fossiles, d'améliorer les routes, d'investir dans les industries lourdes telles que la construction automobile, etc. Suivre cette vieille méthode pour répondre à la pandémie COVID-19 serait une terrible erreur, car elle amplifierait la crise sanitaire liée à la pollution de l'air.

 

Jusqu'à présent, la Chine est le pays qui a le plus souffert de cette épidémie de COVID-19 et qui a également l'un des taux de pollution atmosphérique les plus élevés. En 2013, la pollution atmosphérique liée au charbon a causé environ 366000 décès prématurés en Chine. Bien sûr, la Chine n'est pas seule. Elle compte 22des 30 villes les plus polluées de la planète. Le smog dans la capitale, New Delhi, est devenu si toxique en novembre 2019 que le gouvernement a déclaré uneurgence de santé publique, en fermant les écoles et en exhortant les gens à rester à l'intérieur.

 

Alors que les pays cherchent à donner à leurs économies un coup de fouet bien nécessaire à la suite de l'épidémie de COVID-19, les gouvernements et les entreprises qui envisagent des plans de relance ont essentiellement deux choix : Ils peuvent s'engager dans des décennies de développement polluant, inefficace, à forte teneur en carbone et non durable, ou ils peuvent saisir cette occasion pour accélérer l'inévitable passage à des systèmes d'énergie et de transport à faible teneur en carbone et de plus en plus abordables, qui apporteront des avantages économiques à long terme. Ces derniers lutteront également de front contre deux crises majeures : la pollution atmosphérique et l'urgence climatique croissante.

 

Les arguments économiques en faveur d'un développement à faible intensité de carbone

 

La bonne nouvelle, c'est qu'un ensemble de preuves de plus en plus nombreuses démontre que la poursuite d'une croissance à faible intensité de carbone et à l'épreuve du climat est le meilleur moyen de débloquer des avantages économiques et sociaux durables. Une action audacieuse en faveur du climat pourrait apporter au moins 26 000 milliards de dollars de bénéfices économiques nets au niveau mondial d'ici 2030, par rapport au statu quo selon la nouvelle économie climatique. Cela inclut la création de plus de 65 millions de nouveaux emplois à faible intensité de carbone en 2030, soit l'équivalent de la main-d'œuvre combinée du Royaume-Uni et de l'Égypte aujourd'hui.

 

Ce qui est vrai à l'échelle mondiale l'est également à l'échelle nationale. L'Indonésie est l'une desplus grandes économiesdu monde. Le ministère de la planification du pays a identifié une trajectoire de croissance à faible intensité de carbone, qui va au-delà des engagements actuels du pays en matière de climat et permettrait d'atteindre un taux de croissance moyen du PIB de plus de 6 % paran d'ici 2045. Il est prouvé que cette trajectoire de croissance à faible intensité de carbone dépassera la croissance économique dans le cadre du statu quo dès la première année de sa mise en œuvre, tout en apportant une série d'avantages économiques, sociaux et environnementaux à l'Indonésie. En 2045, ces avantages comprendront plus de 15 millions d'emplois supplémentaires, plus écologiques et mieux rémunérés, une réduction plus rapide de la pauvreté, ainsi que des avantages liés au genre et à la région.

 

Des infrastructures durables et à faible émission de carbone doivent être au cœur de toute mesure de relance prise par le gouvernement en réponse à l'épidémie de COVID-19. Les gouvernements ont un rôle essentiel à jouer dans l'élaboration de stratégies d'investissement solides, bien articulées et durables. L'investissement dans des infrastructures durables crée des emplois aujourd'hui et de nombreux autres avantages sociaux et économiques demain. L'American Recovery and Reinvestment Act de 2009, par exemple, a entraîné un certain nombre d'avantages sociaux et économiques, notamment lesoutien d'environ 900 000 emplois dans le secteur des énergies propres aux États-Unis entre 2009 et 2015. Les investissements du plan de relance devraient également contribuer à renforcer la résilience de nos communautés face aux effets du changement climatique. La Commission mondiale sur l'adaptation a constaté que le bénéfice net des investissements dans des infrastructures résilientes au cours de la prochaine décennie dans les pays en développement serait de 4,2 billions de dollars sur la durée de vie des nouvelles infrastructures, avec un bénéfice de 4 dollars pour chaque dollar investi.

 

Les chefs d'entreprise et le secteur financier prennent déjà conscience des risques liés à l'investissement dans des activités à forte intensité de carbone et des avantages liés au passage à une économie résiliente à faible intensité de carbone, et les gouvernements devraient suivre leur exemple. Plus de 16 grands propriétaires d'actifs, avec près de 4 000 milliards de dollars d'investissements dans le monde, se sontengagés à faire passer l'ensemble de leur portefeuille d'investissements à des investissements à émissions nettes zéro d'ici 2050, et de nombreux autres se détournent rapidement des investissements dans les combustibles fossiles. Les entreprises durables obtiennent déjà de meilleurs résultats que leurs homologues. Par exemple, lesentreprises qui s'engagent à produire 100 % d'énergie renouvelable ont de meilleures marges bénéficiaires nettes et de meilleurs bénéfices que celles qui ne s'engagent pas à le faire. Et les entreprises qui gèrent et planifient activement le changement climatique obtiennent unretour sur investissement de 18 %supérieur à celui des entreprises qui ne le font pas - et de 67 % supérieur à celui des entreprises qui refusent de divulguer leurs émissions.

 

L'action en faveur du climat est la clé de la reprise économique et de la prospérité à long terme

 

L'épidémie mondiale de COVID-19 montre sans l'ombre d'un doute que les gouvernements ont la capacité de prendre des mesures urgentes et radicales pour contenir les crises. Cela ne sera pas facile, et nous devons tous jouer notre rôle. Toutefois, alors que nous sortons de cette crise immédiate, nous devons être clairs sur le fait qu'ilne serait pas judicieux de répondre au ralentissement économique à court terme par de mauvais investissements à long terme. Nous avons plutôt l'occasion d'utiliser les mesures de relance pour stimuler la croissance à la suite de la crise sanitaire COVID-19, à la fois pour réduire la pollution atmosphérique et pour contribuer à la lutte contre la crise climatique.

 

L'urgence croissante de la crise climatique montre la nécessité absolue de prendre des mesures immédiates pour réduire drastiquement les émissions dès maintenant. Et les possibilités d'y parvenir, compte tenu des nouveaux développements des technologies propres et de la baisse de leurs coûts, n'ont jamais été aussi bonnes. Si les restrictions sur les déplacements et les grandes réunions constituent un défi, elles peuvent aussi nous aider à modifier notre propre comportement pour adopter des modes de travail, d'éducation et de déplacement beaucoup plus durables, notamment en reconnaissant les possibilités et les avantages plus larges du télétravail et des réunions virtuelles. Nous sommes obligés de revoir nos habitudes dès maintenant, mais nous devrions profiter de cette période pour apprendre à sortir de la crise.

 

Nous ne pouvons pas laisser l'urgence climatique nous rattraper sur la route. Cette année, les pays doivent respecter leurs engagements nationaux en matière de climat pour 2030, en vue de parvenir à un monde à émissions nettes nulles d'ici 2050.

 

Si la COVID-19 et ses répercussions économiques sont aujourd'hui, à juste titre, au centre des préoccupations de nombreux gouvernements, nous devons également penser à l'avenir, car pour les pays qui cherchent à consolider leur économie en période de turbulences et àatteindre une croissance durable à long terme, l'action en faveur du climat offre une occasion unique.

 

 

 

Auteur : Helen Mountford

 

Crédit image : Unsplash/Guillaume de Germain

 

Cet article a déjà été publié sur World Resources Institute.

 


Contenu complémentaire