Changement climatique

Ce que la communauté de l'efficacité énergétique peut apprendre du Club de Rome

18 juin 2019 par Rod Janssen
Ce que la communauté de l'efficacité énergétique peut apprendre du Club de Rome

Une étape à la fois

Nous sommes confrontés à beaucoup de malheurs et de ténèbres. D'un côté, nous avons les étudiants militants pour le climat et la rébellion de l'extinction qui secouent notre complaisance pour montrer que nous sommes dans un état terrible au niveau mondial à cause de l'impact dévastateur du changement climatique. D'autre part, nous avons trop de complaisance et d'inertie, pour un large éventail de raisons allant des négationnistes du climat aux traînards.

La communauté de l'efficacité énergétique a eu tendance à suivre la voie sans regret. Il y a tellement de bonnes raisons d'améliorer notre performance énergétique dans tous les aspects de notre société que, pour une raison ou une autre, il suffit de le faire. Mais l'amélioration de notre efficacité n'entraîne pas nécessairement une diminution de la demande d'énergie ou une réduction des émissions de gaz à effet de serre. Heureusement, le ceee s'est concentré sur la suffisance et nous faisons quelques progrès dans ce domaine, même si notre base analytique n'est pas encore complète.

Après la première crise pétrolière, l'efficacité énergétique est devenue une option politique pour les gouvernements et les sociétés. L'Agence internationale de l'énergie l'a incluse dans ses politiques à long terme. Vous pouvez demander aux gens de baisser leur thermostat en cas d'urgence. Vous ne pouvez pas rénover tous les bâtiments lorsqu'il y a une crise pétrolière, du moins pas pendant la durée de cette crise.

Sommes-nous maintenant dans une crise climatique ? Elle est probablement encore plus grave si l'on tient compte de toutes les ressources que nous utilisons. Cela me rappelle un livre du Club de Rome écrit l'année dernière par Ernst von Weizsäcker et Anders Wijkman, intitulé Come On! Lecapitalisme, le court-termisme, la population et la destruction de la planète. Dans la préface, ils écrivent :

"Le monde est à nouveau dans une situation critique. Nous voyons la nécessité d'un nouveau départ audacieux. Cette fois, cependant, nous pensons qu'il est particulièrement important de se pencher sur les racines philosophiques de l'état actuel du monde. Nous devons nous interroger sur la légitimité de l'éthique de l'égoïsme matérialiste qui est actuellement la force motrice la plus puissante du monde, et nous saluons l'initiative du pape François de s'attaquer à une crise des valeurs plus profonde, une question centrale que le Club de Rome a identifiée il y a de nombreuses années. Le temps est venu, selon nous, d'un nouveau siècle des Lumières ou de renverser autrement les habitudes actuelles de pensée et d'action qui ne considèrent que le court terme".

Les auteurs affirment que l'empreinte humaine augmente rapidement et que, si elle n'est pas inversée, elle finira par entraîner un effondrement de l'économie mondiale. Selon eux, la maximisation du profit - selon le principe de la valeur actionnariale d'abord - et la sauvegarde de la planète sont intrinsèquement en conflit et il faut un équilibre nettement amélioré entre l'homme et la nature, les marchés et la loi, la consommation privée et les biens publics, la réflexion à court et à long terme, et entre la justice sociale et les incitations à l'excellence. Ils proposent une révision de la manière dont les gouvernements, les entreprises, les systèmes financiers, les innovateurs et les familles interagissent avec notre planète.

Les auteurs savent comment nous secouer jusqu'à nos racines, tout en étant si peu conflictuels et si positifs pour la voie à suivre. Oui, nous devons repenser le cadre politique. Oui, nous avons besoin d'une nouvelle philosophie. Oui, nous devons examiner le fonctionnement du système bancaire. Et surtout, nous devons fonder notre nouvelle philosophie sur l'équilibre - et non sur les distorsions auxquelles nous sommes confrontés aujourd'hui dans une myriade d'inégalités.

Heureusement, le livre offre de nombreux exemples positifs et pratiques, des réussites et des opportunités. De nombreux domaines d'action concernent les politiques au niveau de l'UE et sont en rapport direct avec le débat politique actuel. Par exemple, le passage à une économie circulaire peut aider à surmonter la pénurie de minéraux, à réduire considérablement les émissions de carbone et à augmenter le nombre d'emplois, ou encore l'agriculture régénératrice peut stopper l'érosion des sols, améliorer les rendements et augmenter la teneur en carbone du sol.

Pour nous, dans la communauté de l'efficacité énergétique, nous devons emprunter la voie positive et pratique. Nous n'en connaissons pas d'autre. Oui, nous devons accélérer le pas. Oui, nous devons nous rassembler de plus en plus pour suivre la même voie. Non, nous ne devons pas paniquer. Il doit s'agir d'une démarche planifiée et délibérée.

Un pas à la fois.

 

Restez à l'écoute ! Les meilleures idées pour l'efficacité énergétique et la transition énergétique...

 


À propos de Rod Janssen

Janssen

Rod Janssen est le président de l'Efficacité énergétique dans les processus industriels (EEIP). Rod est également membre de divers groupes de pilotage et conseils tels que le groupe de pilotage du PCI Europe, le conseil consultatif du SEIF et le conseil de l'ECEEE.