La formation, le développement de politiques d'entreprise et les audits énergétiques, clés du succès des mesures d'efficacité énergétique dans les PME.

19 November 2021 par Erika Maugeri
La formation, le développement de politiques d'entreprise et les audits énergétiques, clés du succès des mesures d'efficacité énergétique dans les PME.

La directive européenne sur l'efficacité énergétique (DEE) exige des États membres qu'ils mettent en place des incitations nationales pour aider les PME à réaliser des audits énergétiques. Les PME représentent 99,98% des entreprises européennes et sont responsables d'environ 13% de la demande énergétique totale. Actuellement, seulement 25% des PME en Europe ont entrepris un audit énergétique et une série de recherches citent des obstacles tels que le manque de temps, l'expertise interne, le financement et la faible priorité de l'efficacité énergétique par rapport aux autres besoins des entreprises. Un groupe de projets financés dans le cadre du programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 s'efforce d'atténuer ces obstacles.

DEESME, E2DRIVER, ICCEE, INNOVEAS, SMEmPower Efficiency, SPEEDIER et Triple-A abordent, sous différents angles, le problème de la mise en œuvre de mesures d'efficacité énergétique dans les PME en Europe.


Contenu complémentaire   #audits énergétiques  #initiatives  #innovations durables 


Formation, développement de politiques d'entreprise et audits énergétiques, clés du succès des mesures d'efficacité énergétique dans les PME

Mariana Fernández, directrice de la communication et de la formation de Sustainable Innovations et responsable de la communication du projet SPEEDIER 04/11/2021

 

DEESME, E2DRIVER, ICCEE, INNOVEAS, SMEmPower Efficiency, SPEEDIER et Triple-A abordent, sous des angles différents, le problème de la mise en œuvre de mesures d'efficacité énergétique dans les PME en Europe. Cependant, tous ont identifié, au cours de diverses enquêtes menées par le biais d'entretiens, de groupes de discussion et d'analyses documentaires, des points communs qui leur ont permis de travailler sur une approche globale, éclairante pour la prise de décision afin de contribuer à améliorer la mise en œuvre effective des mesures d'efficacité énergétique en Europe.

 

L'article 8 de la directive européenne sur l'efficacité énergétique (DEE) exige des États membres qu'ils mettent en place des incitations nationales pour aider les PME à réaliser des audits énergétiques. Étant donné que les PME représentent 99,98 % des entreprises européennes et sont responsables d'environ 13 % de la demande totale d'énergie, il est clair qu'elles ont un énorme potentiel d'économie d'énergie et qu'elles contribuent à la capacité de l'UE27 à atteindre ses objectifs collectifs dans le cadre de la DEE, à savoir une amélioration de 32,5 % de l'efficacité énergétique d'ici 2030. À ce jour, ce potentiel n'a été que très peu exploité, comme en témoignent diverses études qui estiment que seulement 25 % des PME en Europe ont entrepris un audit énergétique, ainsi qu'une série de recherches citant des obstacles tels que le manque de temps, d'expertise interne, de financement et la faible priorité accordée à l'efficacité énergétique par rapport aux autres besoins des entreprises. L'article 8 exige également que les grandes entreprises réalisent des audits énergétiques tous les quatre ans, mais une étude récente suggère que seulement 11 % des grandes entreprises qui réalisent un audit ont l'intention de mettre en œuvre l'une de ses recommandations, deux entreprises sur cinq invoquant le manque de financement ou de ressources financières comme raisons impérieuses.

 

Dans ce contexte, un groupe de projets financés par le programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 s'efforce d'atténuer ces obstacles et de faire en sorte que les objectifs fixés par l'article 8 soient effectivement réalisables.

DEESME, E2DRIVER, ICCEE, INNOVEAS, SMEmPower Efficiency, SPEEDIER et Triple-A abordent, sous des angles différents, le problème de la mise en œuvre de mesures d'efficacité énergétique dans les PME en Europe. Cependant, tous ont identifié, au cours de diverses enquêtes menées par le biais d'entretiens, de groupes de discussion et d'analyses documentaires, des points communs qui leur ont permis de travailler sur une approche globale, éclairante pour la prise de décision afin de contribuer à améliorer la mise en œuvre effective des mesures d'efficacité énergétique en Europe. Les sept projets ont ainsi réalisé une analyse exhaustive dans des PME de secteurs aussi divers que l'alimentation, l'automobile, les biens et services, le commerce, la construction, l'éducation, l'hôtellerie, l'industrie manufacturière et la chimie en Allemagne, à Chypre, en Slovénie, en Espagne, en France, en Grèce, en Irlande, en Italie, en Pologne, au Royaume-Uni et en Roumanie.

  • DEESME facilite la participation des PME à la transition énergétique en tirant parti des multiples avantages des approches de gestion et d'audit énergétiques, en fournissant aux autorités nationales et supranationales des lignes directrices et des recommandations pour renforcer les politiques énergétiques.
  • L'objectif principal de E2DRIVER est de former les PME du secteur automobile et de stimuler les programmes de renforcement des capacités en matière d'audit énergétique par la mise en place d'une plateforme d'apprentissage innovante.
  • ICCEE accélérera la conversion des opportunités d'efficacité énergétique en investissements réels, avec un accent particulier sur les chaînes d'approvisionnement impliquant des PME européennes grâce à des outils d'analyse et des programmes spécifiques de renforcement des capacités.
  • INNOVEAS vise à concevoir et à mettre en œuvre des programmes de formation du personnel et de renforcement des capacités afin d'améliorer la politique des entreprises en matière d'efficacité et de culture énergétiques et les initiatives de chaînes d'approvisionnement durables.
  • En ce qui concerne SMEmPower Efficiency est concerné, ce projet veillera à ce que bon nombre des obstacles existants à la mise en œuvre de mesures d'efficacité énergétique soient supprimés en activant la formation des professionnels et des décideurs du secteur de l'énergie, en formant des experts des PME, des sociétés de conseil, des institutions financières et des sociétés de services énergétiques (ESCO), et surtout des associations d'employeurs ou des professionnels de l'industrie.
  • SPEEDIER est une solution innovante à guichet unique qui applique une approche intégrée de la gestion de l'énergie, en fournissant des informations, des conseils, le renforcement des capacités, l'audit énergétique, le financement, la mise en œuvre de solutions d'efficacité énergétique et le suivi de l'impact.
  • Enfin, Triple-A vise à aider les institutions financières et les développeurs de projets à accroître leur déploiement de capitaux en faveur de l'efficacité énergétique, en rendant les investissements plus transparents, prévisibles et attractifs.

 

Financement et ateliers de formation nécessaires pour l'efficacité énergétique dans les PME

Le principal obstacle à la mise en œuvre d'améliorations de l'efficacité énergétique pour les PME est identifié comme étant le manque de financement ou la méconnaissance des subventions, des prêts ou des régimes d'aide nationaux, bien qu'une éventuelle surcharge de travail joue également un rôle. Un autre résultat notable est que les PME ont tendance à ne pas réaliser d'audits parce qu'elles ne sont pas convaincues que les économies potentielles résultant des mesures d'efficacité compenseront l'effort ou les dépenses liées à la réalisation de l'audit. Les PME participantes ont exprimé leur préférence pour l'externalisation de la gestion de l'énergie auprès d'un consultant externe, car la plupart d'entre elles n'ont pas de responsable de l'énergie.

Malgré cette préférence, le manque de confiance dans certains auditeurs suggère la nécessité d'identifier les entreprises obligées de se soumettre à des audits, d'assurer le respect effectif et la qualité de ces audits, de trouver un compromis entre l'effort de déclaration et le suivi, d'accroître l'adoption de mesures et la création de programmes de soutien, ainsi que de sensibiliser aux possibilités d'efficacité énergétique.

Cette méconnaissance des sources de financement et du retour sur investissement généré conduit les PME à s'intéresser aux ateliers de formation pour les aider à améliorer leurs compétences en matière d'efficacité énergétique et sa mise en œuvre à tous les niveaux de l'entreprise.

Un autre des points de vue analysés est celui de l'économie et de l'investissement. À cet égard, les analyses réalisées ont indiqué que les propriétaires de bâtiments ont tendance à ne pas évaluer la performance énergétique de leurs actifs lorsqu'il n'existe pas d'obligation légale en la matière. Seule une minorité de bâtiments dispose d'un certificat de performance énergétique (CPE) volontaire, en partie parce qu'il n'est pas légalement requis et, en outre, parce qu'il y a un manque d'incitations pour les propriétaires. Bien que l'efficacité énergétique élevée d'un bâtiment puisse influencer de manière significative les investissements à long terme, le coût élevé, le manque de capital et l'absence de moyens de financement standardisés découragent les propriétaires de bâtiments de mettre en œuvre des mesures d'efficacité énergétique. Cependant, certaines améliorations, telles que celles liées à l'enveloppe du bâtiment, à la ventilation, à la climatisation et au chauffage (CVC), et aux appareils d'éclairage, peuvent augmenter la valeur de la propriété lorsqu'elles sont mises en œuvre. Malheureusement, comme la plupart des PME utilisent leurs propres ressources pour financer les investissements en matière d'efficacité énergétique, elles donnent la priorité aux mesures d'efficacité énergétique à faible coût, telles que l'éclairage LED, à court terme.

 

L'article original en langue espagnole est disponible en ligne dans le magazine "El Instalador".