La transition énergétique de la Corée du Sud inclura-t-elle le nucléaire ?

25 July 2018 par Jürgen Ritzek
La transition énergétique de la Corée du Sud inclura-t-elle le nucléaire ?

En mai de l'année dernière, le président Moon a été élu après la mise en accusation de l'ancien président à la suite de manifestations pacifiques. Avec 24 réacteurs en service, la Corée du Sud possède la plus forte densité de centrales nucléaires parmi les pays comptant plus de dix réacteurs. La plus ancienne centrale nucléaire (Kori 1) a été arrêtée définitivement en juin dernier. Après avoir arrêté la construction, le gouvernement a dû faire face à des réactions négatives de la part des scientifiques nucléaires et du parti opposé. L'opinion générale en Corée soutient le maintien de la part de l'énergie nucléaire dans le mix énergétique, même si le président, arrivé au pouvoir à la suite de manifestations massives, affirme vouloir faire de la Corée du Sud un pays sans nucléaire. L'électricité provient actuellement à 40 % du charbon, à 30 % du nucléaire, à 22 % du gaz naturel et à 4 % des énergies renouvelables. La sensibilisation à l'environnement s'est accrue et les préoccupations concernant le nucléaire sont devenues plus importantes. Si les groupes d'intérêt des mouvements en faveur des énergies renouvelables se développent, ceux en faveur de l'énergie nucléaire se développent. C'est une question difficile, tant pour la Corée du Nord que pour la Corée du Sud.


Contenu complémentaire   #sortie progressive  #énergie renouvelable  #lune 


La centrale nucléaire d'Ulchin ne fermera pas de sitôt, bien que le président Moon ait espéré réduire la part du nucléaire en Corée (Photo de l'AIEA, éditée, CC BY-SA 2.0)

De Yi hyun kang, Energy Transition.

Le mois dernier, des nouvelles surprenantes sont arrivées de la péninsule coréenne. Tout d'abord, Kim Jong-un de la Corée du Nord et Moon Jae-in, le président sud-coréen, ont convenu de tenir un sommet pour la première fois en dix ans. Puis peu après, Kim Jong-un a proposé un entretien à Trump et Trump l'a accepté ! C'est un changement significatif par rapport aux menaces de guerre nucléaire de l'année dernière.

Mais alors que le monde est attentif aux armes nucléaires de la Corée du Nord, des développements intéressants se produisent dans le secteur de l'énergie de la Corée du Sud. Cependant, ce côté de la péninsule coréenne n'est pas souvent dans l'actualité internationale.

L'énergie en Corée du Sud

En mai de l'année dernière, le président Moon a été élu après la destitution de l'ancien président, motivée par des protestations pacifiques contre la corruption. Moon s'est engagé à poursuivre des politiques différentes de celles de l'ancien président dans tous les domaines. L'une de ses promesses était de faire de la Corée du Sud un pays sans nucléaire et de porter la part des énergies renouvelables à 20 % du bouquet énergétique d'ici 2030.

La Corée du Sud reste fortement dépendante des combustibles fossiles et du nucléaire. Actuellement, 40 % de l'électricité provient du charbon, 30 % du nucléaire, 22 % du gaz naturel et 4 % des énergies renouvelables. Avec 24 réacteurs en fonctionnement, la Corée du Sud possède la plus forte densité de centrales nucléaires parmi les pays qui en possèdent plus de dix.

Le gouvernement semble avoir une forte volonté politique de s'éloigner de l'énergie nucléaire. La plus ancienne centrale nucléaire (Kori 1) a été définitivement fermée en juin dernier. Lors de la cérémonie, le président Moon a prononcé un discours annonçant que les projets de nouvelles centrales nucléaires seront annulés, que la durée de vie des centrales existantes ne sera pas prolongée et que les anciennes centrales nucléaires seront fermées dès que possible.

La première étape a consisté à arrêter la construction de deux centrales nucléaires (Shin-Kori 5 et 6) qui en étaient encore à leurs débuts. Cependant, près d'un an s'est écoulé depuis et la transition énergétique de la Corée du Sud se poursuit avec ces deux centrales nucléaires en construction. Que s'est-il passé ?

La réaction contre l'abandon du nucléaire

Peu après que le gouvernement ait arrêté la construction, il a dû faire face à la réaction des scientifiques nucléaires et du parti opposé. Le gouvernement a suggéré de former un comité de citoyens sur la question, ce qui a rendu le processus démocratique. 471 personnes qui ont été contactées au hasard par téléphone et ont décidé de rejoindre le comité ont eu des discussions avec des experts et des parties prenantes des deux côtés. Trois mois plus tard, lors de sa dernière session, le comité a voté sur la poursuite ou non de la construction des deux centrales nucléaires. Le résultat a été le suivant : 59,5% ont voté pour la reprise de la construction alors que 40,5% s'y sont opposés. Le point intéressant est que le pourcentage de soutien a augmenté plus que le début de la commission. Bien que la majorité des participants aient accepté de réduire la part du nucléaire à l'avenir, 45% ont accepté de la maintenir ou même de l'augmenter. Le comité a donc recommandé au gouvernement de reprendre la construction de centrales nucléaires, ce que le gouvernement a fait.

La conclusion du comité des citoyens peut être considérée comme plutôt choquante pour beaucoup de gens, surtout en Allemagne. De nombreux militants écologistes en Corée du Sud ont également été surpris car les mouvements anti-nucléaires semblent s'être renforcés après la catastrophe de Fukushima au Japon voisin.

Cependant, la conclusion du comité implique le défi particulier auquel la transition énergétique de la Corée du Sud doit faire face. L'opinion générale en Corée est favorable au maintien de la part de l'énergie nucléaire dans le bouquet énergétique, même si le président qui est arrivé au pouvoir à la suite de protestations massives dit vouloir que la Corée du Sud soit un pays sans nucléaire.

Pourquoi les Coréens soutiennent-ils l'énergie nucléaire ?

L'énergie nucléaire est considérée depuis longtemps comme une énergie bon marché et efficace qui favorisera la croissance économique de la Corée. Dans le cadre du plan de croissance verte, le gouvernement coréen a stratégiquement promu le nucléaire en essayant d'obtenir des contrats pour la construction de centrales nucléaires dans d'autres pays comme moyen d'exporter la technologie coréenne.

De puissants groupes d'intérêt ont été créés dans l'industrie nucléaire. Même si le nouveau gouvernement tente de se couper de l'héritage du gouvernement précédent, il est presque impossible pour les grands partis sud-coréens d'aller à l'encontre de l'aspiration au développement économique. La technologie nucléaire est considérée comme un symbole de réussite. En outre, de nombreuses personnes craignent que les factures d'électricité augmentent pendant la transition énergétique, même si les factures d'électricité en Corée du Sud sont relativement bon marché.

Le gouvernement coréen continue de faire pression pour une transition énergétique. Selon le8e plan fondamental pour l'offre et la demande d'électricité annoncé en décembre dernier, la Corée du Sud réduira progressivement la part du nucléaire de 30 % à 23,9 % d'ici 2030. Toutefois, cette part restera plus importante que celle des énergies renouvelables (20 %).

Combien de temps l'énergie nucléaire durera-t-elle en Corée ? C'est une question difficile, tant pour la Corée du Nord que pour la Corée du Sud. L'espoir est là ; les mouvements de base en faveur des énergies renouvelables se développent. La conscience environnementale s'est accrue et les inquiétudes concernant le nucléaire se sont renforcées. Si les groupes d'intérêt pour les énergies renouvelables gagnent en puissance dans le secteur de l'énergie, ils peuvent accélérer la transition énergétique en Corée du Sud sans le nucléaire.

_____________

 

Restez à l'écoute ! Les meilleures idées pour l'efficacité énergétique et la transition énergétique...

 

À propos de l'auteur

YI HYUN KANG est titulaire d'un doctorat sudent de l'École de gouvernance de l'Université technique de Munich, ancien journaliste de Pressian, un journal coréen en ligne. Elle s'intéresse au changement climatique, à l'eau et aux questions de changement de politique.