Source de chaleur Technologie

L'été est le temps de l'installation

30 août 2021 par Corinna Barnstedt

Les ingénieurs profitent de la pause estivale pour lancer un nouveau système de récupération de chaleur

 

Cet été, alors que des millions d'Européens partaient pour leurs premières vacances depuis le début de la pandémie, le professeur Hussam Jouhara a lui aussi fait ses valises et quitté ses laboratoires de l'université Brunel de Londres. Mais sa destination n'était pas une plage de la Méditerranée, mais SIJ Metal Ravne, l'un des plus grands producteurs d'outils et d'aciers spéciaux d'Europe, situé dans les montagnes slovènes.

 

"Pour SIJ Metal Ravne, les deux premières semaines du mois d'août sont une pause de maintenance, pendant laquelle beaucoup de nos fours sont arrêtés", explique Kristijan Plesnik, responsable des investissements de l'entreprise. Ainsi, lorsque cette période de maintenance était presque terminée, le professeur Jouhara est arrivé pour superviser le lancement des échangeurs de chaleur à caloducs (HPHE) ETEKINA qu'il avait conçus pour l'un des fours. L'unité est un prototype entièrement fonctionnel et à échelle réelle destiné aux industries à forte consommation d'énergie, comme un producteur d'acier, mais la technologie peut également être adaptée à d'autres industries ayant des besoins élevés en énergie et en chaleur.

 

Fouad Al-Mansour, de l'Institut Jožef Stefan à Ljubljana, la capitale de la Slovénie, a soutenu le processus d'installation du HPHE et explique le concept : "Le système d'utilisation de la chaleur excédentaire de Metal Ravne se compose de deux sections reliées entre elles. La première section augmente la température de l'air de combustion dans le four lui-même, tandis que la seconde section chauffe l'eau destinée au chauffage des locaux et à l'eau sanitaire des immeubles de bureaux situés à proximité."

 

Les calculs effectués par Fouad Al-Mansour et Hussam Jouhara prévoyaient un taux de récupération de chaleur de 47 %, mais ce taux serait-il également atteint lorsque le système fonctionne ? Les premières mesures effectuées juste après la mise en service de l'unité sont en effet très prometteuses. "Nous avons récupéré, grâce à l'unité, près de 60 % de la chaleur résiduelle totale du flux d'échappement", déclare le professeur Jouhara, et ce n'est pas la seule bonne nouvelle : "Le système installé n'interfère pas avec le processus, ce qui est primordial dans toute installation de récupération de chaleur résiduelle, nous pouvons donc tous être fiers de cette réalisation conjointe."

 

Fouad Al-Mansour et les ingénieurs de SIJ Metal Ravne vont maintenant recueillir davantage de données dans les mois à venir pour voir comment les effets saisonniers peuvent affecter le taux de récupération. Mais dès aujourd'hui, cette installation peut être considérée comme un projet d'innovation réussi et un premier pas pour rendre des processus industriels similaires plus efficaces sur le plan énergétique. "L 'installation de ce premier système ETEKINA ouvre des possibilités d'adaptation de la technologie à d'autres processus, que ce soit pour Metal Ravne ou pour d'autres entreprises", déclare Fouad Al-Mansour, soutenu par Alojz Buhvald, directeur exécutif de la transformation de l'acier au sein de l'entreprise sidérurgique : "En effet. Avec nos partenaires de l'université Brunel de Londres et de l'Institut Jožef Štefan, nous allons bientôt examiner d'autres potentiels de ressources actuellement inexploités dans notre production." Avec un total de 70 fours actuellement en fonctionnement dans l'entreprise, le concept de récupération de chaleur d'ETEKINA a le potentiel d'énormes économies d'énergie et en même temps une réduction significative des émissions de gaz à effet de serre pour SIJ Metal Ravne ou toute personne adaptant cette technologie à plus grande échelle.

 

ETEKINA est un projet d'innovation Horizon 2020 cofinancé par la Commission européenne. Pour des mises à jour régulières, veuillez consulterwww.etekina.eu


À propos de Corinna Barnstedt

Barnstedt

Corinna Barnstedt travaille en tant que chef de projet et communicatrice scientifique à l'European Science Communication Institute (ESCI). Elle est titulaire d'un diplôme en géographie et a effectué un stage de journalisme au Jahreszeiten Verlag de Hambourg. Elle a écrit pour les sections scientifiques de plusieurs journaux et a commencé à travailler dans la communication et la gestion de projets européens en 2009.


Contenu complémentaire