Comment pouvons-nous tourner cette crise énergétique à notre avantage ?

29 July 2022 par Erik Gudbjerg
Comment pouvons-nous tourner cette crise énergétique à notre avantage ?

Moins de 1 % des bâtiments danois sont rénovés chaque année. Cela signifie qu'en moyenne, plus de 100 ans s'écoulent entre la rénovation d'un bâtiment. Un investissement de 5 milliards de couronnes danoises dans la rénovation des bâtiments municipaux peut entraîner une économie annuelle de 430 millions de couronnes danoises. L'économie d'énergie elle-même peut être multipliée par un facteur allant jusqu'à 2,5 en raison des co-bénéfices de l'efficacité énergétique. Cela pourrait être le début d'une vague d'efficacité énergétique avec de nouvelles et importantes opportunités de revenus pour les entreprises danoises. Les entreprises danoises devraient rénover 3 % de leurs bâtiments chaque année, puis les bâtiments seront rénovés à 33 ans d'intervalle en moyenne. Et ce serait bon pour l'économie et pour l'environnement, et cela aiderait l'Ukraine. Nous mettrions plus rapidement un terme à la capacité de la Russie à financer la guerre grâce à l'exportation de gaz et de pétrole, et il pourrait alors y avoir une vague d'opportunités d'efficacité énergétique pour l'avenir.


Contenu complémentaire   #efficacité énergétique  #rénovation énergétique  #rénovations énergétiques 


Certains d'entre nous sont assez vieux pour se souvenir des crises pétrolières de 1973-74 et encore de 1979. Ce n'était pas drôle. Interdiction de conduire le dimanche, extinction des feux dans les magasins en dehors des heures d'ouverture, extinction des lampadaires et baisse des températures partout.

Le fait est qu'aujourd'hui, nous pouvons nous réjouir des crises pétrolières. Si ce n'était pas le début, la crise a au moins été un formidable coup de pouce pour soutenir la position de force qu'occupent aujourd'hui les entreprises danoises dans des domaines tels que les éoliennes, l'isolation, l'électronique de puissance (par exemple Grundfos et Danfoss), les fenêtres et, surtout, le conseil en énergie dans nos nombreuses sociétés d'ingénieurs-conseils qualifiés.

À l'époque, dans les années 70, la première crise pétrolière, en particulier, a été un choc pour notre société, car le Danemark dépendait à plus ou moins 100 % des importations de pétrole. Mais rapidement, trois pistes ont été mises en place pour réduire la dépendance au pétrole arabe :

  • L'expansion du réseau de chauffage urbain et la mise en place du réseau de gaz.
  • La production d'énergie renouvelable
  • L'efficacité énergétique

Actuellement, l'accent est largement mis sur les énergies renouvelables.

Et il ne s'agit pas de dénigrer la production d'énergie renouvelable, car bien sûr nous ne pouvons pas nous en passer. Mais les plus grands progrès et la plupart des emplois ont été créés à l'époque grâce à l'efficacité énergétique.

Je pense que les décideurs l'ont oublié aujourd'hui. Il est nécessaire de réagir rapidement à l'agression de la Russie contre l'Ukraine, mais le débat porte presque entièrement sur la question de savoir où nous devrions maintenant nous procurer l'énergie lorsque nous ne voudrons plus l'acheter à la Russie. Qu'est-il advenu de nos bonnes expériences en matière d'efficacité énergétique ? Le moment n'est-il pas venu de passer au niveau supérieur ?

Le potentiel est là. Pour ne citer qu'un exemple, moins de 1 % des bâtiments danois sont rénovés chaque année, ce qui signifie qu'il s'écoule en moyenne plus de 100 ans entre la rénovation énergétique d'un bâtiment. Ce n'est guère un problème pour les bâtiments récents, qui sont construits conformément à des réglementations énergétiques strictes et consomment donc peu d'énergie. Mais la plus grande partie du parc immobilier est plus ancienne et, dans l'ensemble, le parc immobilier représente pas moins de 40 % de la consommation énergétique totale du Danemark. Si l'on prend les bâtiments municipaux, 68 % ont une mauvaise étiquette énergétique D, E, F ou G, et seulement 7 % ont une étiquette énergétique A.

Est-ce important alors ? Oui, la consommation d'énergie d'un bâtiment portant l'étiquette énergétique G est jusqu'à 20 fois supérieure à celle d'un bâtiment similaire portant l'étiquette énergétique A !

Pourquoi, cela vaut-il la peine de rénover les bâtiments les moins performants ? Le groupe d'intérêt Synergi a fait un calcul montrant qu'un investissement de 5 milliards de couronnes danoises dans la rénovation des bâtiments municipaux peut entraîner une économie annuelle de 430 millions de couronnes danoises sur la facture énergétique des municipalités et une réduction de 35 % des émissions de CO2.Et ce calcul a été effectué avant que la Russie n' attaque l'Ukraine et ne provoque une nouvelle hausse des prix de l'énergie ! En outre, les avantages dits non énergétiques ne sont pas pris en compte. Il s'agit des co-bénéfices de l'efficacité énergétique sous forme, par exemple, de réduction des coûts de maintenance et d'un meilleur environnement de travail, etc, et ils peuvent signifier que l'économie d'énergie elle-même peut être multipliée par un facteur allant jusqu'à 2,5.

Mais les communes ne peuvent certainement pas financer cela si l'on veut que les écoles, les crèches et le bien-être soient abordables en général ? Oui, elles le peuvent, en fait. Les rénovations énergétiques ne sont pas couvertes par le plafond de construction, et les municipalités ont le droit de faire financer les rénovations énergétiques par leur propre banque "Kommunekredit". Une autre option intéressante consiste à s'associer au secteur privé dans le cadre de projets dits ESCO, dans lesquels la municipalité finance la rénovation et l'entreprise privée récupère les économies jusqu'à ce que l'investissement soit remboursé.

Comment pouvons-nous nous enrichir à long terme ? Tout d'abord, nous réalisons des économies qui, en un temps relativement court, permettent aux municipalités d'être mieux conseillées pour des activités plus judicieuses. Deuxièmement, il a toujours été vrai que lorsque la demande augmente dans une région, l'ingéniosité fait de même. C'est ce que nous avons vu dans les années 70. C'est l'augmentation de la demande qui a initié ou accentué la pression sur le développement des fenêtres à haut rendement énergétique, de l'isolation, des pompes à économie d'énergie et du conseil en anergie, etc.

Ne devrions-nous pas voir si nous pouvons lancer ce processus en 2022 également ? Par exemple, nous pourrions demander à nos municipalités de rénover 3 % de leurs bâtiments chaque année. Ensuite, les bâtiments seront rénovés à 33 ans d'intervalle en moyenne. Ce serait bon pour l'économie et pour l'environnement, et ce serait également bon pour l'Ukraine, car nous mettrions plus rapidement fin à la capacité de la Russie à financer la guerre avec l'exportation de gaz et de pétrole. Et puis, ce pourrait être le début d'une vague d'efficacité énergétique avec de nouvelles et grandes opportunités de revenus pour les entreprises danoises.

Qu'est-ce que nous attendons ?