Influencer le Green Deal européen et la stratégie industrielle : Leaders et retardataires parmi les petits États de l'UE

19 February 2020 par David Gow
Influencer le Green Deal européen et la stratégie industrielle : Leaders et retardataires parmi les petits États de l'UE

La Finlande propose un cours en ligne gratuit sur l'intelligence artificielle à 500 millions de citoyens. L'objectif est de convaincre 1 % de la population, soit 5 millions de personnes, de suivre ce cours d'ici à la fin de 2021. La Suède et les Pays-Bas suivent dans leur sillage. Les Finlandais sont devenus les principaux instigateurs des récentes démarches en matière de stratégie industrielle de l'UE. Ils ont été signataires de la déclaration de décembre 2018 issue de la sixième réunion ministérielle des "Amis de l'industrie", 18 États membres de l'UE, pour la plupart petits mais comprenant l'Allemagne, la France, l'Italie, l'Espagne et la Pologne. Les Finlandais ont produit 47 % de leur électricité grâce à l'éolien

éolienne en 2019 dans un secteur dominé par les fabricants de turbines Vestas et Siemens Gamesa (tandis que l'Irlande est sérieusement à la traîne).

Le voisin danois a pareillement contribué à orienter la politique de l'UE dans cette direction avec son évolution vers ce que l'OCDE appelle l'économie la plus numérisée dans les premières années de ce siècle. et la Lettonie à partir des années 1990.


Contenu complémentaire   #engagement de l'ue  #suède  #nokia 


Vers la fin de sa présidence semestrielle de l'UE, fin décembre 2019, la Finlande a offert le même cadeau gratuit à tous les États membres de l'UE qu'elle avait déjà offert à ses citoyens : un cours de base en ligne sur l'intelligence artificielle (IA) pour tous les 500 millions de citoyens. L'objectif est de persuader 1 % de la population, soit 5 millions de personnes, de suivre ce cours d'ici à la fin 2021. La Suède et les Pays-Bas suivent dans leur sillage.

Cette initiative louable reflète l'une des principales ambitions de la Finlande, l'un des 16 petits États membres de l'UE, ceux dont la population est inférieure à 10 millions d'habitants : diriger ou du moins propulser l'effort de l'Europe en faveur d'une croissance durable et d'une plus grande compétitivité industrielle, y compris dans les chaînes de valeur mondiales, alias le nouvel accord (industriel) vert européen. Et, dans le cadre de cette stratégie globale d'innovation, de numérisation et de décarbonisation, de développer des niches locales.

La Finlande est un exemple typique de la manière dont un petit État membre est capable non seulement d'influencer, mais aussi de façonner et de diriger un domaine politique clé tel que la stratégie industrielle qui prend un nouvel élan dans le cadre de la planification globale de l'UE sous la présidence de la Commission Ursula von der Leyen. Et il l'a fait non pas une fois mais au moins deux fois au cours de phases de transition successives : d'une économie à prédominance agraire (agriculture/sylviculture) à une économie basée sur l'électronique et la technologie mobile (Nokia), en passant par une économie circulaire, une technologie de santé basée sur les données et l'intelligence artificielle.

Les Finlandais, réputés et admirés pour leur système d'éducation (malgré une récente baisse de performance mesurée par l'enquête PISA de l'OCDE), sont devenus des acteurs clés des récentes démarches en matière de stratégie industrielle de l'UE. Ils ont été signataires de l'accord de décembre 2018déclarationissus de la sixième réunion ministérielle des "Amis de l'industrie", 18 États membres de l'UE, pour la plupart petits mais comprenant l'Allemagne, la France, l'Italie, l'Espagne et la Pologne.

Parmi les quatre objectifs d'une politique industrielle européenne "affirmée", il s'agit d'identifier, dans le cadre des "Projets importants d'intérêt européen commun" (IPCEI), les chaînes de valeur stratégiques européennes "en donnant la priorité à celles qui sont le plus directement liées à l'amélioration de la productivité mondiale, à la lutte contre le changement climatique et au renforcement du développement technologique, notamment : les batteries électriques, les véhicules connectés et autonomes, les semi-conducteurs, la cybersécurité, les superordinateurs, la robotique, la production d'acier à faible teneur en carbone, les procédés industriels à faible teneur en carbone, la rénovation et la construction de bâtiments à consommation énergétique nette zéro, l'industrie maritime et l'espace".

Ceci est antérieur au noyau franco-allemandmanifestepour une politique industrielle "adaptée au XXIe siècle", qui met l'accent sur la création de "champions européens", la modification des règles en matière d'aides d'État et de concurrence afin de permettre un contrôle/une intervention politique plus importants et un filtrage des investissements étrangers. Cette démarche a été motivée par la décision de Margarethe Vestager contre la fusion des activités ferroviaires d'Alstom et de Siemens, mais elle va bien au-delà.

Avant sa présidence, et avant le sommet européen de printemps de mars 2019, le gouvernement finlandais a invité 16 autres États membres à se joindre à lui pourla fixation des prioritéspour les cinq prochaines années, y compris l'adhésion à l'union des marchés des capitaux et des économies vertes et des données, dans l'optique ultime d'une Union "plus autonome". Il est intéressant de noter que les participants/signataires étaient un mélange différent de la précédente déclaration de stratégie industrielle, comprenant cette fois-ci l'A8 d'Europe centrale et orientale (mais pas la Hongrie) et l'Irlande.

Ce processus politique, qui fait suite à un vaste travail de lobbying et de mise en réseau, illustre comment un petit État membre qui a de l'ambition, une approche pro-européenne, des capacités d'innovation et l'adoption précoce d'un rôle d'avant-garde, peut contribuer à définir l'agenda de l'UE. En matière de stratégie industrielle, cet agenda est, comme partout ailleurs, fortement influencé et façonné par les politiques et les intérêts du tandem franco-allemand. L'industrie manufacturière allemande représente 20 % du PIB, tandis que l'industrie manufacturière française représente 17 % de la production économique globale.

Mais l'exemple finlandais montre aussi combien il est vital de former des coalitions avec les grands États membres si l'on veut que les priorités nationales soient approuvées et adoptées au niveau européen. À la fin de l'année dernière, le consensus était que la présidence finlandaise avait, pour cette raison même, obtenu des résultats sur des politiques telles que l'économie circulaire, le climat et l'accord vert européen, qui font partie des éléments essentiels de la stratégie quinquennale de von der Leyen visant à rendre l'UE neutre en carbone d'ici 2050.

Son voisin nordique, le Danemark, a lui aussi contribué à orienter la politique de l'UE dans cette direction en développant ce que lL'OCDE appelle àl'"économie la plus numérisée d'Europe", avec la possibilité de "tirer parti des possibilités offertes par les technologies émergentes" et d'être "un précurseur en matière de croissance verte". Elle a produit 47 % de son électricité à partir du seul vent en 2019 dans un secteur dominé par les fabricants de turbines Vestas et Siemens Gamesa (alors que l'Irlande est sérieusement à la traîne malgré son exposition aux vents). Le Danemark se classe derrière la Suède, la Finlande et la Lettonie pour ce qui est de la part de l'énergie produite à partir de sources renouvelables, selon leles derniers chiffres (2018)d'Eurostat, tandis que le Royaume-Uni et l'Irlande sont à la traîne, avec les Pays-Bas en queue de peloton.

À partir des années 1990, et surtout au début de ce siècle, le modèle danois de "flexicurité" (flexibilité du marché du travail, sécurité sociale, politique active de l'emploi) a amené des milliers de décideurs politiques et de spécialistes dans le pays pour en tirer des leçons pour leur propre société, bien qu'il ne soit plus en vogue aujourd'hui. De même, aujourd'hui, les décideurs politiques affluent en Finlande pour examiner ses bons résultats en matière d'éducation, son expérience du revenu de base universel (RBI) et, de plus en plus, son programme efficace de réduction du nombre de sans-abri. Le modèle suédois defonds des salariésabandonné dans les années 1990, a trouvé de nouveaux adeptes contemporains, ce qui lui permet non seulement d'organiser les entreprises, mais aussi de réduire les inégalités et de réinventer le capitalisme.

Il ressort clairement de ce qui précède qu'une fois de plus, ce sont les pays nordiques sociaux-démocrates et hautement compétitifs qui jouent le plus grand rôle et sont les plus efficaces dans l'élaboration de la stratégie industrielle de l'UE. On peut dire que le modèle irlandais, qui repose largement sur les investissements étrangers directs attirés par des incitations fiscales et qui évite le partenariat social et les investissements dans les infrastructures, est un acteur périphérique en matière de stratégie industrielle - malgré la réussite économique globale. De même, si les pays baltes ont peut-être adhéré aux concepts décrits dans les trois "manifestes" mentionnés ci-dessus, ils ont moins d'influence sur la stratégie industrielle que, par exemple, la politique économique et financière avec leur engagement en faveur du libéralisme et de la rectitude fiscale.

Pour un petit pays comme l'Écosse, qui aspire à devenir un État membre de l'UE indépendant et à part entière, il y a des leçons importantes à tirer. Le gouvernement écossais a identifié quatre domaines clés dans lesquels l'UE doit s'engager, à savoir l'énergie/le changement climatique et l'environnement marin, y compris la pêche. Pourtant, si le pays a fait des progrès louables dans la réalisation des objectifs en matière d'énergies renouvelables et d'émissions, il n'a pas réussi à développer la base industrielle moderne qui génère de la croissance et des emplois dans les secteurs jugés prioritaires par les responsables politiques de l'UE. Une stratégie industrielle plus active au niveau national est une condition sine qua non pour influencer et façonner la politique industrielle européenne et contribuer à créer une Europe compétitive au niveau mondial, plus souveraine et autonome.

 

Cet article a été précédemment publié sur Le Federal Trust