Le modèle italien d'audits énergétiques : Un "cocktail" de bonnes pratiques qui mènent au succès

27 November 2017 par Silvia Zinetti
Le modèle italien d'audits énergétiques : Un "cocktail" de bonnes pratiques qui mènent au succès

L'Italie est en tête des pays vertueux de l'UE pour ce qui est de la réalisation d'audits énergétiques dans les grandes entreprises et les sociétés consommatrices d'énergie. En mars de cette année, j'ai écrit sur la façon dont le modèle italien pourrait libérer le grand potentiel d'efficacité énergétique des PME du pays. Alors que les audits énergétiques sont obligatoires pour les grandes entreprises, l'Italie les exige également pour certaines PME. Les données de 2016 révèlent que 20 % du total des audits énergétiques reçus ont été réalisés par des PME, et montrent que des économies potentielles comprises entre 0,8 Mtep et 1,1 Mtep pourraient être réalisées avec un délai de récupération égal ou inférieur à trois à cinq ans.

 

Le secret du succès italien réside dans l'approche innovante qui comprend un ensemble de bonnes pratiques qui mènent au succès, dont les principaux ingrédients peuvent être identifiés comme étant techniques, financiers, et de communication et de sensibilisation, dit Antonio Panvini, selon l'ENEA. Le système donne un aperçu complet de la performance énergétique du vecteur énergétique (électrique, thermique, vapeur, pour chaque vecteur énergétique.


Contenu complémentaire   #audits énergétiques  #interventions  #assotelecomunicazioni 


"Avec plus de 15 000 diagnostics réalisés par plus de 8 000 entreprises, l'Italie continue d'être au premier rang des pays vertueux de l'UE pour réaliser les audits énergétiques dans les grandes entreprises et les entreprises consommatrices d'énergie, comme l'exige la directive sur l'efficacité énergétique (DEE)"[i].

En mars de cette année, j'ai écrit sur la façon dont le modèle italien pourrait libérer le grand potentiel d'efficacité énergétique des PME du pays. Si les audits énergétiques sont obligatoires pour les grandes entreprises, l'Italie les impose également pour certaines PME.

Les nouvelles données présentées dans le rapport annuel sur l'efficacité énergétique 2017 publié par l'ENEA, l'agence nationale italienne pour les nouvelles technologies, l'énergie et le développement économique durable, confirment que le modèle des audits énergétiques continue de connaître un grand succès en Italie. Les données de 2016 révèlent que 20 % du total des audits énergétiques reçus ont été réalisés par des PME, et montrent que des économies potentielles de 0,8 Mtep à 1,1 Mtep pourraient être réalisées avec une période de récupération égale ou inférieure à trois à cinq ans respectivement .

Quel est le secret de cette réussite ? Nous savons déjà que l'une des clés est que le modèle italien impose aux PME de se soumettre à des audits énergétiques dans le cas où il s'agit d'une entreprise consommatrice d'énergie, et à la mise en œuvre obligatoire des mesures identifiées.

Examinons d'abord quelques données - Résultats en décembre 2016

Selon l'ENEA, un total de 15 154 diagnostics provenant de 8 130 entreprises ont été reçus en décembre 2016, soit une augmentation d'environ 8% par rapport aux données de 2015[ii]. Parmi les entreprises obligées de se soumettre à des audits énergétiques, environ 65% des diagnostics reçus ont été réalisés par des grandes entreprises, tandis que 30% par des entreprises consommatrices d'énergie, dont 20% de PME et 10% de grandes entreprises. Environ 2 % ont été réalisés par des entreprises ayant la norme ISO 50001, et environ 3 % ont été réalisés sur une base volontaire par des entreprises, des municipalités et des consortiums. La figure suivante illustre les pourcentages d'entreprises réalisant des audits énergétiques tels que décrits.

Figure 1 Entreprises réalisant des audits énergétiques (%) par catégorie (Source : élaboration des données de l'ENEA)

Les diagnostics reçus ont montré des économies cumulées potentielles d'environ 1,5 million de tep, dont près de 0,8 million de tep pourraient être réalisées avec un peu plus de 8 000 interventions et une période de remboursement égale ou inférieure à trois ans, tandis que plus de 1,1 million de tep pourraient être réalisés avec environ 14 000 interventions et une période de remboursement égale ou inférieure à cinq ans. Le graphique suivant illustre les interventions progressives et les économies potentielles (Mtep) en fonction du temps de retour sur investissement (années)[iii].

 

Figure 2 Interventions progressives (chiffres) et économies potentielles (Mtep) en relation avec le temps de retour sur investissement (années) (Source : élaboration des données de l'ENEA)

 

Un "cocktail" de bonnes pratiques qui mènent au succès

Le secret de la réussite italienne est de trouver dans l'approche innovante qui comprend un mélange de meilleures pratiques. Le résultat est un "cocktail" de ces meilleures pratiques qui mènent au succès, dont les principaux ingrédients peuvent être identifiés comme étant techniques, financiers, et de communication et de sensibilisation.

 

 

L'ingrédient technique

Supervisé par l'ENEA, l'ingrédient technique comprend des tableaux techniques permanents, des systèmes de responsabilité normalisés et des lignes directrices sectorielles, ainsi qu'une procédure spécifique pour les entreprises multi-sites .

L'ENEA a créé plusieurs tables techniques permanentes avec les parties intéressées (experts du secteur, parties prenantes, CES et association professionnelle) afin d'identifier des solutions efficaces, efficientes et partagées, conformément au décret législatif 102/2014. Les Tables techniques ont présenté une série de propositions qui ont été adoptées par le ministère italien du développement économique (MISE) respectivement en mai et octobre 2015, et en novembre 2016[iv]. De plus, cette approche a permis de sensibiliser les entreprises au respect du délai de présentation de la documentation.

"Pendant la Semaine européenne de l'énergie durable 2017 (EUSEW), l'ENEA et le Comité thermotechnique italien (CTI) ont souligné aux représentants de la Commission européenne le rôle des normes techniques en tant qu'instruments fondamentaux pour atteindre les objectifs visés". .... "L'ENEA et le CTI travaillent à la définition d'une norme européenne sur la conception des mesures d'efficacité énergétique et des plans de surveillance". Antonio Panvini, directeur général de la CTI[v]

Avec les Tables techniques permanentes, l'ENEA a proposé et développé une approche opérationnelle innovante et logique pour articuler l'audit énergétique, et un schéma pour analyser la structure énergétique du site soumis à l'audit. Le schéma donne un aperçu complet de la performance énergétique du site de production, pour chaque vecteur d'énergie (électrique, thermique, vapeur, eau chaude, etc.). Vous trouverez ci-dessous des exemples (version italienne) d'une structure énergétique d'entreprise développée par l'ENEA.

 

Figure 3 Exemple de structure énergétique d'entreprise d'un site de production (Source : EN EA)

 

Figure 4 Exemple de structure énergétique d'entreprise d'un site de production (Source : ENEA)

Grâce à l'analyse des diagnostics reçus, l'ENEA a également élaboré des indices de performance énergétique pour chaque secteur[vi] comme suit :

 

  • Indice de performance énergétique de l'usine (tep/t)
  • Indice de performance énergétique de l'installation par rapport à la consommation d'électricité (tep/t)
  • Indice de performance énergétique de l'usine par rapport au gaz naturel (tep/t)

 

La figure 5 montre un exemple d'indice de performance énergétique développé pour l'usine de fonderie de fer.

 

Figure 5 Exemple d'indice de performance énergétique pour l'usine de fonderie de fer (Source : ENEA)

En collaboration avec plusieurs associations professionnelles italiennes[vii], l'ENEA a élaboré des lignes directrices spécifiques pour chaque secteur, et accessibles à tous. Les lignes directrices ont fourni les informations nécessaires pour remplir les obligations de l'article 8 du décret législatif 102/2014.

L'ingrédient financier

Le gouvernement italien et les régions travaillent ensemble pour soutenir financièrement les audits énergétiques dans les PME. En particulier, le gouvernement, par le décret du 12 mai 2015, a alloué 15 millions d'euros par an jusqu'en 2020 pour cofinancer les programmes des régions et des provinces autonomes visant à soutenir la réalisation d'audits énergétiques ou l'adoption d'un système de gestion de l'énergie conforme à la norme ISO 50001 par les PME qui ne sont pas obligées en vertu de l'article 8 du décret législatif 102/2014[viii]. Les ressources sont allouées aux régions en fonction d'un nombre proportionnel de PME sur leur territoire respectif. Les régions ont l'intention de mettre à disposition 15 millions d'euros supplémentaires, et le total de ces financements devrait couvrir 50% des coûts de réalisation des audits énergétiques. Selon les données de 2015, six régions ont mis à disposition des PME 11,5 millions d'euros à cette fin[ix].

L'ingrédient communication et sensibilisation

L'ENEA a mené la campagne nationale "L'Italie en classe A"[x] pour stimuler l'efficacité énergétique. Il s'agit de la première campagne nationale promue par le ministère italien du développement économique, conformément à l'article 13 du décret législatif 102/2014. L'objectif 1 de la campagne pour l'année 2017 était de sensibiliser et d'encourager les grandes entreprises et les PME à réaliser des audits énergétiques et à utiliser les incitations disponibles pour installer des technologies à haut rendement énergétique. Parmi les nombreuses initiatives, on trouve un site web dédié qui présente toutes les activités promues pendant la campagne. Les associations professionnelles fournissent également un soutien et une communication à leurs membres afin de faciliter et de stimuler les audits énergétiques.

Observations sur le modèle italien d'audits énergétiques

Ces ingrédients fonctionnent bien s'ils sont utilisés ensemble. Un cadre réglementaire approprié, ainsi qu'un soutien technique et financier, non seulement incitent les entreprises à exceller, mais les aident également à respecter leurs délais. Une communication adéquate est essentielle pour garantir la diffusion du message et accroître la sensibilisation. Ce cocktail de meilleures pratiques crée un cercle vertueux qui profite à l'ensemble du secteur, comme le confirme le modèle italien d'audits énergétiques.

Prochaine étape : Libérer le potentiel d'efficacité énergétique

Quel est le montant des investissements nécessaires pour débloquer le potentiel d'économies cumulées de 1,5 Mtep décrit dans les diagnostics ? Cette question et bien d'autres seront abordées dans mon prochain article de suivi, alors restez à l'écoute !

 

Articles connexes

 

Les meilleures idées pour l'efficacité énergétique !

 

Sources

[i] Rapport annuel sur l'efficacité énergétique 2017 (version italienne), ENEA p. 82 [ii] Rapport annuel sur l'efficacité énergétique 2017 (version italienne), ENEA p.82 [iii] Rapport annuel sur l'efficacité énergétique 2017 (version italienne), ENEA p. 92 [iv] www.sviluppoeconomico.gov.it/images/stories/documenti/CHIARIMENTI-DIAGNOSI-14-nov-2016.pdf (version italienne) [v] Rapport annuel sur l'efficacité énergétique 2017 (version italienne), ENEA p. 83 [vi] Lorsque les données n'étaient pas représentatives de la réalité productive, un modèle "valeur médiane ± écart-type" a été utilisé à la place. [vii] Secteur bancaire (ABI Lab), industrie de la céramique (Confindustria Ceramica), industrie du papier (Assocarta), industrie des télécommunications (Assotelecomunicazioni-Asstel), industrie de la distribution (Federdistribuzione), industrie immobilière (Assoimmobiliare), industrie du verre (Assovetro), industrie de la fonderie (Assofond). [viii] www.sviluppoeconomico.gov.it/index.php/it/normativa/decreti-interministeriali/2037332-decreto-interministeriale-8-novembre-2017-bando-2017-per-il-cofinanziamento-delle-diagnosi-energetiche-nelle-pmi [ix] Rapport annuel sur l'efficacité énergétique 2017 (version italienne), ENEA p. 34 [x] www.italiainclassea.enea.it/home.aspx