Nouvel enregistrement des contrats de performance énergétique (CPE) dans les comptes publics

08 October 2017 par Rod Janssen
Nouvel enregistrement des contrats de performance énergétique (CPE) dans les comptes publics

Eurostat a publié de nouvelles orientations sur l'enregistrement des contrats de performance énergétique dans les comptes publics. Cela pourrait avoir un impact important sur les investissements en efficacité énergétique dans le secteur public. Les projets EPC peuvent également inclure des services supplémentaires liés à la fourniture d'énergie efficace. Le projet "Investor Confidence Project Europe" vise à débloquer l'accès au financement pour les marchés du bâtiment, de l'industrie, de l'énergie de quartier et de l'éclairage public en normalisant la manière dont les projets d'efficacité énergétique sont élaborés, documentés et mesurés. La normalisation à l'aide des meilleures pratiques définies par l'ICP réduit le risque pour les investisseurs en ce qui concerne le résultat prévu d'un projet d'efficacité énergétique. Les nouvelles orientations pour les CPE peuvent être un

un moyen important de l'intégrer à l'approche IPC, et l'énergie de quartier, dans une moindre mesure, impliquer les organismes publics. Il est important d'accroître la prise de conscience de la façon dont les CPÉ peuvent aider les décisions d'investissement pour les CPI. Ces facteurs ouvrent la porte aux PCI peuvent également réduire les coûts de transaction. et au PCI.


Contenu complémentaire   #projets de développement  #projets epc  #efficacité énergétique 


Nouvel enregistrement des contrats de performance énergétique (CPE) dans les comptes publics

Récemment, Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne, a publié de nouvelles orientations sur l'enregistrement des contrats de performance énergétique dans les comptes des administrations publiques. La plupart de ces investissements concernent la demande d'énergie, mais les projets de CPE peuvent également inclure des services supplémentaires liés à l'efficacité de l'approvisionnement en énergie.

Selon la directive sur l'efficacité énergétique 2012/27/UE (EED), un contrat de performance énergétique "désigne un arrangement contractuel entre le bénéficiaire et le fournisseur d'une mesure visant à améliorer l'efficacité énergétique, vérifié et contrôlé pendant toute la durée du contrat, dans le cadre duquel les investissements (travaux, fournitures ou services) dans cette mesure sont payés en fonction d'un niveau d'amélioration de l'efficacité énergétique convenu par contrat ou d'un autre critère de performance énergétique convenu, tel que les économies financières".

Lentement mais sûrement, les contrats de performance énergétique ont gagné en importance alors que les décideurs politiques et les investisseurs cherchent des moyens d'assurer un meilleur flux de financement. Pour l'Union européenne, cela a commencé avec la directive SAVE en 1993, dont l'article 4 stipule "Les États membres élaborent et mettent en œuvre des programmes visant à permettre le financement par des tiers des investissements en matière d'efficacité énergétique dans le secteur public. Aux fins de la présente directive, on entend par "financement par des tiers" la fourniture globale de services d'audit, d'installation, d'exploitation, d'entretien et de financement pour un investissement dans l'efficacité énergétique, le recouvrement du coût de ces services étant subordonné, en tout ou en partie, au niveau des économies d'énergie"[1], qui a été remplacée plus de dix ans plus tard, mais qui a amené les États membres à évaluer activement le rôle que le financement par des tiers et les contrats de performance énergétique pourraient jouer dans le secteur public.

Nouvelles orientations d'Eurostat

Alors que des orientations avaient été publiées il y a quelques années, il est bon de voir qu'Eurostat a publié de nouvelles orientations en septembre. La note d'orientation révisée clarifie les règles comptables appliquées au traitement des contrats de performance énergétique. Elle fait suite aux travaux déjà entrepris par Eurostat pour clarifier les règles comptables applicables aux différents types d'investissements publics, notamment le Guide du traitement statistique des partenariats public-privé publié l'année dernière.

Les contrats de performance énergétique dans le secteur public offrent une solution pratique pour rendre les bâtiments publics et autres infrastructures publiques plus efficaces sur le plan énergétique, car l'investissement initial peut être couvert par un partenaire privé et remboursé par des économies d'énergie garanties. Cependant, il est fréquent que ce type de contrat contienne simultanément des éléments d'un contrat de location, de service, de bail, d'achat ou de prêt, ce qui rend son enregistrement complexe. À la demande des États membres, Eurostat a travaillé avec les instituts nationaux de statistique (INS) pour réfléchir à l'enregistrement le plus approprié des CPE dans les comptes des administrations publiques.

La note d'orientation d'Eurostat sur le traitement comptable des EPC augmente considérablement les possibilités pour les organismes publics d'utiliser de tels contrats, en incluant et en clarifiant les circonstances dans lesquelles ces contrats peuvent être enregistrés hors bilan des administrations publiques. Elle ouvre également la voie au développement d'un marché plus solide de fournisseurs de CPE, impliquant de nombreuses PME. Selon les données recueillies par le Centre européen d'expertise en matière de PPP (EPEC), au cours des cinq dernières années, 345 nouveaux projets de partenariat public-privé concernant la performance énergétique ont été signés dans 16 États membres de l'UE, pour une valeur totale de plus de 65 milliards d'euros.

Les CEP où l'efficacité énergétique est obtenue par des mesures de gestion de l'énergie, sans aucun investissement dans l'ajout ou le renouvellement d'équipements, sont traités comme de simples contrats de service ou de maintenance. Ces orientations révisées sont appliquées dans les cas où le contractant du CPE peut être considéré comme le propriétaire économique de l'actif, lorsque les CPE nécessitent une dépense d'investissement initiale pour améliorer l'efficacité énergétique d'une installation.

Qu'est-ce que cela signifie pour la nouvelle phase du projet de confiance des investisseurs pour l'industrie, l'énergie de quartier et l'éclairage public ?

Le projet européen pour la confiance des investisseurs, financé par la Commission européenne, est conçu pour ouvrir l'accès au financement pour les marchés du bâtiment, de l'industrie, de l'énergie de quartier et de l'éclairage public en normalisant la manière dont les projets d'efficacité énergétique sont élaborés, documentés et mesurés. La normalisation à l'aide des meilleures pratiques définies par le PCI réduit le risque pour les investisseurs en ce qui concerne le résultat prévu d'un projet d'efficacité énergétique. Elle réduit également le temps et les compétences nécessaires aux investisseurs pour effectuer une vérification préalable de chaque projet individuel. Enfin, elle réduit les coûts de transaction. Ces facteurs ouvrent la voie à une augmentation des capitaux pour financer de tels projets ou refinancer les investissements des promoteurs de projets et des ESCO.

L'éclairage public, dans une large mesure, et l'énergie de quartier, dans une moindre mesure, impliquent des organismes publics. Les nouvelles orientations pour les CPE peuvent être un moyen important de les intégrer à l'approche IPC, car les CPE peuvent certainement être utilisés pour des projets IPC.

La Commission européenne a déjà financé un projet portant sur l'éclairage public et les CPE. Ce projet est important pour faire connaître la manière dont les CPE peuvent aider à prendre des décisions d'investissement pour la modernisation de l'éclairage.

Bref résumé du PCI

Le PCI (Projet européen pour la confiance des investisseurs) fournit un cadre standardisé pour le développement de projets d'efficacité énergétique afin de réduire l'incertitude pour les clients et les investisseurs - pour aider à augmenter le nombre de projets et le marché du financement de l'efficacité énergétique.

ICP repose sur deux fondements :

  1. Le cadre du PCI Le cadre du PCI rassemble les meilleures pratiques et les normes techniques existantes dans un ensemble de protocoles qui définissent une feuille de route claire pour développer des projets, déterminer les estimations d'économies, et documenter et vérifier les résultats.
  2. Certification indépendante par une tierce partie L'Investor Ready Energy du PCI Efficiency™ (IREE™) est une certification internationale qui garantit que les meilleures pratiques, les bons professionnels et la validation par une tierce partie sont utilisés pour réaliser des projets de haute qualité sur lesquels vous pouvez compter.

Où en sommes-nous aujourd'hui ?

Le projet actuel du PCI pour l'industrie, l'énergie de quartier et l'éclairage public a débuté en mai 2017. La première phase concerne l'industrie, mais la phase suivante sur l'énergie de quartier et l'éclairage public commencera début 2018. La phase de l'industrie comprend l'élaboration des protocoles en tirant parti de l'expertise d'un grand groupe d'experts et en testant ensuite le système par le biais de projets pilotes.

Bientôt, le PCI mettra en place des forums techniques distincts pour l'énergie de quartier et pour l'éclairage public afin de contribuer à l'élaboration des protocoles. Si vous souhaitez participer à ces forums, veuillez consulter notre site web. Nous aimerions également connaître votre réaction aux orientations d'Eurostat sur les CPE et savoir si vous y voyez une avancée majeure pour aider à accroître les investissements dans l'énergie de quartier et l'éclairage public.

Veuillez consulter notre site web pour mieux comprendre notre approche.

Pour plus d'informations ou pour nous faire part de vos réactions sur les orientations d'Eurostat, veuillez me contacter à l'adresse rod.janssen(at)ee-ip.org.

 

1] En 2000, une évaluation de la directive 93/76 a été préparée, mais n'a pas été publiée, pour ce qui est maintenant la DG Énergie.

 

Articles connexes