Politique et réglementation Finance

Réflexions sur la récente plénière du EEFIG 2020

07 mai 2020 par Rod Janssen
Réflexions sur la récente plénière du EEFIG 2020

Le 18 février, le Groupe des institutions financières pour l'efficacité énergétique (E EFIG) a tenu sa session plénière annuelle à Bruxelles. L'EEFIG a été créé en 2013 par la Direction générale de l'énergie de la Commission européenne (DG Énergie) et l'Initiative financière du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE FI) dans le but de créer un dialogue ouvert et une plate-forme de travail. Les fondateurs ont estimé que la création de l'EEFIG représente la première fois qu' une telle plateforme de dialogue et de travail a été établie entre la Commission et le secteur financier sur le thème du financement de l'efficacité énergétique.

 

 

 

La séance plénière a été conçue pour offrir aux participants une combinaison de discours d'ouverture sur les plus récents développements politiques et de marché, de discussions de haut niveau sur les questions actuelles de financement de l'efficacité énergétique et de mises à jour sur les activités en cours et prévues de l'EEFIG.

 

 

 

La première phase s'est achevée par la remise d'un rapport contenant des recommandations aux institutions européennes, aux gouvernements et au secteur financier sur la manière d'aller de l'avant pour garantir un financement suffisant de l'efficacité énergétique, pour faire en sorte que le secteur financier soit mieux à même d'évaluer et de soutenir les mesures d'efficacité énergétique et pour surmonter les obstacles qui, à n'importe quel stade du cycle de projet, entravent les investissements nécessaires. Ces recommandations pour 2015 sont encore en cours d'examen et constituent la base du programme de travail.

 

 

 

La deuxième phase s'est inspirée de certaines des recommandations pour soutenir principalement les institutions financières par la création d'une base de données open source pour le suivi et l'évaluation comparative des performances des investissements en matière d'efficacité énergétique (la plate-forme de l'EEFIG pour l'efficacité énergétique sans risque ou "DEEP"). Il y a également eu l'élaboration d'un cadre commun, accepté et normalisé de souscription et d'investissement pour les investissements dans l'efficacité énergétique (le guide de souscription de l'EEFIG - cadre d'évaluation de la valeur et des risques pour le financement et les investissements dans l'efficacité énergétique).

 

 

 

Avec la troisième phase, les objectifs ont été élargis en grande partie parce que les objectifs à long terme de l'UE en matière d'efficacité énergétique sont devenus plus ambitieux. Une telle ambition exige des actions à de nombreux niveaux pour garantir que des mesures suffisantes sont financées et mises en œuvre. Avec le "Green Deal" européen, il sera d'autant plus nécessaire que toutes les parties prenantes intensifient leur engagement en faveur d'une plus grande efficacité énergétique.

 

 

 

Tous les participants à la plénière savaient que le contexte changeait et qu'ils devraient se pencher sur ce que leur propre organisation peut faire pour soutenir l'effort global. S'ils n'étaient pas convaincus lorsqu'ils sont entrés dans la salle, ils auraient dû l'être lorsqu'ils sont sortis.

 

 

 

Les messages de bienvenue de Claudia Canevari de la DG Energie et d'Eric Usher de l'UNEP FI ont été suivis par deux importants orateurs.

 

 

 

Hans Van Steen, directeur par intérim des énergies renouvelables, de la recherche et de l'innovation, de l'efficacité énergétique à la DG Énergie, a planté le décor en expliquant que le Green Deal est maintenant sur la table et qu'il établit des objectifs clairs de neutralité carbone. Il a souligné qu'il s'agit d'une transition. Le défi pour la communauté de l'efficacité énergétique est que la consommation d'énergie de l'Europe doit être réduite de moitié et qu'un investissement significatif (environ 250 milliards d'euros par an) est nécessaire. Cela signifie que l'investissement dans l'efficacité énergétique doit être intégré et il a expliqué une partie du soutien disponible par l'intermédiaire de l'Union européenne. Enfin, il a souligné que le Green Deal est une transformation sociétale. On ne le soulignera jamais assez.

 

 

 

Le deuxième orateur principal était Andrew McDowell, vice-président de la Banque européenne d'investissement. La banque a vécu sa propre transition et s 'est positionnée comme la Banque européenne pour le climat. M. McDowell a expliqué comment la banque a élaboré une nouvelle politique de prêt dans le domaine de l'énergie en 2019, en commençant par un engagement majeur en faveur de l'efficacité énergétique. Il a laissé aux participants six observations tournées vers l'avenir :

 

  1. Une dette bon marché ne suffit pas, nous avons besoin d'un cadre politique solide (tarification du carbone et normes de construction ;
  2. Nous devons trouver des moyens plus efficaces de combiner subventions et dettes, en particulier pour les propriétaires ;
  3. Nous devons développer le marché des ESCO et cela nécessite un soutien politique, notamment de la part des ministères des finances ;
  4. Nous avons besoin de champions de l'efficacité énergétique au sein de toutes les institutions financières ;
  5. Nous avons besoin d'un soutien consultatif doté de ressources suffisantes ; et
  6. Nous devons rouvrir le marché de la titrisation en Europe, en particulier pour les prêts hypothécaires verts (GRMBS).

 

 

 

Il y a eu deux groupes de discussion. La première, animée par Peter Sweatman, rapporteur de l'EEFIG, portait sur les travaux en cours et prévus des groupes de travail de l'EEFIG, notamment sur la taxonomie et l'étiquetage vert, les meilleures pratiques financières, les avantages multiples et les indicateurs de performance énergétique au niveau des actifs. La plupart des travaux, à l'exception de la taxonomie, n'en sont qu'à leurs débuts. Les activités du groupe de travail sur l'industrie n'ont pas été incluses dans la plénière car il n'en était qu'au début de la mise en œuvre. Les résultats de tous les groupes de travail seront utilisés par les institutions européennes, les institutions financières et d'autres parties prenantes pour renforcer la voie à suivre.

 

 

 

Le deuxième groupe, animé par Carel Cronenberg de la BERD, a porté sur le rôle de l'efficacité énergétique dans le contexte des actions des IF visant à décarboniser leurs portefeuilles. Le panel comprenait des représentants de quatre institutions financières :

 

  • Karen Degouve de Natixis,
  • Murray Birt du DWS Asset Management,
  • Sasja Beslik de J. Sofra Sarasin Asset Management et
  • Itske Lulof de la Banque Triodos.

 

Sasja Beslik a indiqué que dans une enquête menée auprès de 3000 entreprises de l'UE, seules 170 d'entre elles étaient en accord avec l'accord de Paris sur le climat. Cela donne une idée du défi à relever, mais les membres du panel ont également expliqué ce que fait leur institution et comment elle peut se développer.

 

 

 

Peter Sweatman, rapporteur de l'EEFIG, a présenté les résultats d'une enquête menée à l'automne dernier auprès des membres de l'EEFIG. L'enquête a montré le niveau d'intérêt des membres et les résultats sont utilisés par la Commission, en particulier, car elle recommande de nouvelles activités et de nouveaux groupes de travail dans le cadre de l'EEFIG.

 

 

 

Diana Barglazan, chef d'équipe de l'unité efficacité et politique énergétiques de la DG Énergie, a clôturé la réunion en exprimant sa gratitude pour tous les intervenants et toutes les interventions des participants.

 

 

 

La réunion s'étant terminée, comme d'habitude, beaucoup ont dû se précipiter vers d'autres réunions. Oui, c'est Bruxelles. Mais il était encourageant de voir que les nombreux participants restés, et dans des groupes de différentes tailles, ont continué à réfléchir sur les points qu'ils avaient entendus. La plate-forme de dialogue lancée il y a sept ans a montré qu'elle est plus nécessaire que jamais si nous voulons relever le défi du Green Deal européen.

 

 

 

 

 

Rod Janssen est président de l'Efficacité énergétique dans les processus industriels, membre de l'EEFIG, et membre du consortium chargé de la mise en œuvre de la troisième phase de l'EEFIG

 


À propos de Rod Janssen

Janssen

Rod Janssen est le président de l'Efficacité énergétique dans les processus industriels (EEIP). Rod est également membre de divers groupes de pilotage et conseils tels que le groupe de pilotage du PCI Europe, le conseil consultatif du SEIF et le conseil de l'ECEEE.


Contenu complémentaire