Tourbillon : Processus d'approbation du paquet "énergie propre" de la Commission européenne

22 March 2017 par Rod Janssen
Tourbillon : Processus d'approbation du paquet "énergie propre" de la Commission européenne

Le paquet de la Commission européenne sur l'énergie propre - ou paquet "hiver" - produit un tourbillon d'activité dans son processus d'approbation. Certaines questions critiques sont liées au processus d'approbation du paquet. De l'objectif non contraignant actuel de 27%, la Commission a proposé un objectif contraignant plus rigoureux de 30% d'économies d'ici 2030. Le Parlement européen soutient ce type d'objectif, mais il semble que le Conseil (représentant les États membres) soit beaucoup moins ambitieux. Il s'agit d'une excellente base pour exploiter l'opportunité de faire de l'efficacité une priorité en faisant des consommateurs une priorité. C'est l'occasion de placer l'amélioration de l'efficacité énergétique au centre

à Bruxelles, dans toute l'Europe. Il s'agit de jeter les bases de notre transition énergétique à faible émission de carbone. La communauté des défenseurs (lobbyistes professionnels et groupes environnementaux) doit également s'approprier l'ensemble des thèmes et des propositions. La Commission doit être félicitée pour le paquet de mesures, qui est un processus qui devrait impliquer des personnes bien au-delà de Bruxelles, et qui pose les bases - LES bases.


Contenu complémentaire   #rénovation  #initiatives  #europes 


Le tourbillon du paquet hivernal de Bruxelles

Le paquet "énergie propre" - ou "hiver" - de la Commission européenne produit un tourbillon d'activités dans son processus d'approbation. Je l'ai vu de mes propres yeux au cours des dernières semaines, lors de réunions, d'ateliers et de conférences, en examinant les analyses d'impact, en abordant le financement de l'efficacité énergétique et en discutant du rôle central des consommateurs dans le paquet "hiver". Cela a suffi pour concurrencer même l'obsession bruxelloise pour Brexit.

Le processus d'approbation du paquet soulève des questions cruciales.

L'objectif: Il existe des divergences sur l'objectif. Par rapport à l'objectif non contraignant actuel de 27 %, la Commission a proposé un objectif contraignant plus rigoureux de 30 % d'économies d'ici 2030. Si le Parlement européen soutient ce type d'objectif, il semble que le Conseil (représentant les États membres) soit beaucoup moins ambitieux. D'après des éléments récents, tels que les analyses d'impact examinées lors d'un atelier organisé par LeonardoEnergy, il semble qu'un objectif ambitieux soit nécessaire. Mais quel que soit l'objectif, ce qui m'inquiète, c'est la part qui sera accordée à l'efficacité énergétique pour l'atteindre. Il faut espérer que l'on apprécie de plus en plus la contribution essentielle que l'amélioration de l'efficacité énergétique peut apporter aux obligations de l'UE dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat de 2015.

L'efficacité d'abord: La discussion sur les objectifs, et sur la manière de les atteindre, devrait faire référence à l'engagement de l'Union européenne en faveur de l'efficacité d'abord, qui a essentiellement fixé l'efficacité énergétique comme premier filtre pour toutes les politiques énergétiques. Selon leProjet d'assistance à la réglementation (RAP), "il donne la priorité aux investissements dans les ressources d'efficacité côté client (y compris l'efficacité énergétique au niveau de l'utilisation finale et la réponse à la demande) chaque fois qu'ils coûteraient moins cher ou apporteraient une plus grande valeur ajoutée que l'investissement dans les infrastructures énergétiques, les combustibles et l'approvisionnement uniquement".

Je tiens à être rassuré sur le fait que les autres directives en cours de révision (énergies renouvelables, gouvernance et marché intérieur de l'électricité) ainsi que les initiatives qui les accompagnent, ont été élaborées selon le principe de l'efficacité d'abord. Je l'espère, mais je suis pour l'instant sceptique.

Ducôté de l'industrie, on considère que le principal moteur de l'efficacité énergétique est le système d'échange de quotas d'émission de l'UE. Mais, selon des analyses récentes discutées à Bruxelles, le SCEQE ne permet pas réellement d'atteindre l'efficacité énergétique. Pourtant, le paquet de l'hiver ne propose pratiquement aucune mesure d'efficacité énergétique pour l'industrie. Il semble qu'il y ait une lacune.

Rénovation des bâtiments: Les fiches d'information qui accompagnaient le paquet d'hiver indiquaient que "Les changements proposés par la Commission dans la directive sur l'efficacité énergétique et la directive sur la performance énergétique des bâtiments visent à accélérer le taux de rénovation des bâtiments existants en vue de décarboniser le parc immobilier d'ici le milieu du siècle". Il n'est pas évident de savoir comment cela va se faire. Si des initiatives telles que le financement intelligent pour les bâtiments intelligents sont les bienvenues, elles ne semblent pas accélérer les rénovations profondes à l'échelle nécessaire. Comme l'a fait valoir l'Energy Advice Exchange (EAE), sans conseils efficaces en matière d'énergie, les consommateurs n'entreprendront pas de rénovations importantes dans le domaine de l'efficacité énergétique. Les États membres sont tenus de préparer des stratégies de rénovation (d'abord dans le cadre de la directive sur l'efficacité énergétique et maintenant dans celui de la directive sur la performance énergétique des bâtiments), mais il n'y a pas d'obligation de mettre en œuvre ces stratégies. Une étude récente de l'EAE a montré que de nombreux États membres (sinon la plupart) n'ont même pas utilisé ces stratégies comme documents de consultation lors des discussions avec les parties prenantes nationales.

Un paquet d'énergie propre centré sur le consommateur: Chaque page du paquet d'hiver est axée sur les besoins des consommateurs. C'est une initiative bienvenue et attendue depuis longtemps. Une récente conférence organisée par le BEUC, l'organisation européenne des consommateurs, a examiné le paquet "énergie propre" du point de vue des compteurs intelligents, de la possibilité pour les consommateurs de changer de fournisseur, des questions de regroupement et de la protection des consommateurs. Si ces mesures sont certainement toutes importantes, le rôle des consommateurs dans les stratégies de rénovation n'a pas été abordé (bien qu'il ait finalement été évoqué). Les paquets de financement et un certificat de performance énergétique de la directive EPBD, bien qu'utiles, ne suffiront pas à encourager les consommateurs à investir dans des rénovations ambitieuses en matière d'économie d'énergie. Un paquet hivernal qui met le consommateur au premier plan devra lui apporter beaucoup plus d'aide et d'encouragement si l'on veut réaliser d'importantes économies d'énergie.

Le processus: Il est frustrant de constater que dans la directive sur l'énergie et la directive sur les économies d'énergie, si peu d'articles ont été ouverts à la révision. Cela n'a guère de sens si les premiers principes - l'efficacité d'abord - sont mis en œuvre et lorsque l'efficacité énergétique est sur le point de jouer enfin le rôle qu'elle devrait jouer dans nos stratégies de réduction du carbone.

Le Conseil et le Parlement ont un travail important à accomplir pour examiner et réfléchir à l'analyse des analyses d'impact et aux propositions de révision des directives. La communauté des défenseurs de l'environnement (lobbyistes professionnels et groupes environnementaux) doit également se pencher sur l'ensemble des thèmes et propositions soulevés par la Commission.

La Commission doit être félicitée pour ce paquet. Cette approche holistique et intégrée n'a jamais eu lieu auparavant. C'est une excellente base sur laquelle s'appuyer.

L'occasion se présente maintenant de faire passer l'efficacité avant tout en faisant passer les consommateurs avant tout. C'est l'occasion de placer l'amélioration de l'efficacité énergétique au centre des stratégies d'atténuation des émissions de carbone après Paris.

C'est un processus qui devrait impliquer des personnes bien au-delà de Bruxelles, dans toute l'Europe. Il s'agit de jeter les bases - LES bases - de notre transition vers une énergie à faible émission de carbone qui résonnera pendant de nombreuses années. Nous n'avons pas beaucoup d'occasions de prendre des mesures aussi importantes. Elle mérite toutes les critiques positives qui contribueront à un paquet hivernal plus solide et plus efficace.

 

Plus de détails sur l'industrie et le "paquet hiver" de l'UE dans mes derniers blogs

  1. Ce que le "paquet hiver" de l'UE signifie pour l'industrie
  2. Où en est l'industrie dans le traitement des obligations de l'Europe en matière de climat et d'énergie ?