Système d'échange de quotas d'émission - ETS Finance

L'industrie sidérurgique européenne et la nécessité de décarboniser

19 août 2020 par Rod Janssen
L'industrie sidérurgique européenne et la nécessité de décarboniser

Un article récent de Ben Jones dans le Financial Times (L'industrie sidérurgique européenne a besoin d'un plan crédible pour passer au vert(6 août 2020) a discuté des problèmes que rencontre l'industrie de l'acier pour réduire son empreinte carbone. Les coûts sont prohibitifs. ArcelorMittal , le plus grand producteur d'acier européen, a averti que la décarbonisation de ses activités coûterait jusqu'à 40 milliards d'euros. Des appels à l'aide publique ont été lancés. Comme l'explique M. Jones, le niveau des dépenses d'investissement va au-delà d'une industrie aux prises avec des marges étroites et de lourdes dettes. Il poursuit en disant qu'"un passage aux technologies à faible teneur en carbone nécessiterait probablement un prix du carbone aujourd'hui d'au moins 100 dollars par tonne de C02 pour favoriser un passage aux technologies de production d'acier à faible teneur en carbone".

 

 

 

M. Jones se demande si les consommateurs vont exiger de l'acier "plus vert" et s'ils seront prêts à payer pour cela. À l'heure actuelle, il n'existe pas de marché pour les produits à faible teneur en carbone et ces produits sont souvent vendus dans le cadre d'une chaîne de fabrication ou intégrés à des produits. Tout cela rend la situation pour le moins compliquée.

 

 

 

Quel est le rôle du gouvernement ? Des subventions sont nécessaires sous une forme ou une autre. M. Jones souligne également que la Commission européenne prévoit désormais d'"uniformiser les règles du jeu" en imposant un droit de douane sur le carbone contenu dans l'acier importé. Sans aucun doute, il y a un équilibre délicat à trouver dans l'intérêt des consommateurs et des producteurs.

 

 

 

EUROFER, l'association qui représente l'industrie sidérurgique européenne, a présenté en février sa propre position sur la décarbonisation et ce qu'elle attend des décideurs politiques. En ce qui concerne le financement, elle a déclaré "Les producteurs d'acier de l'UE doivent non seulement faire face aux coûts de mise en conformité avec le SCEQE (25 euros par tonne de CO2 en octobre 2009), mais aussi à l'intégralité des coûts de réduction. Ces coûts peuvent être plus de dix fois supérieurs au coût de mise en conformité actuel par tonne de CO2 réduite. Les marchés de l'acier ne toléreront pas la répercussion des coûts respectifs et un cadre juridique global doit donc traiter ces deux questions".

 

 

 

Il ne fait aucun doute qu'il y aura des choix difficiles à faire, mais la décarbonisation ne doit pas se poursuivre.

 

 

 

Il existe des initiatives qui aideront.

 

 

 

En mars 2020, la Commission a publié sa stratégie industrielle. Il y aura "des mesures globales pour moderniser et décarboniser les industries à forte intensité énergétique, soutenir les industries de mobilité durable et intelligente, promouvoir l'efficacité énergétique, renforcer les outils actuels de lutte contre les fuites de carbone et garantir un approvisionnement suffisant et constant en énergie à faible teneur en carbone à des prix compétitifs". La stratégie comprend une stratégie spécifique pour les petites et moyennes entreprises (PME) qui vise à réduire les formalités administratives et à aider les nombreuses PME européennes à faire des affaires sur le marché unique et au-delà, à accéder au financement et à montrer la voie de la transition vers le numérique et l'écologie.

 

 

 

La promotion de l'efficacité énergétique industrielle en Europe n'est pas en reste. Le Groupe des institutions financières pour l'efficacité énergétique (EEFIG ) a récemment tenu sa première réunion de groupe de travail sur l'industrie, dont je suis le chef d'équipe. Au cours des deux prochaines années, ce groupe de travail évaluera les pratiques industrielles en matière d'efficacité énergétique, identifiera et évaluera les principaux obstacles et moteurs de l'amélioration de l'efficacité énergétique dans l'industrie, identifiera les meilleures pratiques et fournira des recommandations à la DG ENERGIE sur les outils et instruments politiques susceptibles d'être les plus efficaces pour accroître les investissements dans l'efficacité énergétique dans l'industrie. Le groupe de travail se penchera sur divers aspects de l'efficacité énergétique dans les industries à forte intensité énergétique et dans les PME industrielles ainsi que dans les industries à faible intensité énergétique. Il est important de noter que ce groupe dynamisera les parties prenantes.

 

 

 

 

 

La Commission européenne a également soutenu des projets visant à tester de nouvelles technologies et techniques pour améliorer les performances énergétiques. RETROFEED n'est qu'un exemple parmi d'autres. Il propose un ensemble de mesures intéressantes. L 'objectif principal de RETROFEED est de permettre l'utilisation d'une matière première de plus en plus variable, biologique et circulaire dans les industries de transformation grâce à la modernisation des équipements de base et à la mise en œuvre d'un système de surveillance et de contrôle avancé, et de fournir un soutien aux opérateurs des usines au moyen d'un système d'aide à la décision (DSS) couvrant la chaîne de production. D'importants investissements seront consentis pour tester le système dans différents sous-secteurs industriels. Il est important de noter que deux des six sites de démonstration se trouvent dans le secteur de l'acier.

 

 

 

Pour plus d'informations sur RETROFEED, veuillez contacter

 

 

 

- Dr Ana Isabel Gonzalez Espinosa (CIRCE - Coordinatrice du projet RETROFEED)aigonzalez(at)fcirce.es

 

- Dr Diego Redondo Taberner (CIRCE - Responsable du projet RETROFEED)dredondo(at)fcirce.es

 

- Mme Marianna Santavenere (EEIP - RETROFEED Communication and Dissemination)marianna.santavenere(at)ee-ip.org

 

 

 


À propos de Rod Janssen

Janssen

Rod Janssen est le président de l'Efficacité énergétique dans les processus industriels (EEIP). Rod est également membre de divers groupes de pilotage et conseils tels que le groupe de pilotage du PCI Europe, le conseil consultatif du SEIF et le conseil de l'ECEEE.


Contenu complémentaire