Les leçons d'un passé lointain sur la façon de réduire la demande d'énergie

13 September 2022 par Dr. Steven Fawkes
Les leçons d'un passé lointain sur la façon de réduire la demande d'énergie

La sécurité énergétique n'est pas une question nouvelle. Nous avons connu les crises pétrolières de 1973 et 1979. Cette fois-ci, c'est une bonne chose qu'il y ait eu une action concertée, au moins dans l'UE, pour réduire la dépendance au gaz russe. L'amélioration de l'efficacité énergétique a toujours été et reste l'une des mesures les plus efficaces et potentiellement les plus rapides.

L'un des éléments vraiment efficaces qui est apparu est la quantité de gaz que la plupart des foyers gaspillent, même les millions qui sont équipés de chaudières à condensation. À tout moment, le potentiel rentable de réduction de l'énergie est probablement de 25 à 30 % - et cela n'a jamais changé, c'est une question de " relâchement " du système.


Contenu complémentaire   #sécurité énergétique  #gestion de l'énergie  #chaudières à condensation 


La guerre en Ukraine, qui semble désormais devoir durer longtemps, est l'une des menaces les plus importantes auxquelles nous sommes confrontés. Il est fondamental d'empêcher, ou dans ce cas, de corriger, l'annexion illégale d'un pays souverain par un autre pays et si la Russie s'en sort, l'Europe et le monde deviendront plus dangereux. Comme chacun sait, la Russie ne peut agir de la sorte qu'en raison des énormes rentrées d'argent qui résultent de la vente de gaz à l'Europe. J'ai écrit sur la sécurité énergétique à plusieurs reprises en 2013/14 - notamment lorsque la Russie a envahi la Crimée. Je pense qu'à l'époque, l'Europe envoyait à la Russie plus de 0,5 milliard d'euros par jour (par jour !) en échange de fournitures de pétrole et de gaz. Imaginez un peu une pile d'un demi-milliard d'euros emportée vers la Russie, (je sais que cela se fait électroniquement dans la réalité).

 

Bien sûr, la sécurité énergétique n'est pas un problème nouveau. Nous avons connu les crises pétrolières de 1973 et 1979 qui ont mis en évidence la dépendance au pétrole du Moyen-Orient. Le commerce est généralement une bonne chose, mais en étant dépendant de l'énergie, un pays réduit ses degrés de liberté d'action. L'amélioration de l'efficacité énergétique a toujours été et reste l'un des leviers les plus puissants, et potentiellement les plus rapides, dont nous disposons pour réduire la dépendance énergétique. L'augmentation de la production nationale d'énergie, quelle qu'en soit la source, est évidemment l'autre levier.

 

L'UE, par le biais de son initiative RepowerEU, vise à réduire la consommation de 15 % d'ici mars 2023. Pour une raison quelconque, le Royaume-Uni est presque le seul à ne pas réagir à la guerre en Ukraine par un programme visant à encourager, voire à imposer, les économies d'énergie, alors qu'au Royaume-Uni, 38 % du gaz est utilisé pour le chauffage domestique et que nous nous dirigeons vers un hiver très rude qui verra des millions de personnes et d'entreprises incapables de payer leur facture énergétique. Pourtant, le gouvernement refuse de donner le moindre conseil et se contente de publier des communiqués de presse anodins affirmant que les approvisionnements ne sont pas menacés.

 

L'une des choses vraiment efficaces et intéressantes qui est apparue est la quantité de gaz que la plupart des foyers gaspillent, même les millions qui ont des chaudières à condensation. Lorsque les chaudières à condensation ont été introduites, elles ont été vendues, et finalement rendues obligatoires, pour des raisons d'économie d'énergie. Or, il s'avère - sans surprise - que la plupart d'entre elles n'ont pas été réglées correctement et gaspillent 6 à 8 % de gaz. Ce gaspillage peut être évité en abaissant la température de départ, voir ici pour plus de détails.

 

Cette conversation sur les températures de départ des chaudières, dont je suis heureux de voir qu'elle se traduit par des actions, nous rappelle qu'une bonne gestion de l'énergie (pour les organisations ou les foyers) consiste d'abord à gérer ce que l'on a déjà et ensuite, et seulement ensuite, à envisager les possibilités d'investissement, qui peuvent consister à ajouter quelque chose à un système existant, par exemple de meilleurs contrôles sur un système de chauffage ou d'éclairage, ou à remplacer quelque chose, par exemple remplacer une chaudière par une pompe à chaleur, ou un éclairage conventionnel par des LED.

 

Nous avons appris les bases de la gestion de l'énergie en réponse aux crises pétrolières des années 1970 (et avant cela, la crise du carburant au Royaume-Uni à la fin des années 1940), mais quelque part, avec la baisse des prix de l'énergie et l'augmentation des revenus, elles ont été largement oubliées. Il est bon de les voir réapparaître, mais il est décevant qu'il faille attendre une autre crise.

 

Le fait que les maisons équipées de chaudières à condensation puissent économiser environ 8 % de leur consommation de gaz par un simple réajustement de la température de départ montre deux choses :

 

1. le potentiel d'efficacité énergétique rentable est encore très important. À tout moment, le potentiel rentable de réduction de la consommation d'énergie est probablement de 25 à 30 % - et cela n'a jamais changé, c'est une question de " relâchement " du système. Plus les prix augmentent, plus le potentiel de rentabilité augmente. Ces 25 à 30 % peuvent généralement être atteints avec des mesures peu coûteuses, avant de passer aux mesures plus difficiles et plus coûteuses. J'ai récemment vu des exemples d'écoles qui ont économisé plus de 25 % grâce à des capteurs peu coûteux qui ont mis en évidence les moments de gaspillage, par exemple le chauffage en cours d'utilisation lorsque le bâtiment était fermé ou les heures de démarrage très précoces qui n'étaient pas justifiées par la météo.

 

L'industrie des chaudières à gaz a, à quelques exceptions notables près, été lamentable en termes de normes de qualité, de formation et d'intégrité. Quel était l'intérêt d'installer des chaudières à condensation et de revendiquer toutes les économies qu'elles produisaient alors qu'elles ne l'étaient pas la plupart du temps. L'amélioration des niveaux de compétences est essentielle, mais l'amélioration de l'intégrité de base aux niveaux supérieurs des grandes organisations l'est tout autant.

 

L'idée selon laquelle le gouvernement ne peut pas ou ne veut pas faire quoi que ce soit pour donner des conseils sur les économies d'énergie est une telle absurdité, le faire serait un exemple de leadership, quelque chose que les politiciens actuels ne semblent pas comprendre. Toute campagne d'information ne doit pas être " autoritaire " ou " condescendante " - en fin de compte, c'est aux gens de suivre ou non les conseils, mais il existe un réel besoin de conseils.

 

Une étude de cas. À la fin des années 1980, j'ai conçu et dirigé un programme de motivation énergétique pour 45 foyers des services sociaux de Coventry, principalement des maisons de retraite. Ces établissements sont parmi les plus difficiles à gérer d'une certaine manière car : a) ils sont maintenus au chaud (généralement trop chauds) tout le temps parce que les résidents sont souvent sédentaires et ont "besoin" d'une température élevée - (ou du moins c'était la croyance) - et le personnel n'est pas technique et se concentre à juste titre sur sa mission première qui est d'administrer les soins, souvent dans des circonstances difficiles.

 

Avec la contribution d'un large éventail de parties prenantes, y compris le syndicat, nous avons conçu un programme de motivation avec un cours de formation qui :

 

1. expliquait POURQUOI il était important d'économiser l'énergie (il s'agissait alors de budgets, comme c'était le cas avant les conversations sur le carbone)

2. expliquer COMMENT économiser de l'énergie, les conseils simples habituels

3. expliquer comment relever les compteurs (ce qui n'est jamais facile) et enregistrer la consommation (il n'y avait pas de compteurs intelligents à l'époque).

 

En utilisant les données des compteurs, nous leur avons ensuite donné un retour d'information régulier et simple, corrigé en fonction de la météo (après leur avoir expliqué comment cela fonctionnait), et l'établissement a reçu un pourcentage des économies prouvées à dépenser pour des choses bénéfiques pour la maison. Souvent, ils l'ont dépensé pour d'autres mesures simples d'économie d'énergie, comme l'imperméabilisation, l'ajout d'un porche, etc. ou pour des petits travaux d'entretien qu'ils n'avaient pas réussi à faire faire par le système.

 

Le résultat net a été une économie globale de 6 % de la consommation d'énergie sur un an, avec des économies individuelles allant jusqu'à 38 %. Tout cela sans aucune dépense d'investissement. Il en est résulté des économies financières, énergétiques et de carbone, ainsi que l'engagement du personnel.

 

Nous avons développé un modèle simple qui semble fonctionner. Pour créer de l'action, vous avez besoin de deux choses : La connaissance (ou le savoir-faire) de ce qu'il faut faire et la motivation pour agir. La formation fournit le savoir-faire et, si elle est bien faite, elle peut accroître la motivation. La motivation est également (beaucoup) accrue par des incitations (qui ne doivent pas nécessairement être financières) et un retour d'information qui montre que l'action a l'effet désiré. Rassemblez ces éléments et vous obtenez une action efficace.

 

D'autres campagnes de motivation de l'époque donnaient un pourcentage des économies réalisées à une organisation caritative choisie par les utilisateurs finaux, créant ainsi un double impact.

 

Si nous avons pu faire cela avec pratiquement aucune technologie, à part une feuille de calcul, imaginez ce que les compteurs intelligents et les capteurs intelligents bon marché peuvent faire. Les écoles qui économisent 25 % grâce aux capteurs intelligents dont j'ai parlé plus haut en sont un bon exemple.

 

Nous devrions mettre en place les bases de la gestion de l'énergie avant d'envisager des projets d'investissement. Optimiser d'abord la consommation d'énergie peut changer ce qui est viable ou optimal pour les projets d'investissement, ainsi que réduire le capital grâce à des techniques telles que le " right-sizing ". Les différences entre les années 1980 et aujourd'hui sont essentiellement : de meilleures options technologiques, une motivation accrue et la décarbonisation de l'électricité. Lors de l'examen des options de dépenses d'investissement, la combinaison du changement climatique et de la guerre en Ukraine devrait inciter tout le monde à envisager ce qui aurait autrefois été considéré comme des options radicales et plus coûteuses, notamment l'électrification et les rénovations profondes, plutôt que de petites améliorations. Aux prix d'aujourd'hui, beaucoup de ces mesures seront économiques, le problème est alors de savoir comment les financer, en particulier dans le secteur résidentiel. Lorsque nous évaluons les avantages financiers, nous ne devons jamais oublier, bien que la plupart des gens le fassent, l'impact de la volatilité des prix de l'énergie, qui a en soi un impact financier, quel que soit le prix de l'énergie pratiqué.

 

Nous savons ce qu'il faut faire pour réduire la dépendance à l'égard des dictateurs qui vendent des combustibles fossiles, ainsi que tous les autres impacts négatifs de leur utilisation sur l'environnement, l'économie et la société. Faisons-le, tout simplement.

 

Le projet de Coventry est décrit ici.