Politique et réglementation Finance

Réfléchir stratégiquement à l'efficacité énergétique industrielle

05 février 2021 par Rod Janssen
Réfléchir stratégiquement à l'efficacité énergétique industrielle

Dans une enquête récente du Groupe des institutions financières pour l'efficacité énergétique(EEFIG) auprès des membres de son groupe de travail sur l'industrie, une personne interrogée a déclaré que, plus que l'accès au financement, il est plus pertinent d'obtenir l'adhésion des PDG et des directeurs financiers. La personne interrogée a poursuivi. Si les PDG et les directeurs financiers ne "l'obtiennent pas", ils ne l'exigeront pas. Intuitivement, il est beaucoup plus facile pour les cadres supérieurs d'envisager un changement de combustible, par exemple, que d'améliorer l'efficacité globale du site. "S'il n'y a pas une forte culture de l'efficacité établie au plus haut niveau", il y a des problèmes.

 

Le Financial Times a récemment publié un article selon lequel trop de salles de conseil d'administration sont "incompétentes" sur le plan climatique. Sur une enquête menée auprès de 1 188 membres de conseils d'administration des 100 premières entreprises américaines, seuls 0,2 % avaient une expertise en matière de climat. Seulement 0,2 % ! Alors, qu'en serait-il de l'efficacité énergétique ? Quel langage devons-nous utiliser pour parler au PDG et au directeur financier ? Nous avons des programmes d'efficacité énergétique dans les pays de l'OCDE depuis les crises pétrolières des années 1970 et pourtant nous continuons à rencontrer les mêmes problèmes à maintes reprises.

 

Catherine Cooremans et d'autres collègues de sonprojet "Multiple Benefits" apportent quelques réponses dans une courte vidéo quiexpose les problèmes et quelques-unes des solutions. Comme ils le disent, l'identification et la quantification des bénéfices multiples sont vraiment essentielles.

 

Ils présentent leur méthode d'analyse en cinqétapes, comme le montre le schéma suivant.

 

 

 

 

 

 

Dans l'analyse de l'entreprise, la première question qu'ils posent est Quelle est la contribution du projet d'efficacité énergétique au modèle commercial de l'entreprise ? C'est évident, mais combien d'entreprises se lancent réellement dans ce domaine ?

 

 

 

Ensuite, la deuxième question porte sur les facteurs de décision. Au lieu de se concentrer sur les obstacles, l'accent est mis sur les moteurs. L'enquête de l'EEFIG contient de nombreuses suggestions, allant de contrats standardisés à de meilleures réglementations, en passant par un meilleur partage des meilleures pratiques. Une autre réponse apporte un éclairage important : "Les installations industrielles (en particulier les PME) ne peuvent pas comprendre les détails de la manière d'améliorer l'efficacité énergétique par elles-mêmes. Elles comprennent leurs opérations et considèrent leurs usines et leurs équipements comme des atouts. Si elles doivent "améliorer" leurs actifs, elles doivent soit faire confiance à leurs fournisseurs de "fabrication d'équipements" - leurs fournisseurs - soit faire confiance à une personne extérieure pour les consulter sur la manière d'améliorer leurs processus existants". Voyez l'importance du facteur humain. La confiance est si fondamentale, mais elle n'est pas facile à obtenir.

 

Tout ce que j'ai dit jusqu'à présent montre les défis à relever. Comme le dit toujours Hans Nilsson, l'un des plus grands experts européens en matière d'efficacité énergétique : l'efficacité énergétique n'est pas difficile, elle est juste compliquée.

 

Il est essentiel de surmonter ces complications pour amener les entreprises à examiner stratégiquement comment l'efficacité énergétique peut contribuer au modèle économique de l'entreprise. Et n'oubliez pas que ces modèles d'entreprise doivent aussi, entre autres, intégrer la réduction des émissions de GES, aborder l'efficacité des ressources, intégrer des mesures d'économie circulaire et décarboniser. Oui, et ils doivent être compétitifs. C'est une tâche difficile.

 

Mais, en réfléchissant à la seule réponse du EEFIG, nous devons nous assurer que la haute direction "comprend". Il faut espérer que cela signifie que davantage de membres du conseil d'administration comprennent l'importance stratégique de la réduction de la consommation d'énergie par l'amélioration de l'efficacité. Cela signifie également que nos autorités publiques doivent "comprendre" et notre communauté financière doit "comprendre".

 

C'est pourquoi je suis avec l'Efficacité énergétique dans les processus industriels(EEIP) et pourquoi l'EEIP travaille avec l'EEFIG. Nous sommes tous dans le même bateau. Comme nous le disons, l'efficacité énergétique n'est pas difficile, c'est juste compliqué.

 

Rejoignez-nous lors de la prochaine session plénière de l'EEFIG. Vous pouvez vous inscrire ici.

 


À propos de Rod Janssen

Janssen

Rod Janssen est le président de l'Efficacité énergétique dans les processus industriels (EEIP). Rod est également membre de divers groupes de pilotage et conseils tels que le groupe de pilotage du PCI Europe, le conseil consultatif du SEIF et le conseil de l'ECEEE.


Contenu complémentaire